Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique - Page 3

  • Le giton à macrouille

    Tiens, tiens! on sait plus de choses

    Envoyé par une amie.

    Ecoutez la vidéo ci-après

    aldo :-) en qui on peut avoir confiance pour détecter des "comportements du tiers monde"

     Il s'appelle Lahcéne Benahlia

    né en France, parents marocains

    il y a quelques jours cerise sur le gâteau, il se murmurait qu'il était juif…

    Moi: j'avais entendu cela mais, personne, écrit Benalla, ça me faisait penser au Ll espagnol

    https://www.youtube.com/watch?reload=9&time_continue=682&v=AgCAu9LBwkw

     plus cela va, plus on en apprend sur ce garde du corps de 26 ans (autrement nommé "conseillé en sécurité" et autres titres pompeux)...

    Et c'est proprement AHURISSANT... le gars se permet tout et on lui permet tout..

    L'Elysée avait appuyé pour qu'il soit  sous- préfet. (on est sous préfet à 36 ans, et on a des diplômes!)

    Mon amie me dit: “j'ai vu hier un article algérien qui le soupçonnait d'être un agent marocain. (L'Algérie est remontée contre le Maroc actuellement)“

    Alors que l'on permet beaucoup de choses à Mr Benahlia 26 ans qui n'a rien fait de spécial pour le pays, allant jusqu'à couvrir ses méfaits, on vire un général.... (De Villiers) qui a consacré sa vie au pays.

    Mais, quelle infamie!

     

     

  • Censure en France? la preuve!

    Curieux incident d’antenne, ce dimanche 15 juillet, lors de la diffusion du Soir 3 entièrement consacré à la victoire de la France au Mondial de football.

    Un journaliste de la rédaction s’apprête à intervenir en direct dans le journal depuis la terrasse Publicis qui surplombe la place de l’Etoile et les Champs Elysées.

    Il est un peu plus de minuit et le journaliste décrit la situation qui se déroule sous ses yeux : la fête devait se prolonger une bonne partie de la nuit mais elle a dégénéré et est désormais finie. Le drugstore et de nombreux magasins ont été pillés. Les Champs Elysées et l’Etoile sont désormais évacués, quadrillés par les CRS et baignés dans des effluves de gaz lacrymogène qui rend l’air irrespirable, y compris sur la terrasse au sommet de l’immeuble d’où se tient le direct…

    …On n’en saura pas plus. Au bout de quarante secondes, le direct est coupé sans plus d’explications sur décision de la rédactrice en chef. (de 3’14 à 4’00)

    L’explication n’a été donnée que le lendemain au journaliste : son direct a été interrompu parce qu’il a exagéré l’ampleur des violences et qu’il aurait dû évoquer " l’atmosphère de liesse… " qui n’existait plus depuis près de deux heures !

    On peut toujours discuter de la pertinence ou de l’angle d’un papier, les conférences critiques sont là pour ça.

    Mais interrompre volontairement un direct est un acte grave réservé aux circonstances exceptionnelles ou aux cas de force majeure.

    Cette interruption intempestive est d’autant plus incompréhensible que le journaliste n’a fait que son métier : décrire une réalité – certes déplaisante – qui a été largement rapportée et développée dans la presse du lendemain.

    Cette censure est d’autant plus absurde qu’elle alimente le fantasme d’une télévision d’Etat qui voudrait "dissimuler des informations" au public

    De nombreux internautes ont d’ailleurs réagi en ce sens à l’interruption du direct du Soir 3.

    L’incident de dimanche soir témoigne aussi d’une certaine dérive dans les pratiques professionnelles en vigueur dans les rédactions de France Télévisions.

    De nombreux confrères déplorent de se voir de plus en plus en dicter leurs papiers par des chefs qui prétendent mieux appréhender un événement depuis les bureaux de la rédaction que les journalistes qui se trouvent sur le terrain.

    Dans le monde enchanté de Macron, monde enchanté que les médias adorent, il n’y a pas de problème d’immigration, pas de problème d’islam, pas de problème de délinquance quotidienne…

    Oui, c’est le monde enchanté de Macron.

    Alors quand l’un des rares journalistes courageux  de terrain, (pour ne pas dire le seul),  dit qu’il voit ce qu’il voit, on lui coupe l’antenne!

    Rappelons que Clément Weill-Raynal est ce journaliste qui a fait connaître à la France entière l’abomination du "Mur des cons".

    Cette affiche dans les locaux du " Syndicat de la Magistrature " où ces "dignes" magistrats vouaient à l’exécration, entre autres, les parents de victimes assassinées par des barbares.

    http://www.wikistrike.com/article-le-mur-des-cons-du-syndicat-de-la-magistrature-117344154.html

     

    Et que loin d’être défendu par le SNJ- CGT, principal syndicat de journalistes de France-Télévision, il avait été proprement enfoncé par ce dernier.

    Saluons  donc l’indépendance du syndicat FO, dont Clément Weill-Raynal est adhérent,  qui montre un grand courage en cette occasion…

    Imaginons ce qu’était  un Sakharov dans l’URSS stalinienne  de Brejnev et nous aurons une idée de ce qu’est un Clément Weill-Raynal dans la France médiatique de Macron: il n’y manque que le Goulag!

     

  • Salopiots! bande de dégueulasses!!!

    La fête battait son plein ce dimanche. La France entière célébrait la victoire de son équipe nationale, sacrée championne du monde au terme d'une finale rythmée contre la Croatie (4-2). Mais l'envers du décor, lui, s'avère nettement moins reluisant. Certaines femmes ont en effet vécu l'enfer et le racontent sur la Toile.

    L'heure était aux festivités dans toutes les rues du pays après la victoire des Bleus lors de l'ultime match de la Coupe du monde de football le dimanche 15 juillet. Des millions de Français sont descendus dans les rues afin de célébrer cet évènement exceptionnel comme il se doit. Quelques débordements, notamment à Paris, ont été constatés mais l'ambiance restait plutôt bon enfant. En apparence, du moins. L'effervescence et l'abondance d'alcool ne font pas forcément bon ménage, et certains en ont fait les frais.

    Les réseaux sociaux font alors - une nouvelle fois - office d'exutoire pour bon nombre de femmes qui témoignent des actes subis ce fameux soir. L'internaute Kateya s'est lancée dans le recensement de ces récits glaçants rapportés anonymement sur son compte Twitter. « Je vous laisse observer la soirée horrible que la délicatesse masculine a fait passer à beaucoup trop de femmes hier soir », annonce cette dernière. La gent féminine demeure une cible fragile dans l'espace public, en particulier lors d'importants mouvements de foule tels que cela a été le cas ce week-end.

    Mains baladeuses, bisous forcés, frottements ou sifflements… la soirée n'a pas été de tout repos pour de nombreuses supportrices venues elles aussi marquer le coup. "Donc là y'a un mec alcoolisé qui vient de me foutre une main au cul tout en essayant de m'embrasser de force, je le repousse il me prend par le cou en me disant : c'est la victoire qu'est-ce que tu attends", raconte l'une d'elles.

    "Quand on a gagné y a un mec qui a pris ma tête entre ses mains pour m'embrasser", se souvient une autre. Et les témoignages s'accumulent, comme vous pouvez le constater ci-dessous :

        pic.twitter.com/ac3X14sw4a

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

        pic.twitter.com/UTTJwrrf7V

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

        pic.twitter.com/wrAAH5OqIS

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

        pic.twitter.com/gbomvry9KK

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

        pic.twitter.com/NIA9DbE0QL

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

    Certaines de celles qui ont relayé le triste vécu de leur soirée restent très marquées quelques jours après. « Je suis apeurée », note l'une. « Je suis mal, très mal », se désespère une autre. Ou cette dernière qui dit avoir « envie de chialer ».

        pic.twitter.com/rc56Tt2WQu

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

         pic.twitter.com/XzlnPkeAF7

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

     

        pic.twitter.com/XKMFTljb0a

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

    Les mésaventures de cette personne sont particulièrement choquantes. « Il m'a embrassé de force en mettant sa langue dans ma bouche alors que je le repoussais violemment, me touchait les seins et a touché mon entrejambe pendant que je me débattais en pleurant », relate-t-elle. Devant sa détresse, aucun des nombreux passants présents n'a semblé réagir. " Personne n'est venu m'aider alors que j'étais à terre en pleurs", regrette l'auteur de la plainte.

        [Agression sexuelle] pic.twitter.com/L9Pmtpd5ib

        — Kateya (@KateyaV) 16 juillet 2018

    Des hommes ont toutefois tenu à rappeler que tous n'étaient pas responsables de tels agissements et qu'il ne faut en aucun cas généraliser, comme le soutient cet internaute:

      Alors NON.Tous les hommes ne st pas des connards et n'ont pas profité de la fête pour agresser des femmes. Par contre il y a un % de débiles qui existe et qui augmente fortement quand c'est le bordel. Pensé pourr les femmes et hommes qui subissent tous les jours l idiotie de certains

        — Aldjinn (@Aldjinn_) 16 juillet 2018

    Il n'empêche que ces actes condamnables méritent d'être dénoncés.

     

    LISEZ AUSSI Valeurs Actuelles de cette semaine: édifiant!

    Que ces conn... pourrissent de la queue!

     

  • Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne.

    Jamais, notre pays n’a eu autant besoin d’un sursaut national de l’instruction et de l’éducation. L’effort éducatif doit être sans précédent, c’est l’un des outils les plus importants à utiliser par ceux qui voudraient guérir la France de ses maux. Si Blanquer fait quelques pas justes en ce sens, et cela doit être salué, c’est pour le moment bien trop peu et bien trop tard.

    Relisons ce poème de Victor Hugo. Tout y est dit.

    Charles SANNAT

     

    Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne.

    Quatre-vingt-dix voleurs sur cent qui sont au bagne

    Ne sont jamais allés à l’école une fois,

    Et ne savent pas lire, et signent d’une croix.

    C’est dans cette ombre-là qu’ils ont trouvé le crime.

    L’ignorance est la nuit qui commence l’abîme.

    Où rampe la raison, l’honnêteté périt.

     

    Dieu, le premier auteur de tout ce qu’on écrit,

    A mis, sur cette terre où les hommes sont ivres,

    Les ailes des esprits dans les pages des livres.

    Tout homme ouvrant un livre y trouve une aile, et peut

    Planer là-haut où l’âme en liberté se meut.

    L’école est sanctuaire autant que la chapelle.

    L’alphabet que l’enfant avec son doigt épelle

    Contient sous chaque lettre une vertu; le cœur

    S’éclaire doucement à cette humble lueur.

    Donc au petit enfant donnez le petit livre.

    Marchez, la lampe en main, pour qu’il puisse vous suivre.

     

    La nuit produit l’erreur et l’erreur l’attentat.

    Faute d’enseignement, on jette dans l’état

    Des hommes animaux, têtes inachevées,

    Tristes instincts qui vont les prunelles crevées,

    Aveugles effrayants, au regard sépulcral,

    Qui marchent à tâtons dans le monde moral.

    Allumons les esprits, c’est notre loi première,

    Et du suif le plus vil faisons une lumière.

    L’intelligence veut être ouverte ici-bas;

    Le germe a droit d’éclore; et qui ne pense pas

    Ne vit pas. Ces voleurs avaient le droit de vivre.

    Songeons-y bien, l’école en or change le cuivre,

    Tandis que l’ignorance en plomb transforme l’or.

     

    Je dis que ces voleurs possédaient un trésor,

    Leur pensée immortelle, auguste et nécessaire ;

    Je dis qu’ils ont le droit, du fond de leur misère,

    De se tourner vers vous, à qui le jour sourit,

    Et de vous demander compte de leur esprit;

    Je dis qu’ils étaient l’homme et qu’on en fit la brute;

    Je dis que je nous blâme et que je plains leur chute;

    Je dis que ce sont eux qui sont les dépouillés;

    Je dis que les forfaits dont ils se sont souillés

    Ont pour point de départ ce qui n’est pas leur faute;

    Pouvaient-ils s’éclairer du flambeau qu’on leur ôte?

    Ils sont les malheureux et non les ennemis.

    Le premier crime fut sur eux-mêmes commis;

    On a de la pensée éteint en eux la flamme:

    Et la société leur a volé leur âme.

     Victor Hugo.

    Source Poésie française

     

    J'ajoute que je suis entrée à l'école publique en septembre 1956;

    en décembre 56, je savais lire (et pour toujours, ma passion)

    en juillet 56, je savais aussi écrire, mais avec fautes de grammaire ou vocabulaire comme un petit gosse le fait et puis, s'améliore...

    que dans ma classe et les suivantes, nous étions de 38 à 42 élèves

    là, je vais être vulgaire: quand on pétait de travers, on n'avait pas aussitôt un psychologue au cul pour savoir pourquoi on avait pété de travers et pourquoi on avait fait cela, et pourquoi si, pourquoi là…

    Ceux qui sont de ma génération on été appris comme moi.

    De ce temps-là, les institutrices ne se cramponnaient pas comme des folles à des avantage-zaquits ????

    Dans ce temps, les gens n'étaient pas avides, cupides, haineux...

    On se respectait soi-même et l'on respectait l'autre (et inversement).

    C'était l'école de La RÉPUBLIQUE FRANÇAISE!