Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

actualité - Page 3

  • Profitez de vos vacances, la rentrée sera explosive!

    Le suractivisme réformateur erratique de nos dirigeants n’aura pas ramené l’espoir.

    Un article d’Entrepreneurs pour la France

    Emmanuel Macron a été élu car ses 23% au premier tour le plaçaient comme seule alternative réaliste à Marine Le Pen. Un an après, aucune solution de remplacement n’a émergé, ni à droite, ni à gauche. Faute d’opposition, les sondages de popularité du gouvernement montraient une progression par rapport aux 23% de départ. Et pourtant, il vient de perdre 6 points d’un seul coup, à l’orée des vacances.

    Avec la position dominante monte la tentation de l’abus

    La liste s’enrichit tous les jours: la suppression de la taxe d’habitation, laquelle va probablement en définitive être financée par l’emprunt. La stratégie de réduction des dépenses publiques qui reste confidentielle, voire inaudible. Après 3 mois de galère pour les banlieusards, le statut des cheminots va être remplacé par une convention collective du même acabit négociée entre M. Pepy et des syndicats qui organisent une grève politique, à ce titre, illégale.

    Les technocrates parisiens décident de tout, y compris de la vitesse sur les routes de campagne, simplement parce que c’est facile, alors que faire la chasse à l’alcool au volant, à la drogue, voire au téléphone, se révèle inefficace, sans parler d’aménagement des routes à problèmes; la mise en place de l’impôt prélevé à la source qui n’en finit pas de s’aménager ou de reculer tellement il est compliqué, en retard dans sa préparation, voire injuste et inepte dans son mode de calcul.

    Gageons que le mois de janvier 2019 va être chaud quand chacun va découvrir que son virement est le plus souvent inférieur à 50% de son salaire brut, en attente de remboursements futurs. Et comme s’il savait mieux que tout le monde, il semblerait que le président fait trembler tous ses ministres.

    Cependant les mécontentements s’accumulent peu à peu dans l’opinion

    La classe moyenne a bien compris que, concurrencée par des immigrants entreprenants par le bas et coiffée par des dirigeants soi-disant incontournables, elle doit placer tous les espoirs pour ses enfants dans la fonction publique et les études qui y conduisent. Start-up nation, mon œil. S’enrichir est toujours mal vu ici.

    Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils accepter de courir des risques en embauchant en CDI? Les collectivités locales ne vont pas réduire leurs embauches de fonctionnaires, mais gare aux contractuels, aux fournisseurs et autres sous-traitants. L’activisme présidentiel va accroître les craintes sur les retraites, eden espéré par tant de nos concitoyens.

    Un bon résumé de tout cela se retrouve dans la loi PACTE: non seulement l’accouchement a été reculé de 6 mois, mais l’enfant se révèle être une collection disparate de mesures sans réelle cohérence, a fortiori d’objectif capable de mobiliser.

    Le chômage ne baissera pas à la rentrée car les ordonnances étaient trop pusillanimes. Et la conjoncture européenne va ralentir. Quand les Européens sérieux nous feront les gros yeux sur notre déficit, il faudra bien taxer les retraités aisés et la classe moyenne supérieure, qui se recroquevilleront de nouveau.

    Le suractivisme réformateur erratique de nos dirigeants aura abîmé le pouvoir d’achat, les services publics, sans résoudre au fond les problèmes de migration et surtout, sans réparer l’espoir. D’autant que l’Europe ne sera pas épargnée par les chocs géostratégiques déjà annoncés. Changement de régime en Iran? Guerres commerciales et des monnaies entre Chine et US? Alliance américano-russe pour faire exploser l’UE?

    Quelle mauvaise nouvelle ouvrira le bal?

    Dormez tranquilles encore quelques semaines. Le pire n’est pas toujours certain. Si vous ne sortez pas de France cet été, au moins continuerez-vous de baigner dans cet aveuglement concernant le reste du monde qui caractérise notre beau pays.

    Contrepoints.org

  • Totalement fous ces anglais!

    Un mois après qu'un lycée privé en Angleterre ait interdit à ses étudiants de porter des shorts durant l'été - demandant plutôt à ce qu'ils portent un ensemble plus "neutre" avec une jupe, des dizaines d'écoles privées ont adopté la bannière du féminisme intersectionnel et interdit à leurs étudiantes de porter des jupes dans le cadre de leur uniformes.

    La raison? Parce que le nombre "croissant" d'étudiants transgenres dans ces écoles ne sont pas à l'aise avec les uniformes traditionnels "genre", selon RT. Au lieu de cela, les écoles secondaires comme l'école du Prieuré à Lewes, dans le Sussex de l'Est, demandent aux étudiantes "d'accommoder" leurs camarades transgenres en portant des pantalons, tout comme les étudiants masculins. "Nous avons un petit nombre mais de plus en plus d'étudiants transgenres et donc avoir le même uniforme est important pour eux", a déclaré le chef d'établissement Tony Smith. Cependant, certains parents s'inquiètent du fait qu'ils n'ont pas été consultés au sujet de l'interdiction, et d'autres ont soutenu que les étudiantes devraient toujours avoir l'option de porter une jupe, selon RT.

    Diane Burdaky, la mère d'un élève de la Philips High School, a déclaré à RT qu'il n'y avait pas eu de processus de consultation et que les enfants "ne voulaient pas porter de pantalons tout le temps". Elle a déclaré: "J'ai été très choquée, il n'y a eu aucune consultation avec les parents ou les élèves, aucune explication de l'interdiction, aucune raison donnée, je sais que les enfants à l'école ne veulent pas porter de pantalons tout le temps.

    Copleston High School à Ipswich a placé des jupes sur une liste d'articles "inadmissibles" - avec "jeans skinny et piercings faciaux." Huit écoles secondaires d'Ipswich ont maintenant interdit les jupes et ont choisi de devenir des écoles "pantalons seulement". Certaines écoles ont choisi de mettre leurs interdictions sous le prétexte que les jupes - que les étudiantes portent depuis des décennies - sexualisent injustement les filles.

     

  • Plus ils ont de diplômes plus ils sont c-o-n!

    La patronne de la FDJ ne connaît pas le mot "addiction"

    C’est à lire dans Le Figaro, au rayon, saumon, des "décideurs": Stéphane Pallez, PDG de la FDJ (Française des Jeux) explique "comment elle change l’opérateur de jeux de hasard que le gouvernement privatise". Un très long entretien (Yann Le Galès) dans une langue proche du néoparler orwellien:

    "Un dirigeant ne peut pas décréter une révolution culturelle et managériale. Il ne peut pas l’imposer par l’autorité. Mais il a le devoir de construire le changement et doit avoir la capacité à en convaincre. Ma responsabilité est d’expliquer les nécessaires transformations, en interne et auprès de toutes les parties prenantes au développement de FDJ. Je travaille pour cela avec les managers, les représentants des salariés et le conseil d’administration. Un changement d’actionnariat n’aurait pas d’impact sur mon mode managérial. Je continuerai de porter l’ambition stratégique du groupe dans l’intérêt des collaborateurs, qui pourraient renforcer leur propre participation au capital à cette occasion. (…)

    "Un dirigeant ne doit pas seulement définir une stratégie. Il doit aussi convaincre du bien-fondé de ses choix. Il doit être capable de mobiliser. S’il ne le fait pas, la meilleure stratégie sur le papier peut échouer. J’y consacre une grande partie de mon temps. Les membres du comité exécutif également. Et nous avons aussi mis en place un groupe de managers qui sont nos relais au sein de l’organisation. (….)"

    Intérêt général

    On s’ennuie ferme. Puis on tombe sur ceci:

    "L’entreprise joue-t-elle un rôle sociétal?

    – Je suis convaincue depuis longtemps que l’entreprise a une fonction sociétale. Elle doit limiter ses impacts négatifs et accroître ses contributions positives.

    "Produire et vendre des jeux, est-ce défendre l’intérêt général?

    – Le jeu est une activité ludique qui crée du lien social. FDJ est par nature une ‘’entreprise à missions’’ (sic). Entreprise régulée qui agit dans le cadre de droits exclusifs, elle propose des jeux récréatifs et intègre la gestion des risques liés à cette activité. Elle a un impact très fort sur les emplois dans les territoires puisque nos jeux sont commercialisés par le plus grand réseau français de distribution de proximité formé par les bars-tabacs et les distributeurs de presse. "

    "Financez-vous des activités sociétales?

    – Depuis toujours, FDJ finance les œuvres sociales des anciens combattants qui sont aujourd’hui nos actionnaires. Elle finance le sport pour tous et accompagne des athlètes de haut niveau. Elle va participer aussi à partir de cette année à la sauvegarde du patrimoine français. "

    Que de "sociétal" dira-t-on. Avec un absent de renom. Où l’on voit que seule la Fédération addiction s’est intéressée au sujet. C’était en mars dernier:

    " La question de la privatisation, même partielle, de la FDJ, est au cœur d’un nécessaire débat public sur l’addiction aux Jeux d’Argent et de Hasard (JAH). Il serait envisagé des mesures de ventes plus incitatives auprès des détaillants pour les amener à vendre plus de jeux afin " d’équilibrer " le manque à gagner dû à la hausse du prix tabac. Changer le modèle économique de l’offre de jeu en passant d’une conception extensive à une conception intensive n’est pas sans conséquences: l’Italie et l’Australie, après avoir expérimenté une politique libéraliste avec la privatisation, font aujourd’hui marche arrière ".

    Sociétal?  L’Observatoire des Jeux  estime à un million deux cent mille le nombre des joueurs qui, en France, peuvent être " problématiques ". Les études récentes portant sur les Jeux d’Argent et de Hasard de hasard mettent en lumière " une hausse croissante des pratiques et du budget consacré par les Français, même pour les mineurs à qui ils sont pourtant interdits ".

    Un "débat sociétal" sur la privatisation de la FDJ et la prévention de l’addiction ? Ce serait, à coup sûr, une "révolution culturelle et managériale".

    Parle à mon tchoul, ma tête est malade

    Les Rita Mitsouko. "Alors c’est quoi":

     

    "Alors c’est quoi que j’appelle

    c’est la joie, c’est elle

    que les émois étincellent

    et s’entremêlent encore nos voix.

    A chaque fois je remets ça

    1 2 3 ça recommence

    à chaque fois je remets ça.

    Réponds moi encore, montre toi

    réponds moi encore, montre toi

    réponds moi encore, et encore

    et encore, encore une fois (…)"