Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2017

.... et pendant ce temps où la France vote pour des incapables et des ignares....

Imminence d’un effondrement financier – 5 Hauts Spécialistes l’annoncent!

Mark Yusko: "Je vous le dis, nous allons avoir un crash et il sera ÉNORME!"

Bien que l’indice Dow Jones continue de battre de nouveaux sommets historiques, regardez qui vient de tirer la sonnette d’alarme ci-dessous.

Lors de sa dernière Conférence sur l’investissement stratégique, John Mauldin a interviewé Mark Yusko, président et fondateur de la firme Morgan Creek Capital Management pendant près d’une heure. J’ai trouvé qu’il était important de transmettre l’énorme mise en garde lancée par Mark vers la fin de l’interview. Voici l’alerte lancée par Mark Yusko.

Il semble que l’histoire se répète. Voilà ce que Mark Yuko a fini par dire à la fin de l’interview: "Je vous le dis. Nous aurons un crash et il sera énorme. J’ignore quand est-ce que cela va se produire. Peut-être que ce sera en septembre ou en octobre, mais peu importe car cela finira par arriver. Et si l’Amérique se met a reproduire ce qu’elle avait fait durant les années 1930, à savoir augmenter les droits de douane afin d’essayer de protéger ses emplois, si elle expulse les étrangers, alors elle transformera une récession en dépression. Nous aurons un choc déflationniste. Lorsque vous augmentez les droits de douane, croyez-vous que les autres pays resteront là à ne rien faire? Bien sûr que Non. Les exportations américaines avaient chuté de 35% dans les années 30 car en réaction, les droits de douanes étaient devenus bien plus élevés dans d’autres pays. Ces derniers avaient tout simplement riposté face à la hausse des droits de douanes mise en place par les Etats-Unis. L’Amérique agit comme si elle décidait pour le reste du monde.

Les marchés américains n’ont jamais été aussi calmes. En général, on observe ce genre de phénomène avant un crash. Peut-être que ça ne se produire pas cette fois mais… "

http://www.businessbourse.com/2017/06/16/mark-yusko-dis-allons-crash-sera-enorme/

Le présitante, le nouveau dictateur après flamby

Oradour-sur-Macron

Il faisait chaud et beau, les calvities précoces ou tardives rissolaient sèchement, en cette fin de matinée.

Le 10 juin 44, si j’en crois la rumeur, il avait d’abord fait lourd, puis le ciel s’était dégagé. Il faut de la chaleur et beaucoup de soleil pour donner à une division SS l’idée de tout passer par le feu — les vivants et les morts.

Belle idée d’avoir gardé les ruines en l’état. Lisbonne de même n’a jamais voulu rebâtir le couvent des Carmes, mis à bas par le tremblement de terre du 1er novembre 1755 — celui même dont Candide tire la preuve que tout n’est peut-être pas pour le mieux dans le meilleur des mondes.

En ce 10 juin 2017, les cameramen escaladaient les tas de pierres pour obtenir le plan le plus significatif sur le président de la République qui remontait les rues du village dévasté, escorté par une noria d’élèves venus de toute la France (1).

Comme personne ne peut me soupçonner de macronisme aigu, et que d’aucuns me reprochent de ne pas avoir hurlé avec les lèche-culs entre les deux tours de la présidentielle, j’ai d’autant plus de liberté pour dire que le discours que prononça samedi dernier le président de la république était un bon discours. Qu’il ait été écrit, dit-on, par Sylvain Fort (2) importe guère, et l’ex-nègre que je suis sait reconnaître de la belle ouvrage.

Il y est question d’Histoire, forcément, mais surtout de transmission.

"Voyez ces ruines qui sont derrière vous, déjà la pluie et le soleil après tant de décennies ont effacé les traces noires de l’incendie dévastateur. L’herbe du Limousin a repoussé dans ce sanctuaire, l’impact des balles tirées ce jour-là sur les hommes, les femmes, les enfants s’est poli sur ces murs et se confond avec l’érosion de la pierre.

"Il en va de même la mémoire, elle aussi forcément s’érode.

"Ce qui se transmet risque de s’affadir, sans cesse nous devons raviver la flamme et lui redonner sens. C’est pourquoi j’ai voulu que vous soyez présents ici, présents au côté des enfants d’Oradour et de Limoges, vous, centaines d’enfants des écoles de France, pour que la mémoire soit transmise dans sa substance par la vision des ruines, des tombes, des noms.

Je sais que cette journée restera pour vous un moment singulier, parce que vous aurez vu ces lieux de vos yeux, parce que vous aurez serré la main du dernier rescapé. C’est ainsi que se perpétue le fil de l’histoire. J’ai voulu que vous deveniez vous aussi des témoins".

Ce que j’ai entendu là — peut-être la présence de Jean-Michel Blanquer est-elle pour quelque chose dans l’enchaînement de mes idées —, c’est une condamnation de l’enseignement de l’Histoire tel qu’il est censé être pratiqué au nom des programmes de Najat Vallaud-Belkacem (en grand danger d’être définitivement enterrée dans les poubelles de l’histoire par les habitants de Villeurbanne, dimanche prochain — sans doute vendra-t-elle le pied-à-terre qu’elle avait cru bon d’y acheter pour prouver son attachement à un terroir auquel elle n’appartenait pas). Et une réhabilitation d’une Histoire chronologique, de ce "récit" (et non, pas "roman" !) historique que les programmes de Darcos avaient voulu mettre en place, et que condamnent si fort les pédagos d’Aggiornamento et autres officines du désastre. Réhabilitation d’une Histoire de la transmission des savoirs, faisant de nous, selon le mot de Bernard de Chartres, "des nains sur des épaules de géants" — nani gigantum humeris insidentes, comme on dit vulgairement.

(J’ai d’autant plus de plaisir à renvoyer le lecteur à cet article qui a déjà deux ans que le Point.fr a cru bon de me remercier — pour cause d’enthousiasme insuffisant à la vague aujourd’hui en marche. Je suis d’ailleurs un tout petit pion dans le rééquilibrage des médias: Paris Première, France 2 ou Europe 1 font le ménage en grand pour complaire à un président dont on ne sait s’il a demandé le grand nettoyage, ou si les rédactions anticipent ses desiderata supposés. La démocratie est un combat, la courtisanerie est une reddition…)

J’ai passé l’année à faire cours sur la Mémoire — c’était l’un des deux sujets mis au concours des IEP de province. L’année à rappeler à mes étudiants de Bac + 1 — une classe qui n’est pas composée d’héritiers, loin de là — qu’ils sont les derniers maillons, à ce jour, d’une très longue chaîne, et que comme l’a fort bien résumé Laurent Wirth, s’il y a un droit à la mémoire — pour les martyrs d’Oradour comme pour tous ces sacrifiés de tant de guerres, de tant de journées qui ont fait la France (eh non, ce n’est pas une vision réactionnaire! C’est la construction de la nation au sens le plus noble du terme — "Ô soldats de l’an II !"), il y a surtout un devoir d’Histoire.

Et ce ne sont pas des hommes de droite qui l’expliquent, mais Pierre Vidal-Naquet ou Pierre Nora, qui valent bien les petits coqs du pédagogisme et leurs éructations hystériques. De vrais historiens qui protestent contre l’abus des lois mémorielles, qui permirent à des associations quelque peu partisanes de traîner en justice Olivier Pétré-Grenouilleau, parce qu’il tenait sur l’esclavage un discours vrai mais peu conforme à la loi Taubira. Liberté pour l’Histoire! ont demandé un bon nombre d’historiens — de gauche principalement, car la science n’a pas de couleur politique. Le "politiquement correct" n’a rien à voir avec l’enseignement de cette discipline à hauts risques.

Ni lois mémorielles, ni "roman" national. Il ne s’agit pas non plus de faire de l’Histoire comme dans le Tour de France de deux enfants, où l’on exaltait l’Histoire et ses mythes pour préparer la revanche. Mais il faut retisser un récit, suivi, chronologique, qui permette aux générations présentes et à venir de penser leur futur en regardant prudemment en arrière. Un coup d’œil dans le rétro n’a jamais empêché d’aller droit — bien au contraire. Savoir d’où nous venons incite à mieux définir où nous allons. La vraie pédagogie, c’est celle-là, et il n’y en a pas d’autre.

Célébrer Oradour, avec ou sans trémolos malruciens de circonstance, c’est tisser du lien avec le passé, avec les hommes et les femmes du passé; c’est savoir d’où nous sommes issus — et il n’est pas tout à fait indifférent que ce soit de ce passé et non d’un autre. Savoir que la France n’est pas seulement un enchaînement de plaines et de montagnes, mais un paysage sculpté par des générations, légué aux générations à venir comme une œuvre collective qu’il convient de reconnaître, posséder, célébrer.

Il faut nécessairement réécrire les programmes d’Histoire de la dernière réforme — ou simplement en revenir à ceux de 2008, qui n’étaient pas mauvais, quitte à les amender çà et là. Et s’en tenir là une bonne fois pour toutes. Retrouver le fil de la continuité française, de la geste héroïque française, afin de redonner confiance en la nation — sous peine que les jeunes déboussolés aillent se chercher des exemples héroïques dans quelque Orient compliqué.

Jean-Paul Brighelli

(1) Je signale à ce propos au rédacteur qui a publié sur le site de l’Elysée le discours de l’événement que Riom s’écrit avec un "m", et non un "n"…

(2) Nous avons un point de contact: j’ai jadis servi de nègre à Pierre Brunel, qui fut son patron de thèse

http://blog.causeur.fr/bonnetdane/oradour-sur-macron-001699.html

 

18/06/2017

Un tweet à savoir

 C'est presque émouvant de voir un de mes anciens clients rentrer au #Gouvernement ??

 

— Maîtresse Gilda (@Maitresse_Gilda) May 17, 2017

 

C'est toujours rassurant de savoir qu'on a des politiciens qui aiment se faire fouetter par des putes sado-transsexuelles.

 

10/06/2017

Toujours les cerveaux formatés de la gauchiasse....

Jihadisme: Salman Rushdie dénonce "l'aveuglement stupide" de l'Occident

"Il faut arrêter l'aveuglement stupide" face au jihadisme qui consiste à dire que "cela n'a rien à voir avec l'islam", souhaite l'écrivain britannique Salman Rushdie dans un entretien publié jeudi par l'Obs.

 "Je suis en désaccord fondamental avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l'islam", souligne l'auteur des "Versets sataniques" qui vit sous la menace d'une fatwa depuis 1988.

 "Depuis 50 ans, l'islam s'est radicalisé", soutient le romancier qui vit désormais à New York. "Il y a bien sûr une tradition d'un islam éclairé. Mais il n'est pas au pouvoir aujourd'hui", ajoute-t-il.

"Côté chiite, il y a eu l'imam Khomeini et sa révolution islamique. Dans le monde sunnite, il y a eu l'Arabie saoudite, qui a utilisé ses immenses ressources pour financer la diffusion de ce fanatisme qu'est le wahhabisme. Mais cette évolution historique a eu lieu au sein de l'islam et non à l'extérieur", insiste l'écrivain.

 "Quand les gens de Daech se font sauter, ils le font en disant +Allahou Akbar+, alors comment peut-on dès lors dire que cela n'a rien à voir avec l'islam?", interroge-t-il.

L'écrivain explique qu'il dit "comprendre" la crainte de "stigmatisation de l'islam" mais, ajoute-t-il aussitôt "pour éviter cette stigmatisation, il est bien plus efficace de reconnaître la nature du problème et de le traiter".

 L'auteur de "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" trouve ainsi "consternant" d'entendre "Marine Le Pen analyser l'islamisme avec plus de justesse que la gauche".

"C'est très inquiétant de voir que l'extrême droite est capable de prendre la mesure de la menace plus clairement que la gauche".

"Le présupposé constant de la gauche, c'est que le monde occidental est mauvais. Et donc tout est passé au crible de cette analyse", déplore-t-il.

09/06/2017

Toute l'actualité bien expliquée

 

https://youtu.be/HJc4ai2Z4y8

06/06/2017

Ce n'est pas le présitante macaronite qui va améliorer la vie quotidienne des Français: vive la chienlit!

Des gens du voyage envahissent un terrain, le match interrompu

Par valeursactuelles.com  

Blocage. Une trentaine de caravanes de gens du voyage ont investi dimanche un stade foot d'Angers. Le match a dû être interrompu.

Ce n'est pourtant pas la première fois que cela arrive ! Dimanche, alors que les joueuses de football de Croix-Blanche et de Lillers jouaient le barrage aller pour l’accession en D2, une trentaine de caravanes de gens du voyage a investi le stade de l’Arceau, à Angers, après que l’arbitre ait sifflé la mi-temps entre les deux équipes.

Les chaînes du portail brisées

Dans le cadre d’une mission évangélique, les gens du voyage ont réussi à pénétrer dans l’enceinte sportive en brisant les chaînes du portail avant de garer leurs véhicules autour du terrain. Le tout sous les regards hallucinés des spectateurs. Le président du club de Croix-Blanche Pascal Rey a précisé ce lundi à BFMTV, qu'il s’était déjà passé exactement la même chose l'année dernière. C'est d'ailleurs avec son intervention, que les esprits ont pu s'apaiser.

 

04/06/2017

Lutter tous ensembles!

 

 

Nous avons tous d'incroyables pouvoirs psi: utilisons-les pour l'avenir de l'Humanité!