Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Savoir - Page 5

  • Toujours plus de sur-délinquance due à l’immigration !

     

     

     

    Semaine 12: du 19 au 25 mars.

    19/03 – Morlaix (29): Un migrant de nationalité guinéenne et âgé de 23 ans a été condamné à dix ans de prison pour deux viols commis en juillet et décembre 2018. Sera-t-il expulsé?

    Canet-en-Roussillon (66): Harcelée, lynchée, menacée d’égorgement " Ma fille s’est fait tabasser et jeter à terre. J’ai envie d’exploser " déclare le père de Sandrine, 15 ans, devenue le souffre-douleur de deux collégiennes du même établissement, le collège – mal nommé – de la Côte radieuse. L’agression a été diffusée sur les réseaux sociaux. Ses parents ont déposé plainte.

    Argenteuil (95): Une centaine d’individus se sont affrontés avec des armes à feu et des barres de fer, près du stade Auguste-Delaune. Appelée par des riverains, la police a été, à son tour, victime de jets de pierre. Il s’agissait d’un affrontement entre "jeunes" des quartiers Joliot-Curie et de la ZUP. Trois voyous, de 16 à 18 ans, ont été interpellés rue d’Épinay: "ils avaient des taches de sang sur leurs vêtements".

    20/03 – Albi (Tarn): Identifié sur l’A88, entre Albi et Marssac, pour sa conduite dangereuse, un automobiliste a refusé d’être contrôlé. Il a blessé deux policiers en fonçant sur eux. L’un d’eux a utilisé son arme sans parvenir à le stopper. Ce sont les gendarmes qui l’ont arrêté et placé en garde à vue.

    Nevers (Nièvre): Un migrant en situation irrégulière, âgé de 30 ans, et d’origine soudanaise est entré par effraction dans un sauna réservé aux gays, le "Poseïdon", et a tenté de poignarder le gérant: "Il avait un couteau à la main et m’a dit qu’il allait faire couler du sang blanc si je ne partais pas puis il s’est précipité sur moi". Objet d’une OQTF, il était hébergé juste en face de l’établissement dans un centre pour sans-abri. Il n’a opposé aucune résistance aux forces de l’ordre.

    Quimperlé (29): Un Afghan a violé une collégienne de 14 ans. L’homme, d’origine étrangère et âgé d’une trentaine d’année, conduit la jeune fille dans son logement pour demandeur d’asile et malgré son refus l’allonge sur le lit et la contraint à un rapport sexuel. Par peur elle n’ose pas se débattre et il prend des photos de la collégienne nue avant de lui offrir de l’argent pour "acheter son silence". Le violeur reste, pour le moment, introuvable.

    21/03 – Hyères (Var): Stéphane Rambaud, conseiller régional, a été agressé par des "antifas" alors qu’il collait des affiches du Rassemblement National avec son équipe.

    Vedène (84): Tout comme à Hyères, des militants RN ont été attaqués par les "antifas", lors d’une étape du bus de campagne de Marine Le Pen. Un militant a été dirigé vers les urgences.

    Lyon (Rhône): Dans le quartier de La Duchère, 9e arrondissement, au niveau du point de deal de la rue Andreï Sakharov, 5 mineurs ont été blessés par des tirs de kalachnikov et sans doute par une grenade, dont la goupille a été découverte sur les lieux. Une enquête a été ouverte pour "tentative d’assassinat".

     

    22/03 – Clermont-Ferrand (63): Alors qu’ils sécurisaient une intervention des pompiers, trois policiers ont été légèrement blessés par des tirs près d’un campement des gens du voyage situé à l’angle de la rue des Ronzières et du chemin de la Tonne-Ronde, dans le secteur du puy de Crouël.

    Broglie (27): Elle fumait tranquillement une cigarette sur le perron de sa porte ce 1er avril 2020, vers 13 h 30, à Broglie quand un individu, déjà connu des services de police, lui a asséné 16 coups de couteau. Comme ça. Devant ses enfants. L’assassin de cette jeune mère de 28 ans ne sera pas jugé puisque "considéré comme pénalement irresponsable".

    Paris – Sur le boulevard Haussmann, les policiers ont pris en chasse deux délinquants récidivistes" originaires de Garges-lès-Gonesse (Val d’Oise) qui circulaient sur un scooter et venaient de commettre une infraction routière. En voulant échapper au contrôle ils ont fauché un prêtre, qui a été gravement blessé. Appréhendés, ils ont été placés en garde à vue. Le conducteur a été testé positif au cannabis.

    Lamotte-Beuvron (41): Mustapha Kelouache, 40 ans et déjà condamné 35 fois, est jugé actuellement " en appel", devant la cour d’assises du Loiret, pour le viol d’une jeune femme de 19 ans et l’agression sexuelle sur une autre de 22 ans, en janvier 2018. Condamné une première fois à 12 ans de réclusion criminelle.

    Enveitg (66): Deux migrants clandestins, âgés de 20 et 28 ans et en situation irrégulière, ont agressé, volé et violé (contraint à une fellation avec violence), un jeune travailleur handicapé, âgé de 20 ans.

     

    23/03 – Roanne (42): Il avait enlevé une fillette de 11 ans, transporté vers un centre pour migrants et l’avait agressée sexuellement. Ce migrant nigérian, âgé de 20 ans, vient d’être condamné à trois ans de prison (8 ans avaient été demandés) par le tribunal correctionnel de Roanne (Loire) et une interdiction définitive du territoire français. Quand sera-t-il expulsé?

    Sarcelles (95): Une rixe a opposé une dizaine de personnes au niveau de l’allée Max Jacob, dans le quartier Camille Saint-Saëns, et deux adolescents de 16 ans ont été blessés, dont l’un grièvement d’une balle en pleine tête, transporté en urgence absolue, son pronostic vital engagé.

    Toulouse (Haute-Garonne): Un prétendu mineur isolé, âgé de 27 ans et d’origine maghrébine, a été interpellé pour une tentative de meurtre commise à Bordeaux en octobre 2021 dans le quartier Saint-Michel. Il était arrivé en traversant l’Espagne, par la frontière d’Hendaye.

    Dijon (Côte-d’Or): Non loin du lycée " Les Marcs d’Or", sur le chemin du Fort-de-la-Motte-Giron, un jeune homme de 19 ans a été roué de coups et poignardé en pleine rue par un groupe d’individus. Il a été évacué dans un état grave vers l’hôpital. Ce sont des témoins qui ont donné l’alerte.

    Cergy (95): Ce sont les étudiants de l’ESSEC qui nous font part du climat d’insécurité qui s’est installé autour du campus: "La situation a énormément empiré ces derniers temps, elle est devenue invivable. Ce n’est pas normal de mettre sa vie en danger pour étudier". Il est question d’agressions, de vols avec violence et même de tentatives d’enlèvements. Selon le commissariat de police "Dans le Val d’Oise, la délinquance fait partie du décor".

    Lannoy (59): Lucienne, 68 ans, a été retrouvée dans la baignoire de son logement, 14 rue Nationale, par ses voisins. Égorgée par arme blanche au niveau du cou, Lucienne était décédée plusieurs heures avant d’être découverte. "C’était pire que bestial!".Tout le logement avait été retourné.

    Corbeil-Essonnes (91): Dans la cité des Tarterêts, une nouvelle fois un affrontement spectaculaire a opposé la police à des bandes de voyous, à coups de mortiers d’artifice. Du moins c’est la police qui a subi cette attaque… pas les voyous.

    24/03 – Compiègne (60): Dans le quartier du Clos-des-Roses, au niveau du square Baudelaire, un homme a été poignardé et lynché par une bande d’individus. Après avoir reçu plusieurs coups de couteau, il a pu se réfugier dans un restaurant avant de s’effondrer. Son pronostic vital était engagé quand il a pu être secouru.

    Orléans (Loiret): "Il m’a regardé bizarrement avec ses copains" ; Fayer Houmadi, 18 ans, poursuit un passager dans le tramway armé d’un couteau, le frappe et sème la panique, à hauteur de l’arrêt Croix Saint-Marceau.

    Noyon (60): Déjà condamné 17 fois, Aziz Rabah, 38 ans, injurie les gendarmes, après une course-poursuite: "Tes enfants, je vais leur vendre de la drogue et ta femme je vais la baiser toutes les nuits, c’est moi le "Sheitan" (diable) et je t’encule comme le procureur. Va te laver le cul, vous êtes tous des mange-merdes". Il devait comparaître devant le tribunal ce 18 mars mais, bien entendu, il ne s’est pas présenté. On le recherche

    Nantes (Loire-Atlantique): Comme des dizaines d’habitants de Nantes, une maman de 36 ans et sa fille de 10 ans ont dû fuir leur logement "aux Dervallières" et trouver refuge dans le département des Vosges, auprès de leur famille: "Nous avons surpris une transaction de drogue" et, depuis, menacée par les dealers, elles ont vécu des semaines de cauchemar. Il y a quelques années, Nantes était la ville préférée des Français, ensuite c’était le tour de Bordeaux et, à présent d’Angers, mais pour combien de temps?

    Lyon (69): Une balle traverse la fenêtre de son salon, situé dans un appartement, avenue des frères Lumière, dans le 8e arrondissement. Le coup a été tiré de l’immeuble d’en face. La propriétaire n’a pas été touchée. Les policiers du RAID sont intervenus et ont interpellé trois clandestins algériens et leur arme.

     

    25/03 – Marseille (13): À la sortie du campus, dans le secteur de la Timone, les étudiants en médecine sont rackettés et agressés au couteau quasi quotidiennement et cela malgré des patrouilles de police plus fréquentes. Il y a deux semaines, une jeune étudiante s’est pris deux coups de couteau dans le ventre.

    Le Mans (Sarthe): Trois individus ont été interpellés, dont un clandestin irakien en situation irrégulière, pour avoir tué à coups de couteau un jeune adolescent de 16 ans, près d’une fête foraine située dans la zone d’activité du Panorama. Les assassins, âgés de 15 et 18 ans, l’un d’eux connu des services de police, ont été placés en garde à vue.

    Hauts-de-Seine (92): Dans le centre commercial de La Défense, un vigile a été sauvagement agressé. Il se trouve actuellement dans le coma. L’auteur a pris la fuite. Il est activement recherché.

     

    **Au moment du déclenchement de la guerre en Ukraine, environ 23 000 étudiants africains se trouvaient dans le pays (selon l’Unesco). " Ils ne veulent pas être rapatriés chez eux " et cherchent à rester en Europe de l’Ouest: " Je ne veux pas retourner en Algérie " affirme Israa Aelle, arrivée à Lyon en train depuis l’Ukraine et, comme elle, la majorité des étudiants souhaite rester en Europe. L’Ukraine leur permet d’obtenir un statut de résident permanent.

    **Pour Rokhaya Diallo "accueillir des réfugiés ukrainiens" ce serait du racisme "car ils bénéficieraient d’un privilège blanc". Cet élan d’humanité vient de leur culture européenne et même de leur appartenance raciale, toujours selon elle. " Être réfugié et blanc confère le privilège de voir son humanité pleinement reconnue". Sans doute n’a-t-elle pas réalisé que les réfugiés ukrainiens fuyaient une guerre dramatique et non pas, comme des centaines de milliers "d’autres réfugiés" profiter des aides sociales offertes par la France !

     

    Espagne – Barcelone: À la sortie d’une discothèque, un migrant d’origine marocaine, âgé d’une trentaine d’années et connu des services de police, a très violemment agressé une jeune femme de 20 ans. Il l’a traînée jusqu’à la plage, la frappant avec une pierre et, profitant qu’elle était blessée, il l’a violée. Le violeur fait partie d’une bande de voleurs qui opère actuellement dans la zone du port olympique de Barcelone.

    Toujours en Catalogne, plusieurs familles ukrainiennes ont été dépouillées sur les aires d’autoroutes au cours de ces derniers jours par des bandits sans scrupule. On avait sans doute négligé de les prévenir de ne jamais s’arrêter sur les aires d’autoroutes en Catalogne car depuis des années, et quotidiennement, ces vols se répètent. Cette fois-ci il s’agissait d’une aire de " l’Empordà". Émus, les policiers ont organisé une collecte pour leur venir en aide.

     

    Belgique – La Louvière: Alors que se déroulait le carnaval, une voiture a foncé sur la foule à vive allure et a fauché un grand nombre de personnes. Bilan 6 morts et 12 blessés graves, selon la déclaration du maire à l’AFP. La voiture a été interceptée et le conducteur appréhendé. L’enquête nous en apprendra davantage.

    Toujours en Belgique, dans un quartier de Molenbeek, considéré comme une zone islamiste, un chef de gang salafiste fait régner "sa loi", menaçant violemment les femmes qui ont le malheur d’être "blanches", non musulmanes et non voilées. Nathalie doit se voiler pour pouvoir sortir sans être inquiétée "On m’a déjà crachée dessus et obligée à me couvrir la tête".

     

    Allemagne – Bavière: L’attaque au couteau dans un train, en novembre 2021, par un migrant syrien arrivé en 2014, qui avait fait quatre blessés graves, était bien un attentat islamiste, vient d’indiquer le parquet de Munich: "Il a agi sur la base de convictions islamiques“.

     

    Suède – Des réfugiées ukrainiennes, recueillies dans une résidence, ont été terrorisées dans leurs chambres par des groupes de migrants somaliens qui tentaient de pénétrer de force: "Nous étions terrifiées. En Ukraine ces choses-là n’arrivent jamais. C’est dangereux ici, nous avions très peur. On dit que la Suède est un pays sûr, nous n’avons pas vu ça".

    Toujours en Suède, à Malmö, deux employées d’un lycée ont été assassinées par un élève, âgé de 18 ans et armé d’un couteau et d’une hache. Il a été interpellé sans résistance. À l’heure actuelle, aucun mobile n’a pu être établi. 

     

    Italie – Rome: Deux migrants tunisiens armés de couteaux ont violé en pleine rue un jeune Italien de 17 ans. Ils l’ont forcé à leur pratiquer une "fellation" puis, ensuite, ont menacé de le tuer " s’il ne les emmenait pas chez lui". Une fois dans son domicile, dans le quartier Casa Monastero, ils ont violé la mère de famille, âgée de 54 ans en lui posant le couteau sur la gorge, puis ont pris la fuite. Appréhendés quelques heures plus tard " ils s’étaient échappés d’un centre de détention pour mineurs".

    Manuel Gomez

  • Place d’Armes organise la Grande Marche de la fierté française le 26 mars

    (Le Salon Beige)

    Ancien officier de Gendarmerie passé par l’infanterie, Jean-Pierre Fabre-Bernadac, est diplômé de criminologie et de criminalistique. Écrivain et chroniqueur, il est à l’origine de la célèbre « Lettre à Macron » des militaires français, dont de très nombreux généraux, et il est le Président-fondateur de Place d’Armes, qui organise la Grande Marche de la fierté française le 26 mars prochain à Paris

    Le Salon Beige lui donne aujourd’hui la parole afin qu’il nous présente cette initiative.

    L’association Place d’Armes que vous avez fondée est la suite logique de la fameuse « Lettre des généraux » qui a provoqué tant d’émois en France au printemps dernier. Pouvez-vous rapidement nous reparler de cette lettre, de sa médiatisation hallucinante et des suites de cette affaire nationale?

    Cette lettre qui en réalité s’appelait “Lettre aux gouvernants” nous a permis de recueillir à travers deux sites : “Place d’Armes” et “Les amis de Place d’Armes” plus de 120 000 signatures ! Or ce nombre élevé n’a pas plu à tout le monde. Ainsi Mélenchon puis certains membres du gouvernement nous ont traité de factieux et ont même voulu, comme Mélenchon, porter plainte contre nous. Hélas pour eux le Procureur de Paris a indiqué qu’il n’y avait pas matière à poursuivre. Suite à ces insultes et à la non réponse de l’actuel président nous avons créé “L’Association Place d’Arme”.

    C’est cette association qui appelle le 26 mars à Paris à un rassemblement pour la 1re “Marche de la Fierté Française”.

    Le 26 mars prochain, date de sinistre mémoire pour tous les patriotes, vous allez donc organiser une grande Marche de la fierté française à Paris, dont l’objectif est une fois encore d’interpeller le Président en poste, sans doute les candidats à sa succession, et tous les médias. Présentez-nous cette Marche et vos objectifs.

    Cette marche est une première tentative d’union “Armée Nation” utilisant pour cela la mobilisation des anciens militaires additionnée à celle les civils. Le défilé se passera de la manière suivante : Les anciens militaires (tout grade confondu) avec drapeaux, blessés en opération, fils et filles de harkis défileront en premier. Les civils suivront derrière avec une banderole explicative. Les seuls drapeaux tolérés pour cette marche sont nos trois couleurs et les emblèmes régionaux. Nous avons proposé à la Préfecture un parcours qui va de Denfert-Rochereau (avec le lion symbole de la résistance de Belfort en 1870) jusqu’aux Invalides (face au tombeau de Napoléon).

    Horaire de départ : 14h, arrivée vers 15h30. Podium avec plusieurs discours et enfin des questions précises touchant le domaine militaire mais aussi civil aux candidats à l’élection présidentielle.

    Nous attendons beaucoup de militaires, mais aussi beaucoup de civils et nous les incitons fortement à nous rejoindre. N’oublions pas qu’un militaire est un civil à qui l’Armée a remis pour un temps plus ou moins long un uniforme pour une mission.

    L’Europe est en état d’alerte maximum face à une guerre dans laquelle les USA tentent de nous entraîner, malgré nous, et la crise ukrainienne nous montre dramatiquement que la France ne serait sans doute plus en état de se défendre, comme vous le déploriez dans votre lettre. Quel est votre sentiment face à ce conflit qui a explosé aux portes de l’Europe, et que pourrait-on ou devrait-on faire aujourd’hui?

    La première des choses est de tout faire pour que la paix intervienne le plus vite possible. Si la France était neutre et non liée à l’OTAN elle aurait pu organiser une vraie grande conférence pour la paix dans laquelle son rôle majeur aurait été affirmé.

    La deuxième chose est de faire très attention aux va-t-en-guerre irresponsables, style BHL. Certes la Russie a envahie l’Ukraine mais d’une part, les intérêts géostratégiques et politiques de la France ne sont pas concernés dans ce conflit, et d’autre part, n’oublions pas que l’Armée russe c’est plus de 6 000 chars alors que notre armée en a peine 400 qui souvent sont loin d’être en bon état. De la même manière, l’effectif total des opérationnels de l’Armée de Terre peut tenir dans le stade de France (80 000 personnes). On voit bien la disproportion des forces. De plus les pays de l’Union Européenne ne possèdent pas d’autres armées efficaces en dehors de l’Armée française.

    Croyez-vous que les plus de 100 milliards que les Allemands vont allouer à leur Armée sont prévus pour une défense européenne commune? Bien évidemment que non, elle concerne avant tout la protection du peuple allemand.

    Combien attendez-vous de participants à votre Marche et, concrètement, quelles sont les consignes que vous souhaitez donner pour tous nos lecteurs qui voudront vous rejoindre à Paris le 26 mars?

    Difficile de donner un chiffre car “Place d’Armes” n’existe que depuis peu de temps, et n’est pas particulièrement médiatisé. Mais nous en espérons plusieurs milliers. Surtout n’oubliez pas que ce sera la première fois depuis la Libération que des ex militaires vont défiler dans les rues sans avoir pour but de rejoindre un monument aux morts. Ce sera un témoignage historique et symbolique de la plus haute importance.

    A un mois du premier tour d’une élection présidentielle vitale pour la France, quel est votre message aux futurs candidats à l’élection présidentielle et aux futurs députés?

    Nous sommes très sceptiques, comme une majorité de Français, sur les partis et leurs représentants. Comme je vous l’ai annoncé, nous allons, à la fin de cette marche, poser des questions essentielles aux principaux candidats à l’élection présidentielle, et nous attendrons et exigerons de la part de ces politiques des réponses claires.

    En conclusion je voudrais souligner que mourir pour son pays fait partie des risques pris par les militaires. Ainsi suite à la guerre d’Indochine, à la guerre d’Algérie et dans une moindre mesure aux guerres livrées en Afghanistan et au Sahel par l’armée française, ce sont près de 70 000 soldats qui sont tombés pour le drapeau français. Or ces morts sont dus aussi à des atermoiements des politiques ou à des changements d’orientation diplomatiques obligeant à des changements tactiques non prévus dans la manœuvre rendant préjudiciables la bonne marche des opérations.

    C’est aussi en leur mémoire et au nom de leur sacrifice que nous marcherons le 26 mars prochain.

    Source

  • Plus les jours passent, plus on s'aperçoit de la pourriture au sein de nos élites

           #McKinseyGate : “La personne responsable au sein de McKinsey de contracter les marchés avec l’administration française est un proche d’Emmanuel Macron” (MàJ)

     

    Matthieu Aron, auteur d’une enquête sur l’influence des cabinets de conseil, explique comment McKinsey a pris le contrôle de l’État grâce à Emmanuel Macron, sa proximité avec le responsable du groupe en France et sa vision du monde en PowerPoint et en “process“.

    Marianne: Pourquoi le cabinet de conseil McKinsey est-il accusé par une commission d’enquête du Sénat de ne pas payer ses impôts en France?

    Matthieu Aron: Le Sénat a mis au jour un système d’optimisation fiscale mis en place par McKinsey France. Un montage fiscal de frais facturés via la maison mère de McKinsey dans le Delaware, aux États-Unis. Ce mécanisme est légal, mais le problème est que le groupe ne paye pas d’impôts en France, tandis que son chiffre d’affaires a atteint les 330 millions d’euros. “Le cabinet McKinsey est bien assujetti à l’impôt sur les sociétés en France mais ses versements s’établissent à zéro euro depuis au moins 10 ans“, dénoncent les sénateurs. C’est pour cette raison qu’ils ont saisi les enquêteurs de Bercy.

    “La personne responsable au sein de McKinsey de contracter les marchés avec l’administration française est un proche d’Emmanuel Macron“.

    Mais on retrouve plus globalement ce cabinet de conseil dans de nombreux secteurs : économie, défense, santé, éducation. Un marché qui dépasse les 18 millions d’euros a notamment été passé avec Bercy en 2021 pour identifier des coupes budgétaires de l’État français. Et le même Bercy ne s’est pas rendu compte, à ce moment-là, que McKinsey ne payait pas ses impôts, c’est tout de même extraordinaire… Dans l’éducation, les sénateurs ont mis au jour un contrat de plus de 500 000 euros pour lequel McKinsey était chargé réfléchir au “métier d’enseignant de demain“. Or en quoi un consultant de McKinsey a-t-il plus de compétences qu’un inspecteur d’académie ou un chercheur pour penser “l’enseignement de demain“?

    (…)

    “Emmanuel Macron? C’est l’idole des consultants! Tout simplement parce qu’il est comme eux. Au ministère de l’Économie, il les fait déjà rêver. Il s’habille comme eux, il pense comme eux, il connaît leurs codes, les fondements de leurs métiers… “. Alain Minc nous a livré ce diagnostic en octobre 2021, lorsque nous l’avons interrogé sur le rapport singulier du chef de l’État avec les “infiltrés“. Il faut revenir au logiciel d’Emmanuel Macron en 2017 pour comprendre. Il conçoit le monde comme les consultants, avec une approche très pragmatique, qui ne se veut pas idéologique, même si elle l’est aussi. Une manière de concevoir le monde par des « process », une approche stylistique qui ressemble un peu à une approche PowerPoint.

     (…) Marianne

    21/03/2022

        «Cabinet de conseil McKinsey, le scandale» : l'édito de @PascalPraud dans #HDPros pic.twitter.com/FSTnuhlA3k

        — CNEWS (@CNEWS) March 21, 2022

        Le rapport accablant sur les cabinets de conseil au cœur des services de l'État – @croissandeau pic.twitter.com/b5M4lN8QhE

        — BFMTV (@BFMTV) March 21, 2022

       

  • Guerre en Ukraine: explosion à venir de l’épidémie de Covid?

    Auteur - Michael Head: Senior Research Fellow in Global Health, University of Southampton

    CC BY ND

    L’invasion de l’Ukraine par la Russie a déjà – et continuera d’avoir – des conséquences sanitaires et socio-économiques dramatiques pour le peuple ukrainien. L’une de ces conséquences sera presque certainement l’augmentation de la charge du Covid.

    Le 10 février 2022, l’Ukraine a signalé 37 000 nouveaux cas de Covid, soit son total quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie. Depuis l’apparition du SARS-CoV-2, le pays a enregistré plus de 5 millions de cas confirmés et plus de 100 000 décès. Plus d’un million de ces cas sont survenus depuis le début de l’année 2022, avec une forte augmentation des infections en février. Les décès ont également augmenté.

    Après l’invasion, l’Ukraine a d’abord ralenti la communication de ces données avant de s’arrêter complètement. Il n’existe désormais aucune mesure de l’évolution de Covid dans le pays. À partir de maintenant, toutes les statistiques sur les cas et les décès seront donc sous-estimées.

    Mais ce qui est clair, c’est que la guerre a commencé à un moment où l’épidémie était manifestement en augmentation.

    Une femme tient un masque à oxygène sur le visage de son enfant, derrière du personnel soignant en tenue de protection

    Avant même le début de l’invasion russe, la situation sanitaire en Ukraine du point de vue du Covid n’était pas favorable avec un nombre de cas déjà en augmentation (hôpital des enfants de Kiev, novembre 2021). Sergei Supinsky/AFP

    Ce problème est aggravé par le fait que la couverture vaccinale contre le Covid du pays est faible, 36 % seulement de la population ayant reçu une ou plusieurs doses de vaccin. Une proportion élevée d’Ukrainiens reste donc susceptible non seulement d’attraper le Covid, mais aussi de subir les conséquences potentielles d’une hospitalisation et d’un décès – qui sont bien plus probables chez les personnes non vaccinées.

    Ainsi, même en temps de paix, il y aurait eu lieu de s’inquiéter de la manière dont les systèmes de santé relativement fragiles en Ukraine pourraient gérer de nouvelles vagues d’infections par le coronavirus. Or, il est encore plus difficile de fournir des soins lors de conflits.

    Les gens cherchant à se mettre à l’abri par tous les moyens, les épidémies en deviennent presque impossibles à contrôler.

    Des conditions optimales pour la transmission

    À la mi-mars 2022, on estime que trois millions de résidents ukrainiens ont fui leur pays. Les groupes humanitaires et les agences sanitaires qui s’occupent de la santé des réfugiés sont donc susceptibles de recevoir un grand nombre de personnes non vaccinées ou partiellement vaccinées contre le Covid. En outre, il existe déjà des niveaux élevés de Covid en Europe, et la charge de coronavirus chez les Ukrainiens, bien qu’essentiellement inconnue, est susceptible d’être importante.

    Un jardin d’enfants converti en centre d’accueil pour réfugiés à Lviv (Ukraine)

    Les abris pour les personnes fuyant les combats et l’invasion russe peuvent favoriser la promiscuité, et donc le risque de transmettre le coronavirus. Miguel A. Lopes/EPA-EFE

    Daté du 18 février 2022, le dernier taux de positivité connu pour l’Ukraine était de 60 % (proportion de tests Covid positifs). Il s’agit d’une valeur incroyablement élevée, qui indique qu’il existait déjà des foyers incontrôlés dans le pays avant le début de la guerre. Cela suggère que même si le nombre de cas a récemment atteignait déjà un niveau record, il était probablement sous-estimé de manière significative.

    Cela signifie que les personnes vulnérables aux pires effets du Covid se mélangent à des groupes dans lesquels le virus est susceptible de circuler massivement. Le fait d’être déplacé ou de s’abriter du conflit ne fait qu’accroître ce risque.

    Les logements d’urgence dans les pays voisins, avec des dizaines ou des centaines de lits regroupés dans une seule pièce, offrent un abri et un répit aux réfugiés… Cependant, la promiscuité qui y règne donne aussi un terrain propice au développement des maladies infectieuses respiratoires.

    La transmission des coronavirus y est donc probable. D’autres infections, comme la grippe ou la tuberculose, pourront également y constituer un problème de santé publique. Il est aussi probable que l’on observe le développement d’autres épidémies de maladies infectieuses, allant de la diarrhée à la gale.

    Un patient ukrainien atteint de Covid, traité dans les souls-sol d’un hôpital

    Pour être mis à l’abri des bombardements, certains patients Covid ont été déplacés dans les sous-sols des hôpitaux, où la ventilation est faible. Miguel A. Lopes/EPA-EFE

    C’est peut-être la rougeole qui est le meilleur analogue de Covid dans cette situation. Il s’agit d’un virus respiratoire hautement infectieux, souvent grave chez les enfants non vaccinés, et dont les épidémies sont très fréquentes lorsque les soins de santé de routine sont interrompus, comme dans les crises humanitaires et les zones de conflit.

    Le nombre de reproduction de base (R₀) de la rougeole (nombre de personnes qu’une personne infectée infectera en moyenne dans une population donnée) est souvent estimé entre 12 et 18. Le R₀ d’Omicron est encore en cours d’estimation, mais ce variant est connu pour être plus infectieux que les précédents. Une estimation le situe à 8,2 (certains le font même monter à plus de 10, ndlr). Comme il se propage facilement, le risque d’épidémie dans les zones de conflit et les abris pour réfugiés est élevé, comme pour la rougeole.

    Le risque de voir émerger un autre variant

    Un autre facteur à prendre en compte est que plus le nombre de cas de Covid est élevé, plus le risque d’apparition de nouveaux variants est grand.

    Le variant Delta est presque certainement né de la catastrophe qu’a été la vague de printemps en Inde en 2021, qui a entraîné des centaines de milliers, voire des millions, de décès dus au Covid. Et on pense que les variants Alpha et Bêta sont apparus respectivement au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, à l’occasion de flambées incontrôlées.

    Or chaque nouveau variant vient avec de nouveaux risques, par exemple en ce qui concerne l’efficacité des vaccins.

    La tragédie qui se déroule en Ukraine menace les efforts déployés dans le monde entier pour lutter contre le nouveau coronavirus. Les populations déplacées et réfugiées ont besoin de soutien, non seulement en Ukraine mais aussi ailleurs, par exemple au Tigré ou auprès des réfugiés afghans qui ont fui le régime des talibans.

    Pour maîtriser la pandémie de Covid, il faut une coopération mondiale en matière de santé publique et des populations hautement vaccinées aux quatre coins du monde.

     

     

  • Depuis le temps que je vous le dis….

    Être de gauche rend intolérant et peu généreux? C’est la conclusion de ces chercheurs

    Alexis Vintray - contrepoints        

    Loin des idées reçues, ce sont plutôt les socialistes qui font preuve d’intolérance selon différentes études universitaires. Pourquoi?

    Les personnes de gauche et, plus généralement, les interventionnistes de tout bord, sont les premiers à revendiquer les valeurs de tolérance et de générosité. En particulier pour cette dernière valeur, le fait de vouloir utiliser l’État à des fins sociales est présenté comme gage de générosité. Les politiques sociales sont bonnes par nature, les autres égoïstes.

    Pourtant, comme le montrent les études universitaires, ce sont les gens de gauche – ou, il faudrait absolument préciser, les étatistes – qui sont les moins tolérants et les moins généreux.

    L’intolérance, une valeur de gauche?

    "L’intolérance est une maladie contagieuse car elle contamine toujours ceux qui la combattent" disait Raymond Aron. La phrase pourrait s’appliquer à la gauche française qui a fait de la lutte contre l’intolérance un de ses chevaux de bataille. C’est particulièrement sensible en 2021 avec le virage woke et identitaire pris par cette même gauche.

    Pourtant, à en croire Anne Muxel, sociologue et directrice de recherches au Cevipof, cette gauche se révèle largement moins tolérante que la droite.

    Anne Muxel a mené une étude sociologique pour voir comment les personnes de droite et de gauche réagissaient face à des personnes proches ne partageant pas leurs idées. Le constat a été sans appel: les personnes se disant de droite se montrent beaucoup plus tolérantes que celles se déclarant de gauche. Ce qui explique cette plus grande tolérance de la droite, c’est sa culture de la liberté, et donc l’influence libérale, à en croire Anne Muxel dans son ouvrage Toi, moi et la politique, amour et conviction.

    La sociologue résumait ainsi les conclusions de ses travaux sur France Inter:

        “Ça a été une surprise pour moi dans la mesure où les valeurs de tolérance, de respect de la différence, du respect de l’autre font partie d’une culture en tout cas revendiquée par la gauche. Pourtant il y a une plus grande difficulté pour les personnes qui se classent à gauche d’accepter la divergence politique dans la sphère privée… […] La culture de la droite suppose la liberté, la liberté de l’autre de penser, de vivre et d’être comme il veut. Cela suppose une plus grande ouverture“.

    La forte corrélation étatisme et racisme

    Ces travaux français trouvent un complément avec l’étude américaine de James Lindgren, célèbre juriste à la Northwestern University. Dans ce papier, l’auteur s’intéresse aux motivations des tenants de la redistribution et des anticapitalistes (" What Drives Views on Government Redistribution and Anti-Capitalism: Envy or a Desire for Social Dominance? " , mars 2011, Northwestern Law & Economics Research Paper No. 06-10 & 29). Les conclusions sont édifiantes: plus on est raciste, aigri, solitaire ou peu généreux, plus on est en faveur de la redistribution des richesses et de l’anticapitalisme.

    Plus précisément, James Lindgren a analysé 25 années de données du National Opinion Research Center, l’un des centres de recherche en sciences sociales les plus respectés aux États-Unis. À partir de ces données, il a tenté de corréler idées économiques et politiques avec le racisme ou l’intolérance. À chaque fois, une même corrélation, nette: plus on est raciste et intolérant, plus on favorise la redistribution et plus on hait le capitalisme libéral. La corrélation n’est évidemment pas parfaite (qui affirmerait une relation aussi basique?) mais il existe un lien fort et récurrent. Même si l’on prend en compte l’éducation, le revenu, l’âge ou le sexe, le lien persiste entre socialisme et racisme/intolérance.

    LE SOCIALISME REND AIGRI?

    Autre conclusion intéressante de l’étude, les socialistes semblent être plus aigris: les tenants les plus ardents d’une politique de redistribution ont jusqu’à trois fois plus de risque que la moyenne d’avoir été en colère dans la semaine précédant le sondage.

     

    De même pour la tristesse, la solitude ou la mélancolie. À l’inverse, les opposants à la redistribution ont quatre fois plus de chance de déclarer être heureux ou satisfaits! Les socialistes (au sens de tenants de la redistribution à nouveau) déclarent en outre que leurs colères, outre qu’elles sont plus nombreuses, sont aussi plus longues. Ils admettent deux fois plus que la moyenne qu’ils ont répondu à cette colère en planifiant une vengeance.

    Pour parfaire le tableau, socialistes et anticapitalistes se disent moins heureux, avoir moins de mariages heureux, être moins satisfaits de leur situation financière ou de leur emploi, et ce même en corrigeant des différences de revenu, sexe, etc. Enfin, socialistes et anticapitalistes déclarent bien moins que les opposants aux politiques sociales de redistribution avoir un comportement altruiste ou donner régulièrement à des SDF. En résumé, radins, racistes et intolérants les socialistes et les anticapitalistes, à en croire cette étude académique!

    Ces résultats d’une étude sociologique se retrouvent sans surprise confirmés par l’étude de la générosité respective des personnes de droite et de gauche.

    La générosité, une valeur libérale, et non étatiste ou " de gauche "

    Arthur Brooks est docteur en économie, spécialiste des sciences sociales et d’économie comportementale. Dans Who really cares (Basic Books, 2006), il étudie les comportements respectifs des conservateurs et des liberals américains (gauchistes en anglais) en matière de générosité1.

    Ces deux positions ont une traduction concrète dans le comportement des individus qui s’en revendiquent2: ceux qui " pensent que le gouvernement devrait mener une politique de redistribution plus forte " donnent… nettement moins à des associations ou aux moins fortunés que ceux qui veulent réduire le rôle de l’État. Cela alors que les premiers ont un revenu supérieur de 6% aux seconds.

    Là encore, c’est la culture individualiste qui explique en grande partie cette différence de générosité en fonction des opinions politiques. Ceux qui font confiance à l’individu et non à l’État pour aider autrui donnent plus. Ceux qui en appellent à l’action de l’État donnent nettement moins et se reposent sur les autres pour aider les moins fortunés. Ils n’ont aucun droit à revendiquer la notion de générosité dont ils parlent mais qu’ils ne mettent pas en pratique.

    On retrouve exactement le même schéma pour le don du sang: les gens de droite donnent nettement plus souvent leur sang que les gens de gauche. Si les gens de gauche et du centre donnaient autant que ceux de droite, il y aurait 45% de don du sang en plus aux États-Unis selon Brooks! (" If liberals and moderates gave blood at the same rate as conservatives, the blood supply of the United States would jump about 45 percent. ")

    Une autre comparaison intéressante qui vient à l’appui des conclusions d’Arthur Brooks est celle entre les États-Unis et le Canada. Comme l’écrit Martin Massse (depuis le Canada):

        On pourrait croire qu’une société comme le Québec, où les mots solidarité, équité et compassion sont sur toutes les bouches, une société qui " résiste au vent froid de droite qui souffle sur le reste du continent " comme se plaisent à nous répéter nos politiciens défenseurs du " modèle québécois ", est un endroit où les individus font preuve d’une plus grande générosité qu’ailleurs. Comparés à ces Anglos matérialistes et individualistes du reste du continent, ne sommes-nous pas une grande famille généreuse et tricotée serrée?

        Eh bien non. Comme des sondages et études le montrent année après année, les Canadiens sont moins généreux que les Américains, et les Québécois sont les moins généreux des Canadiens. Ils sont donc les Nord-Américains qui contribuent le moins aux œuvres de charité. Une étude du Fraser Forum de décembre 2000 (Canadian & American Monetary Generosity) qui compare tous les États américains et provinces canadiennes en termes de générosité (nombre de donateurs et montants donnés) place les provinces au bas de la liste. C’est l’Alberta, paradis du conservatisme et de la fiscalité minimale au pays, qui fait meilleure figure. Le Québec est bon dernier.

        Cette réalité n’est pas si surprenante et l’explication en est fort simple. Le contribuable québécois doit supporter l’État le plus lourd sur le continent et est forcé de contribuer au financement d’un tas de programmes sociaux pour les plus démunis, dont un Fonds spécial de lutte contre la pauvreté. Logiquement, il se dit qu’il fait déjà sa part. Pourquoi donner une seconde fois à des œuvres privées, alors qu’on est déjà obligé de donner pour des programmes publics?

        Les Québécois ne sont pas plus égoïstes que les autres Nord-Américains, ils agissent de façon rationnelle dans le contexte socialiste qui est le leur. Les Albertains aussi, eux qui sont les moins taxés au pays. Ils se sentent logiquement plus responsables et contribuent donc plus à des œuvres privées.

        Le résultat est cependant loin d’être le même sur le plan de la moralité. Les donateurs privés peuvent prétendre être véritablement généreux: c’est leur argent à eux qu’ils donnent, de façon libre et volontaire. Au contraire, la charité publique n’est qu’une vaste tromperie socialiste. Ceux qui y contribuent sont forcés de le faire. Et ceux qui s’en attribuent le mérite, nos gouvernants, ne sont en réalité que des bandits de grand chemin et des hypocrites.

    CONCLUSION: ETRE DE GAUCHE REND INTOLERANT ET RADIN?

    Le lecteur l’aura compris, ce n’est pas tant le fait d’être de droite ou de gauche qui rendrait intolérant, radin, etc. selon moi. Les lecteurs de cet article qui seraient les plus à droite auraient ainsi tort de se réjouir de croire pouvoir attaquer ainsi le camp adverse

    Il serait en effet bien plus opportun de parler d’étatisme versus libéralisme, de société fermée vs société ouverte. De ceux qui attendent tout du Léviathan ou de ceux qui prennent leur destin en main. De ces choix découlent largement notre attitude au quotidien, dont la générosité. Soit on demande à d’autres d’être généreux pour soi, soit on l’est pour soi-même.

    À force de demander à l’État de tout faire, on finit par ne plus rien faire pour l’autre par soi-même. Aller vers toujours plus de socialisme et d’étatisme, c’est aller vers une société fermée. Le socialisme et l’étatisme, qu’ils soient de droite ou de gauche, ne mènent qu’à une société de personnes intolérantes et repliées sur elles-mêmes.

    Aller vers une société ouverte implique de responsabiliser l’individu, de cesser de tout confier à l’État pour rendre le pouvoir à celui qui en est la source: l’individu. Comme certains le disent bien, " je n’ai pas trahi mon idéal socialiste en devenant libéral ". Tout individu de bonne foi qui veut réellement l’épanouissement de l’individu dans une société ouverte et tolérante ne peut vouloir qu’une société de liberté.

    Lire aussi:

    1. Il faut noter que l’essentiel des conservateurs américains se retrouvent dans la défense du capitalisme libéral, ce qui n’est pas le cas de la droite française.

    Plus précisément, les convictions politiques sont un des trois facteurs qui influent sur la générosité des individus, avec la religion et la structure familiale.