Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 3

  • Homard m'a tuer.......

    Lui-là, c'est un homard!

    Par la faute de Mediapart, nous voilà avec un François de Rugy sur les bras, bien embarrassé pour justifier ces dîners fastueux qu’il donnait du temps où il était président de l’Assemblée nationale. Le ministre tente la technique du "J’assume". Un grand classique macronien. Comprenons-le, il s’agissait de "dîners informels liés à l’exercice de ses fonctions avec des personnalités issues de la société civile". Sur ce point, tout le monde est d’accord: à moins de 500 euros la bouteille, les personnalités issues de la société civile ne se déplacent pas.

    Les divers responsables censés avoir pris part aux festivités seraient partis face à un plat de homards trop petits.

    Quant à des crevettes, n’en parlons pas: il y aurait eu outrage. Vexation générale s’il avait été avéré que le festin n’était pas aux frais du contribuable.

    Léger retard à l’assumage dans le couple de Rugy. Tandis que monsieur affirme qu’il n’y avait là que peu d’amis, de son côté, madame déclare à Mediapart que les invités appartenaient dans leur majorité au cercle amical. L’enquête pourrait déterminer que François de Rugy parlait des homards. Et il est vrai qu’il ne les connaissait pas.

    Très conscient du caractère exceptionnel de ces agapes, François de Rugy posait assis à la table pour une photo-souvenir. Seul, avant l’arrivée des convives si exigeants. Madame à côté d’une bouteille de pommard, les homards, la table somptueusement décorée, étaient également immortalisés.

    Il fallait garder une trace de cette débauche de luxe. Montrer le chef-d’œuvre aux enfants, aux collègues et surtout aux amis qui n’avaient pas pu venir. Comme une manière de les inciter à ne pas rater la prochaine ripaille. En aucune manière, le ministre ne semblait trouver matière à scandale dans cet étalage de mets et de breuvages dispendieux mis sur l’ardoise des finances publiques. Un petit plaisir dans la dure vie d’un agent de l’État.

    L’un des arguments de François de Rugy pour expliquer cette dizaine de soirées de gala vaut le détour: "On reproche souvent aux hommes et aux femmes politiques d’être coupés, j’ai toujours souhaité que l’Assemblée nationale soit ouverte“.

    Le retour au réel n’est pas pour demain. Ne pas se couper du quotidien des Français à coups de petites cuillères en or et de homards XXL est une curiosité. De l’ésotérisme parlementaire. Faisaient-ils tourner les tables pour entrer en contact avec les esprits des smicards? Gilet jaune, es-tu là?".

    La table se soulevait, les sauces étaient renversées… L’Assemblée nationale s’ouvrait enfin au petit peuple. Frais de détachant non compris.

    Après examen sérieux de la photographie des crustacés, il apparaît, sauf erreur de ma part, qu’il s’agit non pas de homards mais de langoustes. Un site connaisseur de la question informe qu’elles sont encore plus chères que le homard.

    Ah zut… Edwy Plenel va tomber sous le coup de la loi anti-"fake news". Accusé de haine envers les fruits de mer. De discrimination, d’amalgame, de racisme anti-langouste… Ce rebondissement de l’affaire fera l’objet d’un dîner avec des représentants de la société civile. Frites à volonté.

    https://www.bvoltaire.fr/les-agapes-somptueuses-de-francois-de-rugy

  • C'est complètement fou!

    Un jour j'ai vu passer un article (avec photo) montrant des collégiens sodomisant un âne dans un bled pas catholique…

    Marly-la-Ville (95): Louis, 12 ans, harcelé et violé au collège

    Qui imaginerait des collégiens de 6e harceler un élève au point de lui infliger agressions sexuelles et viol ? C’est ce qui est arrivé à Louis [Le prénom a été modifié], scolarisé au collège Françoise-Dolto, à Marly-la-Ville (Val-d’Oise). Au paroxysme de cet enfer, il a cherché à mettre fin à ses jours. Il est encore sous traitement et suivi psychologique en raison de tendances suicidaires. Ses parents ne le lâchent pas d’un pas.

    Ce grand garçon (1,78 m) de 12 ans aux yeux bleus évoque ces sévices d’une voix calme et timide. "Ils font le jeu de l’olive. On prend quelqu’un et on cherche à lui mettre un doigt dans l’anus", explique-t-il. À plusieurs reprises, ses agresseurs lui ont mis un doigt, un stylo ou un témoin de relais d’athlétisme entre les fesses. L’épisode le plus violent date de juin. "Il était accoudé à une barre en cours de sport, relate Julia [Le prénom a été modifié], sa mère.

    Un des gamins est arrivé derrière lui et a plongé ses mains jointes dans son derrière. "La doublure de son short est trouée. "Ça a été très douloureux, car très profond. Je saigne encore beaucoup", témoigne-t-il. […]

    D’autres agressions surviennent. À nouveau l’établissement est contacté. Les parents préviennent qu’ils porteront plainte la prochaine fois. Leur fils sombre dans le mutisme. Ils comprennent que le harcèlement n’a pas cessé quand Louis évoque les propos qui visent sa sœur. "Ils ont dit qu’ils allaient la sodomiser", indique-t-il. Elle était en CM2 cette année. "Du coup, j’ai très peur parce qu’elle rentre au collège l’année prochaine. Je ne voudrais pas qu’elle subisse ça à cause de moi", ajoute le jeune garçon.

    Le Parisien

    Sale pourriture!

     

     

  • Sciences: les nouveaux obscurantistes

     […] L’ampleur du phénomène devrait inquiéter, parce qu’il percole (hé crétin, tu bois trop de café: on dit: infuse…) dangereusement dans la société. Tous les sondages précités font la même analyse: les plus jeunes se trouvent être les plus défiants vis-à-vis de la science. Un fossé générationnel se creuse insidieusement.

    Aux Etats-Unis, une professeur de biologie à au William College, une université privée du Massachusetts, a fait part dans une retentissante tribune sur le site The Atlantic de son désarroi face à sa difficulté à enseigner à certains de ses élèves des notions de biologie et de génétique (héritabilité, QI, etc.) et de se sentir contestée au nom de "l’égalité, de l’antiracisme et de l’antisexisme". Avant de conclure: "Si les étudiants [continuent à nier] l’évidence scientifique, cela aura un effet sur la façon dont les professeurs enseigneront“.

    On va tous se retrouver à l'obscurantisme du Moyen-âge!

    De ce côté-ci de l’Atlantique, les effets de ce nouveau politiquement correct ne se font pas autant ressentir sur les bancs des facs: "Je ne crois pas que nous rencontrons le même type d’opposition, confie Erwann Gueguen, chercheur en microbiologie à l’université Claude-Bernard-Lyon I. Sur ces questions, mes étudiants peuvent engager une discussion, mais ne sont pas dans la contestation. "En revanche, cette résistance semble perceptible aujourd’hui au niveau du secondaire, où des élèves plus jeunes peuvent être guidés par des croyances religieuses“.

    L’Express

    Obscurantisme, etc…

     

  • Retour vers le Moyen-âge...

    La video de l’agression d’une jeune femme en jupe suscite l’indignation

    Une vidéo prétendument tournée à Roubaix le soir de la victoire de l’équipe algérienne suscite l’indignation sur Twitter.

    Selon Waleed Al-husseini, ils criaient Kha’ba (pute en arabe)

        Une fille porte une jupe un soir de victoire de l'équipe d’Algérie à Roubaix

        Entourés autour d'elle,ils criaient (Kah’ba) pute.Ces pratiques sont fréquentes en France entière et on ose parler du vivre ensemble?

        Jusqu'à quand ces pratiques seront permises et les coupables impunis? pic.twitter.com/3eM7ue3Rae

         — Waleed Al-husseini (@W_Alhusseini) 10 juillet 2019

    D’autres entendent da3wa, un rappel des mœurs islamiques

        Ils lui font comprendre qu'elle n'est pas la bienvenue au milieu de leur événement car elle ne suit pas la même éthique qu'eux.

        En criant tous Da3wa, elle est obligé de fuire car elle risque de se confronter à des problèmes avec eux.

        — Obscurantophobe, Smaïn (@roudene01) 10 juillet 2019

         Roubaix: une jeune femme en jupe agressée par des islamistes

        Ils crient "da3wa" pour lui rappeler qu’elle doit à se soumettre à la charia et porter le voile et des vêtements couvrants

        Quand est-ce que vous allez faire cesser cette police des mœurs ?@MarleneSchiappa @CCastaner pic.twitter.com/zUtRjctedv

        — Alex (@AlexLeroy90) 10 juillet 2019

    Une pomme pourrie dans un panier pourrit les autres…