Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2017

Protégez-nous! demandent les Français...

des hurlements dans le silence étourdissant de la macromania by présitante!

D'après le baromètre de la transformation publié dimanche par le "JDD", le recul de l'islam radical est un sujet prioritaire pour 61% des Français alors que l'emploi ne l'est que pour 30% d'entre eux.

Les récents attentats en Grande-Bretagne ont semble-t-il exacerbé le besoin de sécurité chez les Français. Le recul de l'islam radical est en effet un sujet prioritaire pour 61% d'entre eux. Un thème qui arrive très loin devant celui des retraites (43%), de l'école (36%), de l'emploi (36%) ou même du pouvoir d'achat (30%), d'après le baromètre de la transformation réalisé par l'Ifop pour No Com et le JDD, que l'on retrouve dimanche dans les colonnes de l'hebdomadaire.

70% des Français adhèrent à la transformation. Mais ce n'est pas tout ce que ce sondage révèle. Si les Français adhèrent à la transformation à 70%, ils estiment à 37%, fin juin, qu'il est nécessaire de préserver le pays tel qu'il est pour en protéger l'identité. Un chiffre en hausse puisqu'un mois plus tôt, ils étaient 31% à être de cet avis.

Besoin de courage et de justice dans les réformes. Par ailleurs, les sondés sont de moins en moins nombreux à penser que la transformation va avoir des effets positifs sur leurs conditions de vie : 59% après l'élection présidentielle, seulement la moitié désormais. Une donnée peu encourageante pour un gouvernement qui procède, entre autres, à la réforme du code du travail et à la moralisation de la vie publique. Les réformes, justement, doivent être menées avec courage, justice et égalité, selon un tiers des Français interrogés pour ce sondage.

Une satisfaction, beaucoup de points noirs. Si l'université est jugée satisfaisante pour 51% des sondés, la lutte contre la pauvreté, l'agriculture, l'immigration, la délinquance, l'aide à la création d'emplois, les hôpitaux ou encore le système de retraites sont, en revanche, pointés du doigt.

Les Français se montrent donc très exigeants vis-à-vis de l'Etat. Pour Pierre Giacometti, à l'origine de ce baromètre, "la transformation, on le voit, est déjà sous la pression de la preuve".

 

... et pendant ce temps-là: on installe les migrants, on les nourrit grassement, on les habille et nous pillent, violent, volent, tuent

Sans toit, cette pupille de l'État vit sous sa tente

Lucie Maquaire, 19 ans, a perdu ses deux parents lorsqu’elle était encore mineure. Après de nombreuses démarches, aucun propriétaire n’accepte de louer un logement à cette jeune Vendéenne, pupille de l'État.

"Ça fait cinq mois que j’ai planté ma tente dans la Vallée verte, à La Roche-sur-Yon (Vendée). C’est devenu mon chez-moi. Je la déplace tous les jours, je ne veux pas que les gens croient que je squatte. Je fais des missions en intérim qui pourraient déboucher sur un CDI. Un collègue m’emmène et me ramène, car je n’ai pas le permis. Je dois nettoyer les ateliers de coffrage ou de bardage de ferrailles. J’aurai aimé reprendre les études, mais ce futur contrat pourrait m’apporter de la stabilité. Avec mes ressources, je pourrais me payer un loyer.

Impossible de louer un appartement

Sauf qu’aucun propriétaire ne veut s’engager, car j’ai simplement 300 € de ressources fixes par mois, les salaires de mes petits boulots varient. L’État se porte garant pour moi, mais les propriétaires se méfient. J’ai démarché une quinzaine d’agences, des particuliers. Des amis m’ont souvent proposé de m’héberger, mais ça me gênait d’y rester. Au foyer de jeunes travailleurs, ça s’est mal passé. On m’a conseillé d’appeler le 115, et je ne m’y sens pas du tout en sécurité.

J’ai même ouvert un dossier pour un logement HLM, mais on m’a répondu que je ne gagnais pas assez et que je n’étais pas prioritaire, car je n’ai pas d’enfant. Sauf que dans la vie, pour avoir un travail, il faut un permis et un logement, donc de l’argent. Et pour un logement, il faut du travail…

" On ne m’a pas donné toutes les clés en main "

J’ai perdu mon père en 2012 et ma mère en 2014. Ma petite sœur, mon petit frère et moi avons été placés en foyer à La Roche. J’ai eu des relations compliquées avec les éducateurs. Je faisais un bac en spécialité musique, mais mon piano a été pris par les services. J’ai lâché les études progressivement. Comme je suis pupille de l’État, j’aurais pu consulter un avocat pour connaître mes droits, commencer à faire des démarches. On me l’a toujours refusé car j’étais mineure.

J’ai le sentiment qu’on ne m’a pas donné toutes les clés en main pour m’en sortir. J’ai décidé de tout faire seule, pour gagner mon indépendance. J’ai refusé un contrat jeune majeur de l’ASE (1), même si cela garantissait un financement pour une formation ou l’insertion professionnelle. Mais je voulais avoir un logement à moi, pas en famille d’accueil. À 18 ans, j’ai vécu à droite, à gauche. Sans jamais m’arrêter de travailler.

" Mon histoire semble banale "

Avant de savoir que je pouvais toucher une partie de la retraite de mes parents, les nombreuses administrations se sont renvoyées la balle entre elles, avant que cela ne débouche sur du concret. J’ai démarché les assistantes sociales, la CAF, l’Aide sociale à l’enfance, le Centre communal d’action sociale, la Mission locale, sans trouver de perspectives stables. Il y a tellement de situations complexes ici, mon histoire semble banale aux éducateurs. Aujourd’hui, la seule chose qui me manque, c’est un logement stable. Jusqu’à ce qu’une personne accepte de m’en louer un… "

(1) L’Aide sociale à l’enfance. Un contrat jeune majeur peut être proposé à un jeune majeur, jusqu’à ses 21 ans. L’hébergement peut se faire chez des assistantes familiales départementales, en hôtel, en foyer, voire en appartement.

http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/3986/reade...

08/07/2017

Dans les choux, le présitante!

On regarde Macron avec indulgence, mais au Conseil Européen il s’est ramassé totalement

Vincent Hervouët: "Macron a un peu d’air parce qu’il a créé la surprise aux élections et a obtenu une majorité dans la foulée, donc on regarde sa jeunesse avec une forme d’intérêt et d’indulgence. Pour autant, est-ce qu’au dernier conseil européen, la France a réussi à faire avancer ses pions? Est-ce que par exemple sur le dumping chinois, nos alliés nous ont suivi pour essayer d’hérisser quelques barrières? Pas du tout. On s’est ramassé totalement!"

– LCI, 7 juillet 2017, 10h33

"On peut ainsi voir que, de la coupe aux lèvres, il y a de la séduction sur papier glacé, de la panoplie – hier en sous-marinier, aujourd’hui en maître du monde – à la réalité de l’action, au-delà de la posture, il y a un gouffre! On est dans un état de grâce, c’est vrai. Il redonne de l’espoir aux gens qui ont une idée fédéraliste de l’Europe vers de plus grands transferts de souveraineté vers l’Allemagne sans doute.

Mais, pour autant, son action s’inscrit peu dans les faits. L’exemple le plus symptomatique: Emmanuel Macron va voir Donald Trump – qui reviendra la semaine prochaine une 2ème fois le 14 juillet – Il va le voir et a annoncé qu’il espérait "ramener à la raison" sur la question du réchauffement climatique le président américain. On se demande lequel des 2 est le plus fou quand il dit ça. Parce que, Donald Trump est très surprenant, il est difficile de prévoir ce qu’il va dire et ce qu’il va faire, mais imaginer que 2 jours à Hambourg suffisent à le convaincre de se renier sur ce qu’il a dit après Taormine, le dernier sommet où il avait dénoncé l’accord de Paris, c’est faire preuve de beaucoup d’optimisme."

 

 

07/07/2017

Dormez tranquille braves gens: les députés que vous vous êtes choisi ont une sacré niaque! (niaque, ça veut dire modre et pas être optimiste!)

Une députée LREM accusée d'avoir mordu un chauffeur de taxi

Laetitia Avia, députée La République en marche de la 8e circonscription de Paris, a aujourd'hui les honneurs du Canard enchaîné. Celle qui a fait l'objet de nombreuses éloges de la part du premier ministre Edouard Philipppe hier, pendant son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, est pointée du doigt pour avoir mordu un chauffeur de taxi.

     Drôle de #députée: refus de payer le taxi + morsure d'épaule + mépris des #policiers!? #arrogante #radine #mégalo? Ca promet! #Avia #Paris12 pic.twitter.com/8DpTthqkAG

    — Section PS Paris 12 (@PS_Paris12) 4 juillet 2017

 Avocate spécialisée en droit des affaires, Laetitia Avia est accusée par le Canard enchaîné d'avoir mordu son chauffeur de taxi le vendredi 23 juin dernier. Les policiers ont dû intervenir vers 23h30 pour mettre fin à une altercation entre le chauffeur et la députée LREM.

Tout s'est emballé quand la députée a dû régler la course de 12 euros. Le terminal du taxi est en panne et elle n'a que sa carte bancaire. Il lui propose de la conduire à un distributeur, ce qui n'aurait pas plu à Laetitia Avia. «Devant son comportement, elle a donc mordu le conducteur à l'épaule pour qu'il s'arrête - fait qu'elle reconnaît devant nous", écrivent les policiers municipaux de Saint-Mandé (Val-de-Marne).

Devant la presse, elle se défend : «J'ai eu très peur, je ne l'ai pas mordu mais attrapé par l'épaule». Pourtant, selon la police, il a fallu «quarante-cinq minutes de négociations» pour qu'elle règle sa course. La soirée s'est achevée au commissariat: Laetitia Avia a porté plainte pour séquestration, et le chauffeur pour coups et blessures, écrit l'hebdomadaire satirique.

 ---------------------------------

La députée LREM citée en exemple par Edouard Philippe est visée par une plainte pour avoir mordu un taxi

Le Premier ministre Edouard Philippe lui a fait l’honneur de débuter sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale en lui rendant hommage – sans citer son nom. Laetitia Avia, 31 ans, avocate, élue députée avec près de 65% des suffrages dans la 8e circonscription de Paris, est l’une des étoiles montantes de La République en Marche. Dix choses à savoir sur cette macronista de la première heure. (L’Obs)

 a.jpg

 

 

 

 

 

04/07/2017

Des fumiers..... en veux-tu, en voila! toujours la pétasse du Poitou

Le timbre poste rapporte gros!

S’il y avait en France une échelle de la corruption politique, elle serait tout en haut mais pourtant, elle demeure intouchable.

Qui, elle? Ségolène Royal, la ex de François Hollande qui lui a tout couvert bien évidemment. Heureusement que nous ne savions pas tout!  Autrefois les buralistes (ils sont environ 22000 en France) allaient acheter les timbres poste dans le bureau de poste de leur choix. Ils bénéficiaient alors d’une  ristourne et le receveur principal du bureau de poste délivrant les timbres avait lui aussi une ristourne.

Or, depuis quelques mois les buralistes français doivent envoyer leur commande de timbres à un organisme à Paris, accompagnée du règlement. Environ trois semaines après, ils reçoivent leurs timbres de la poste de Périgueux. Pourquoi donc Périgueux? Quelques uns ont fouillé  et là, stupéfaction, le receveur principal de Périgueux qui perçoit toutes les ristournes sur tous les timbres vendus par les 22 000 buralistes français n’est rien d’autre que le frère de Ségolène Royal. La belle histoire de la poste ne s’arrête pas là.

On peut d’ailleurs la lire sous la plume de Michel Marmin dans plusieurs ouvrages des Editions Chronique.  On y apprend justement que lorsqu'une personne est nommée ministre de la poste,  la direction des postes remet au ministre durant toute sa mandature des timbres de collection, des timbres très rares, de très grande valeur et dans leur quasi totalité, les ministres ont bien sûr revendu ces timbres à des collectionneurs.

Tous les ministres des postes contactés ont tous reconnu avoir reçu ces timbres mais aucun n’a reconnu les avoir revendus: les ministres sont pudiques.

Tous sauf un: Gérard Longuet. Lui, a reconnu les avoir revendus et il a même été plus loin en avouant que durant son mandat ces ventes lui avaient rapporté environ 1000 euros par mois.

https://metamag.fr/2017/07/02/le-timbre-poste-rapporte-gr...

 

01/07/2017

Les sous-sous de nos impôts dans la po-poche de la pétasse du Poitou!

Emmanuel Macron et sa marionnette de Premier ministre n’ont pas fini de surprendre les Français.

Emmanuel Macron et sa marionnette de Premier ministre n’ont pas fini de surprendre les Français. Ceux qui l’ont élu, bien sûr, et ceux – confirmés dans leur détresse – qui n’ont pas souhaité voir ce jeune homme et ses groupies prendre en main les destinées de la France. Mais la démocratie à la française a décidé que la minorité devait gouverner.

Tous les jours, nous avons droit à une macronerie, encensée par les médias qui n’arrêtent plus de l’admirer. Paris Match, par exemple, qui s’est transformé en hagiographie permanente. Macron et sa femme y ont remplacé, en couverture, nos plus belles stars. Il est formidable, notre Président. Il bouleverse tout. Joue au tennis, au foot, au cycliste. Invite Trump au Bastille Day. Met au pas Merkel (mais si on approfondit la question, c’est plutôt l’inverse, confer le dernier Conseil européen).

Annonce la convocation du Parlement à Versailles pour scier directo le discours de son Premier ministre. Publie sa "photo officielle", où ses yeux bleus photoshopés hypnotisent ses sujets avec un petit sourire qui en dit long sur la façon dont il se moque de nous!

Des cerises sur le gâteau, il y en a suffisamment pour faire un clafoutis immangeable. Mais la dernière donne vraiment envie d’éclater de rire : c’est la nomination de Ségolène Royal au poste mirobolant d’ambassadrice des pôles, un truc inventé par Sarkozy pour occuper, en 2009, un oublié de la politique en la personne de Michel Rocard. Une séance de rattrapage pour la malheureuse Ségolène qui va se voir ainsi reine des pôles arctique et antarctique. Un poste éminemment indispensable à la bonne marche de la société française dont le coût n’est rien par rapport à ce qu’il va rapporter en termes d’économie. Royale, Ségolène va pouvoir ainsi organiser la marche des pingouins. Sans rapport avec son ex…

On attend avec intérêt le rapport que ne manquera pas de faire la Cour des comptes sur ce poste d’ambassadeur à temps plein qui ne serait rémunéré " que " 47.000 euros par an, plus 30.000 euros de frais de mission. Plus un beau bureau au Quai d’Orsay, une voiture, des assistants et de lointains voyages pour aller observer la fonte des banquises et la réalité de la transition écologique.

Elle aura sûrement à cœur la mise en œuvre de la feuille de route nationale sur l’Arctique préparée par Michel Rocard. "Un document majeur", a confié au Parisien Laurent Mayet, membre éminent de cette "ambassade": "La priorité des priorités désormais, c’est d’oser afficher des ambitions environnementales très élevées face aux intérêts économiques de certains pays comme la Norvège ou la Russie. "Ségolène, qui avait accompagné en Arctique, l’été dernier, Jean-Louis Étienne, était la femme parfaite pour cette nouvelle responsabilité qui, selon M. Mayet," réclame beaucoup de patience et de passion", ajoutant que "cette mission est potentiellement dangereuse. Il va tout d’abord falloir qu’elle se positionne dans un service et qu’elle invente sa position. Puis, au niveau diplomatique, elle va devoir promouvoir l’intérêt général au nom de la France sur un sujet que certains pensent réservé aux pays arctiques“.

C'est dangereux çà? demandez aux rescapés d’Auschwitz! et, plus près de nous, aux habitants de la Syrie, sous les bombes...

Et dire qu’ils sont quinze ambassadeurs dits thématiques au Quai d’Orsay…

http://www.bvoltaire.fr/royal-cadeau-de-macron-a-segolene/

Y'a pas à dire: ils se foutent de notre gueule!...

 

30/06/2017

Hommage à la plus grande Française du XXe siècle: celle qui nous a rendu-es fier-es!

 

asimone.jpg