Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mon coup de gueule!

    La gélatine? super aliment excellent pour la santé

    Il y a quelques jours, quelques tarés intégristes nous ont bassinés avec le fait que, d'après leur deux neurones dans la cervelle, la gélatine serait mauvaise pour la santé.

    Menteurs! Fraudeurs de la réalité!

    On vous montre des barils contenant du gras, des os et de la couenne dans les abattoirs: c'est censé être peu ragoûtant et dangereux pour votre santé.

    Faux! Archifaux!

    Ces reliquats de viande sont placés dans des bidons alimentaires propres, bien nettoyés. C'est la base de la gélatine alimentaire qui est ainsi fabriquée.

    Quand vous préparez une bonne blanquette MAISON, vous utilisez des viandes grasses (poitrine de veau, par ex.) avec os, qui seront très moelleuses une fois cuites et votre plat sera tellement d'anthologie qu'il figure dans le patrimoine gastronomique français que le monde entier nous envie tant que 88 millions d'entre eux, ne viennent en vacances chez nous, que pour -presque- cela. Vous savez ainsi, en choisissant ce genre de viande que vous aurez la garantie d'un bouillon moelleux, “charnu“, épais et si savoureux!

    Quant vous faites un ragoût de poulet, vous ne désossez pas les morceaux de poulet. Quand vous faite une daube, vous ne désossez pas les morceaux de viande, quand vous faites un pot-au-feu, vous prenez une bonne viande “gélatineuse“, (poitrine de bœuf) et vous rajoutez un os à moelle qui rend votre bouillon plus savoureux.

    Quand vous préparez, le dimanche, votre poulet grillé, vous faites du vermicelle avec les abats: cou, pattes, gésier etc.

    Les os de la viande utilisée, à la fin de la cuisson, ont rendu de la gélatine, celle qui provient de la moelle des os.

    La gélatine alimentaire contient tous les acides aminés essentiels au corps. C'est totalement idiot de réfrigérer un plat mijoté pour retirer la graisse… vous retirerez la gélatine du bouillon, tout ce qui fait sa saveur et les bonnes propriétés thérapeutiques du bouillon.

    Regardez la tête des gens qui se plaignent: des cadavres ambulants, blancs de peau transparente.. des zombies!

    Quand vous êtes enrhumé-e, quand vous êtes grippé-e, quand vous êtes raplapla à cause des virus de l'hiver qui viennent attaquer votre organisme, vous devez faire un bouillon de poulet (qui est fait avec les os et abats de l'oiseau!). Mais, enfin, vous n'avez jamais vu de feuilletons ou de films américains où la mère de famille prépare un bon bouillon de poulet lorsque l'enfant ou l'ado est enrhumé-e?

    Les crétins qui sont contre la gélatine de porc veulent à tout prix faire plier les sociétés agro-alimentaires pour qu'elles retirent la gélatine (de porc, le plus souvent) des aliments préparés: idiotie totale pour utiliser de l'agar-agar, gélifiant naturel qui vaut 10 fois plus cher! Etes-vous prêt-es à payer dix fois plus cher le paquet de bonbons donné à vos enfants?

    Croyez-vous que la gélatine alimentaire industrielle réalisée avec les os et couennes des bœufs n'est pas réalisée avec toutes les précautions de propreté et d'hygiène? croyez-vous que les process alimentaires -utilisés pour cela- ne sont par surveillés attentivement par les DGCCRF? parce que, au cas où vous ne le sauriez pas, le principe de précaution est inscrit dans la Constitution française….

    Si certains étrangers ne sont pas contents avec nos bonbons  ou autre produits utilisant de la gélatine, qu'ils ouvrent une usine à bonbons et fabriquent les leurs ou fabriquent leur nourriture gélatineuse eux-mêmes! Qui les en empêchent? Où qu'ils partent dans les pays où cela est interdit: qui s'assemble se ressemble et les vaches seront bien gardées!

    Les agro-industriels sont bien idiots de se plier aux désidératas de quelques crétins à la peau du ventre bien tendue; qu'ils attrapent tous la sclérose en plaques, la parkinson et l'Alzheimer, ils auront de quoi s'occuper la cervelle durant chaque seconde où ils tenteront de vivre et respirer…. croyez-moi, cela  les obligera à revoir leur priorités…

    Je parle des végétariens, végétaliens et autres végans qui doivent secouer le neurone qui roule dans leur cervelle pour s'entendre exister.

    Non mais, les végans, je vous jure: ne pas tuer les animaux. Ben voyons. Laissons vivre et se multiplier les bœufs, veaux, cochons, sangliers, éléphants, rhinocéros, caïmans et autres croco et lions et tigres sans les importuner, ces pauvres chou! qui ont le droit de vivre… dans moins de dix ans, quelle place restera-t-il alors pour l'humanité sur cette terre?

    Si, comme il faut s'y attendre dans très peu de temps, certains viennent nous casser la tête pour nous imposer leur façon de vivre en créant des émeutes qui mettront la France à genoux pendant plusieurs mois et années, détruisant les filières des fruits, légumes; bref, empêchant la société de leur proposer de la nourriture bonne, facile à trouver et saine car surveillées par les fonctionnaire de la répression des fraudes, alors: qui sera obligé de manger les chats et rats qu'ils auront peine à se mettre sous la dent car ils deviendront de plus en plus rares….

    Végétariens, végétaliens, vegans et autres abrutis du même genre, foutez la paix à touts les Français et retournez à la maternelle: y a du boulot pour reprendre votre éducation et le savoir vivre ensemble!

    Vivent les bouchers, charcutiers, poissonniers, fromagers et L'ART DE VIVRE A LA FRANCAISE!

    En vous comportant ainsi, vous mettez de drôles d'idées assassines dans la tronche de ceux qui ne vivent pas comme nous mais aiment bien nos allocs et autres aides financières largement dispensées -soi-disant- pour respecter l'honneur de la France qui accueille, n'est-ce pas, mélanchonnistes de mierda?

     

  • Les cadres HLM se forment dans des hôtels 5 étoiles

    En attendant une véritable réforme, on espère que les cadres des coopératives solidaires socialement responsables apprécient le champagne et les petits fours des hôtels de luxe.

    Par Laurent Pahpy. - Un article de l’Iref-Europe

    Les 161 coopératives d’habitations à loyer modéré (HLM) sont des organismes parapublics qui gèrent plus de 75 000 logements locatifs sociaux et mettent en chantier plusieurs milliers de logements par an pour l’accession sociale. La fédération est présidée par Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste et ancienne ministre qui cumule de multiples mandats.

    D’après leur site Internet, ces gestionnaires prônent les "valeurs coopératives", à savoir la démocratie, la solidarité et la responsabilité sociale.

    Comme tous les organismes gestionnaires du parc public, les coopératives bénéficient d’un grand nombre de subventions et de primes de l’État, des conseils départementaux, des régions, des intercommunalités et du " 1 % employeur ". Elles obtiennent des prêts à taux avantageux de la Caisse des dépôts et consignations alimentée par le détournement fiscal des livrets A et des assurances-vie des Français. Elles sont aussi exonérées, entre autres, de taxe foncière et de l’impôt sur les sociétés et leur taux de TVA tombe à 5,5 %.

    Le siège de l’ARECOOP, situé à deux pas des Champs-Élysées, n’est semble-t-il pas assez prestigieux pour les administrateurs, dirigeants et collaborateurs des coopératives d’HLM en apprentissage sur le " prêt social " ou l’" accession sociale ". Les formations ont lieu à l’hôtel Ambassador et à l’hôtel Régina, situés en plein cœur de Paris, respectivement quatre et cinq étoiles.

    Le logement "social" : un échec dramatique

    Dans une vaste étude réalisée en 2011, l’IREF a montré l’inefficacité et les multiples scandales associés à la gestion publique de près de 5 millions de logements HLM.

    Ces habitations n’ont de " sociales " que le nom. En 2013, d’après l’INSEE, plus de la moitié des ménages en location au revenu inférieur à 1 100 €/mois/unité de consommation (les 20 % des Français les plus pauvres) logeait dans le parc privé et non en HLM. À l’inverse, près de 147 000 familles gagnant plus de 2 800 €/mois/unité de consommation (les 20 % des Français les plus riches) bénéficiaient d’un logement "social". Parmi elles, des députés comme Alexis Corbière et même la nouvelle ministre des Sports Roxana Maracineanu.

    70% des Français pourraient prétendre à un logement social. La Cour des comptes estimait en 2006 que près d’un locataire sur deux n’avait aucune raison d’habiter dans une HLM. Le clientélisme politique règne dans l’attribution des appartements.

    L’IREF a dénombré près d’un employé d’organisme de gestion pour 59 logements. Les coûts de gestion correspondent à plus de 20% des loyers payés par les occupants (ce qui inclut les luxueuses formations à l’hôtel Regina).

    En 2012, l’INSEE estimait le nombre de SDF à 141 500, en progression de 50% par rapport à 2001. La Fondation Abbé Pierre rappelle que quatre millions de Français sont mal logés.

    Alors que la politique du logement coûte à la collectivité près de 20 milliards d’euros par an, elle se révèle être un échec dramatique depuis plus d’un demi-siècle.

    Mettre fin au dirigisme et au clientélisme

    Face à ces piteux résultats, on pourrait s’attendre à ce que les bailleurs sociaux fassent profil bas et que les pouvoirs publics éliminent leurs interférences néfastes sur le marché.

    La loi Elan qui devrait être votée prochainement est encore trop loin du compte. Si elle simplifie quelques normes de construction et tente de rationaliser la gestion des bailleurs sociaux, elle ne s’attaque pas aux racines du mal de la pénurie de logements et l’aggravera en poursuivant le contrôle des loyers.

    L’IREF appelle à libérer le marché immobilier pour favoriser la construction et mettre fin à la gabegie du logement "social". Pour cela, l’assouplissement des lois de zonage PLU, le rééquilibrage des contrats de bail, la privatisation des HLM et la diminution de la fiscalité immobilière qui est la plus élevée d’Europe sont des pistes à suivre.

    En attendant une véritable réforme, on espère que les cadres des coopératives solidaires socialement responsables apprécient le champagne et les petits fours des hôtels de luxe.

     

  • Des gendarmes attaqués …

    avec des pierres, des explosifs et des fioles d’acide par l’ultragauche: aucune interpellation

    Hautes-Alpes: les tensions retombent après des affrontements entre forces de l’ordre et militants pro-migrants

    Les affrontements qui se sont déroulés dans les Hautes-Alpes, samedi après-midi vers 16 heures, à la frontière franco-italienne ont duré près de deux heures. Près de 150 activistes de l’ultra gauche ont tenté de passer la frontière par les bois, au-dessus du golf de Montgenèvre, pour en découdre visiblement avec les forces de l’ordre, environ 90 gendarmes, positionnés notamment à proximité du poste frontière. Selon une source proche du dossier, " aucune interpellation n’a été réalisée".

    Les gendarmes mobiles qui ont essuyé " des jets de bouteilles d’acide et de pierres de la part de personnes aux visages dissimulés et certaines vêtues de noir ont riposté par des grenades lacrymogènes et assourdissantes ", explique à La Provence un gradé qui parle " d’actions de guérilla bien organisées, parfois à moins de cinq mètres des forces de l’ordre. Certains ont projeté des bombes artisanales".

    Ces affrontements qui n’ont pas fait de blessé, indiquent les autorités, se sont déroulés en marge d’un rassemblement de cinq jours sous la bannière "Passamontagna" (cagoule normalement utilisée pour se protéger du froid) qui a regroupé entre 400 et 500 "No border" (anti-frontières) notamment acquis à la cause pro-migrant, en majorité des Italiens mais également des Français, des Espagnols, des Allemands, des Hollandais et des Autrichiens.

    Leur campement implanté sur la commune de Clavière en Italie s’est vidé progressivement dimanche matin. Côté Italien, plusieurs dizaines de personnes ont tenté de s’en prendre dans la journée de vendredi, au commissariat et à la gare de la ville de Bardonecchia. Des incidents qui ont éclaté avec les forces de maintien de l’ordre italien n’ont pas entrainé de dégât ni de victime. Aucun débordement n’a été constaté dimanche à la frontière franco-italienne, toujours surveillé par un important dispositif des forces de l’ordre.

    Dans un communiqué paru dimanche, la préfecture des Hautes-Alpes a condamné " ces violences avec la plus grande fermeté " et a salué " le professionnalisme et le sang-froid " des gendarmes qui sont intervenus samedi. Une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Gap concernant les affrontements de samedi, et confiée à la gendarmerie.https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5163858/hautes-alpes-la-tension-retombe-a-montgenevre.html

    Déjà, le 22 avril, au col de Montgenèvre, "des militants antifascistes avaient permis le passage en France d’une vingtaine de migrants" (Le Parisien)

    La question est: Combien de temps nos forces de l’ordre vont endurer tout ce cirque? Avant la bavure qui sera le déclencheur d’événements que l’Histoire qualifiera de "guerre civile".

     

     

  • Et un examen psychiatrique pour les antifas

    ... qui ont tout cassé à Angers, jamais?

    Des black blocs, nouveau nom des antifas, ont tout cassé à Angers samedi dernier. Vitrines de banque, incendie dans l’une d’elles, projectiles balancés sur les forces de l’ordre…

    6 personnes interpellées qui s’en sortiront comme d’habitude fort bien. Les milices fascistes de Macron ont tous les droits.

    Masqués, cagoulés… Parce que, chez les antifas, on est courageux, mais pas téméraire. On attaque dans le dos, comme Méric, on casse tout et on se tire en courant, histoire de laisser les con-tribuables payer.

    Et pourquoi ces antifas étaient-ils furieux?

    Parce qu’un bar identitaire, l’Alvarium, va ouvrir à Angers.

    L’ouverture d’esprit, le culte du débat et de la différence ne sont pas les vertus cardinales des antifas (sauf la différence raciale et religieuse de leurs amis musulmans). On le savait, mais ça fait du bien de le rappeler, des fois qu’il y ait encore beaucoup de doux rêveurs les prenant pour des enfants du Bon Dieu, comme les jurés et jugés qui ont condamné Esteban et Samuel.

    Dégrader l’Alvarium ne leur suffisait pas, il fallait qu’ils fassent peur à toute la population et à la Mairie. C’est une forme de pression indirecte, bien sûr, sur les autorités. Autorités très proches d’ailleurs des antifas puisque la réponse d’une adjointe du Maire est lumineuse, elle renvoie dos à dos la violence des antifas avec la prétendue violence des Identitaires… Ils ne taguent pas, ils ne frappent pas, mais ils sont violents. Si elle le dit…

    Jeanne Behre-Robinson se refuse à tout commentaire. " Nous condamnons toute forme de violence, se borne-t-elle à répondre. Mais s’ils se sentent menacés, ils sont eux aussi dans une forme de violence…

    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/angers-alvarium-une-fermeture-administrative-5893425

    Et puis, ces casseurs, selon Ouest France, étaient seulement une poignée, à ne pas confondre avec les doux et pacifiques manifestants qui défilaient au son du Rap (tiens, Médine, le retour)… Manifestants qui sont allés manifester plus loin, tranquillement, pendant que les casseurs mettaient la rue à feu et à sang.

    Selon Ouest-France, la mobilisation devait être "festive", les casseurs constituant "une minorité" dans les rangs des manifestants. Le journal décrit un cortège composé de familles et de personnes de tous âges défilant au "son du ska, du rap et de chants antifascistes, [faisant] flotter des drapeaux anarchistes rouge et noir du CNT [Confédération nationale du travail] et de l’Alternative libertaire". Lorsque les heurts ont éclaté, selon le quotidien régional, les manifestants pacifistes se sont éloignés du cortège de trouble-fêtes.

    Deux France cohabitent. Deux France irréconciliables. Et l’une, en sus, défend le parti de l’étranger, défend les étrangers, fussent-ils délinquants. Ils seront avec les étrangers face à nous le jour où ça pètera.

    On voit de moins en moins comment les nôtres pourraient supporter ces horreurs pendant des années.

    Pour le moment ils encaissent. Les égorgements, les coups de poignard, les persécutions judiciaires, les condamnations, les amendes, les agressions, les menaces; la mort sociale avec la perte d’emploi comme c’est arrivé au jeune identitaire qui avait brandi une banderole au col de l’Echelle….

    Jusqu’à quand cela va-t-il durer?

    Et les Français indécis qui doivent payer, toujours plus, pour les dégâts commis par les antifas et les émeutiers musulmans, ils vont se taire pendant combien de temps? Ils sont nombreux à fuir les quartiers, les villes pourries… mais jusqu’où et jusqu’à quand pourront-ils éviter de vivre les deux pieds dans la merde macronienne?