Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique - Page 5

  • Comment se comportent les "chance pour la France"....

    L’athéisme, ce tabou du monde musulman: " Mon propre père a porté plainte contre moi " raconte un ex-musulman

    Bahous aimerait bien ne plus entendre parler de l’islam. Et même ne plus en parler du tout. Mais quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, cet homme de 33 ans, vendeur à Voiron (Isère), y est toujours ramené.

    Son athéisme intrigue, ou dérange, c’est selon. Lorsque l’on est issu, comme lui, d’une famille et d’une culture musulmane, le fait de ne pas croire en Dieu – et, surtout, de le dire – ouvre la voie à une vie d’incompréhensions, de renoncements, de ruptures.

    La discrétion s’impose encore davantage dans les pays à majorité musulmane, où ce renoncement, s’il est public, suscite des réactions beaucoup plus violentes: brimades, persécutions, agressions, voire assassinats. L’athéisme n’y est tout simplement pas concevable.

    Même s’il n’existe pas, en arabe, de mot spécifique pour dire l’athéisme (les termes utilisés – mulhid, murtad ou kafir – évoquent davantage l’hérésie ou l’apostasie et ont une connotation péjorative), l’athée est parfois vu comme plus dangereux, encore, que le terroriste islamiste.

    Selon le Rapport sur la liberté de conscience publié par l’Union internationale humaniste et éthique, une organisation fondée en 1952 à Amsterdam (Pays-Bas), l’athéisme, considéré comme un blasphème, une offense à la religion ou un trouble à l’ordre public, est pénalisé dans une trentaine de pays musulmans.

    Dans quatorze d’entre eux, comme l’Afghanistan, l’Iran, le Pakistan, le Qatar, l’Arabie saoudite ou encore le Yémen, la peine encourue est la mort, même si la plupart des pays ont renoncé à l’appliquer. Toutefois, la répression se poursuit. Un des cas les plus médiatisés a été celui du blogueur saoudien Raïf Badaoui, condamné en 2013 à mille coups de fouet et dix ans de prison. Malgré une mobilisation internationale demandant sa libération, il croupit toujours dans une cellule pour avoir osé critiquer l’islam. (…)

    La réaction des autorités, mais également des islamistes, ne s’est pas fait attendre. Certains prédicateurs n’hésitent pas à appeler à tuer les apostats. Au Bangladesh, ils ont été entendus: au moins six blogueurs et un éditeur ont été assassinés depuis 2015 en raison de leur athéisme. (…)

    Aucun pays à majorité musulmane n’est épargné par le phénomène. En Turquie, pays pourtant autrefois laïc, la situation s’est beaucoup dégradée depuis l’arrivée au pouvoir de Recep Tayyip Erdogan, et en particulier depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016: agressions contre des femmes à cause de leur tenue vestimentaire ou contre des personnes ne respectant pas le ramadan, remaniement des programmes scolaires pour y remplacer la théorie de l’évolution de Darwin ou les principes d’Atatürk par des cours de religion et le récit du putsch raté.

    Même la Tunisie, qui fait pourtant figure d’exception dans le monde musulman, est concernée. Des mouvements de "dé-jeûneurs", qui refusent ostensiblement de respecter le ramadan, s’y sont développés, ainsi qu’au Maroc et en Algérie. Mais toujours dans la peur. "On a quand même du mal à dire qu’on est athée en Tunisie aujourd’hui, regrette la réalisatrice Nadia El Fani. J’ai été considérée comme terroriste simplement parce que dans mon film, Ni Allah ni maître, je défendais la laïcité. " (…)

    Paroles d’ex-musulmans: " Mon propre père a porté plainte contre moi " #abos | par @angelinemontoya https://t.co/rRSVNPxX3I

    — Le Monde (@lemondefr) December 20, 2017

    Le Monde

  • Ils se mangent entre eux, les (salo)politiques!

    En 2010, Marlène Schiappa a publié “Osez l’amour des rondes“, où l’on apprenait, entre autres, que "la fellation est la spécialité des rondes". (sic à vomir)

    A chaque jour ses révélations sulfureuses. Aujourd’hui c’est jour de fête. Deux d’un coup. Hulot et Schiappa. La Schiappa, qui vient de recevoir un prix de la laïcité, met ses enfants dans une école catholique. Le prix a même été décerné par le Grand Orient de France, dont chacun connaît l’amour IMMODERE pour la religion chrétienne et tout particulièrement catholique!

    La laïcité n’est ni fermée ni ouverte elle est la laïcité, point. Honorée de recevoir le Prix spécial laïcité du GODF, que je prends comme un encouragement. #loi1905 pic.twitter.com/wkvx70zWvy

     — MarleneSchiappa (@MarleneSchiappa) 8 décembre 2017

    Ce prix a suscité une réaction vive d’une socialiste, Sylvie Tolmont,  qui révèle que les enfants de Schiappa sont scolarisés dans une école privée, catholique, du Mans… Devant la polémique et la plainte de Schiappa pour atteinte à la vie privée, Sylvie Tolmont se défend sur Facebook

    "Il aurait été, je le concède, plus pertinent d’interpeller moi-même et directement la ministre sur l’incohérence manifeste entre sa communication valorisant l’école publique laïque et son choix de scolariser ses enfants dans une école confessionnelle, tant il me semble qu’on puisse légitimement interroger cette contradiction majeure".

    Schiappa, Ministre prétendant défendre les femmes contre le sexisme n’hésite pas à injurier son contradicteur en lui reprochant son  incapacité -supposée- à avoir des enfants.

    Au-delà de ce contexte sordide, il y a de mon point de vue beaucoup plus grave et c’est le sens de mon témoignage. J’ai, ainsi, reçu de Madame Schiappa un message d’une violence inouïe, dont la charge symbolique dépasse de loin ma personne et mérite d’être dénoncer. En effet, qu’une Ministre de notre République, qui plus est Secrétaire d’Etat en charge de l’Egalité entre les femmes et les hommes, utilise à des fins haineuses mon incapacité supposée à être mère est une insulte intolérable qu’aucune colère ne saurait justifier. C’est une insulte aux femmes et aux hommes qui ne peuvent ou ne veulent pas avoir d’enfant, c’est une insulte aux droits des femmes et à tous ceux qui militent pour ces droits, c’est enfin une insulte à sa fonction au sein du Gouvernement de notre pays. Voilà pourquoi, j’ai décidé en conscience de reproduire ici et in extenso ce message : " Je savais que tu étais une personne inculte, méprisable, aigrie mais de là à " aimer " sur Twitter le fait que quelqu’un donne l’adresse de l’école de mes enfants : c’est juste à vomir. Tu n’as jamais été capable d’en avoir toi même donc peut être ne sais tu pas que c’est un principe de vie : on ne touche pas aux enfants et on ne s’en sert pas politiquement. Je saurais m’en souvenir en tous lieux et en tous temps et particulièrement au moment de ma plainte pour atteinte à la vie privée. Marlene Schiappa " Message SMS reçu de Madame Schiappa le 9 décembre 2017 à 20h35 Pour terminer, j’invite les amis et soutiens de Madame Schiappa à cesser leurs invectives sans fondement et à retirer leurs publications diffamatoires.

    Sylvie TOLMONT Fay, le 12 décembre 2017

    Quelle délicatesse, la Schiappa…

    Quelle respectabilité…

    Et quelle cohérence!

    La Schiappa, qui est Ministre d’Etat, boycotte les écoles du dit Etat.

    La Schiappa, qui crache depuis des années sur le catholicisme est bien contente de le trouver pour mettre sa progéniture à l’abri des établissements pourris par une immigration incontrôlée.

    Voici ce qu’elle disait en 2015, quand elle était adjointe au Maire du Mans: " Elles ne sont pas si nombreuses, par les temps qui courent, les organisations qui affirment leur combat contre le cléricalisme, les cléricalismes, la doctrine sociale de l’Eglise!".

     

    On se souviendra de ses attaques contre le catholicisme au moment du harcèlement des femmes à la Chapelle-Pajol, où, pour relativiser l’attitude des musulmans, elle a carrément attaqué le catholicisme et le judaïsme, dénonçant leur prétendu machisme… oubliant délibérément "certains pratiquants" de "l’islam politique".

    La même Schiappa a une conception tellement  haute de la laïcité qu’elle est même opposée à la loi sur le voile  à l’école. C’est pour cela qu’elle a mis ses enfants dans une école catholique? Pour qu’ils soient en compagnie de copines voilées ? Il est vrai qu’elle trouve normal que la loi ne soit pas la même pour tous sur le territoire ( comme Hulot et Hidalgo, faites ce que je dis, pas ce que je fais ), qu’il y ait des zones où l’égalité hommes-femmes doit être différente des autres zones :   

     A l’AG #CNIDFF " Nos politiques publiques d’égalité femmes hommes doivent être adaptées à la spécificité de chaque territoire "

     — MarleneSchiappa (@MarleneSchiappa) 28 juin 2017

    Nul doute que là où elle habite, ce n’est déjà plus la France et qu’il faut une école catholique pour ses enfants… Oui, Schiappa  sait sucer, à la perfection, et elle le fait à chaque fois que c’est nécessaire. L’anticléricale de sucer (c'est dans son livre) le Grand Orient de France pour avoir son appui, et, dans la foulée, un prix. La catholicophobe n’hésite pas à “sucer“ catho pour mettre ses gosses à l’abri. Schiappa est comme son mentor Macron, une girouette prête à tout pour avoir et garder son pouvoir.   

    Résistance républicaine.eu

  • Faut lui bloquer son salaire à cette chienne gauchiasse!!!

    Ferrette: l’institutrice enseigne aux migrants, les enfants du village sans école depuis 5 semaines

    Voilà une histoire inhabituelle. Ferrette est une commune du Sundgau (Sud de l’Alsace, à la frontière suisse) de 683 habitants. Le village avait fait la une il y a un an, car c’était un des premiers villages en Alsace à accueillir des migrants. Plus de 80 migrants, soit plus de 10% de la population du village, ont été accueillis. Aujourd’hui, loin de l’idylle décrit par les journalistes, les habitants en ont assez. En cause, l’absence d’école pour les enfants du village depuis 5 semaines.

    Acte I – L’institutrice du village part enseigner le français aux migrants

    Comme dans beaucoup de centres d’accueil, des cours sont dispensés par l’Éducation Nationale, afin de favoriser une meilleure intégration des nouveaux venus : la langue française est ainsi enseignée, car peu la maîtrisent vraiment. Une vingtaine d’enfants de 4 à 8 ans sont arrivés en début d’année dans ce centre. L’institutrice du village est ainsi affectée à leur instruction. Bien évidemment, une remplaçante vient faire cours aux élèves de Ferrette : pas question en effet d’abandonner ces enfants, leur instruction est obligatoire, rappelons-le. Tout à été prévu. (pourquoi on ne met pas une "remplaçante" directement pour faire les cours aux migrants? NDLR).

    Vraiment?

    Acte II – La remplaçante tombe malade

    Les aléas de la santé, la remplaçante tombe malade. Visiblement c’est assez grave, puisque voilà 5 semaines que celle-ci n’a pas pu donner des cours. Le problème est ici : rien n’a été prévu pour remplacer la remplaçante, et les enfants de Ferrette n’ont donc pas école depuis 5 semaines. Une situation difficilement acceptable pour les habitants, sachant que les migrants ont eux des cours assurés par l’ancienne institutrice.

    Acte III – Les habitants en colère

    Pour PELOTHEQUE Mercerie moderne <lapelotheque@gmail.com>les parents d’élèves, la pilule est difficile à avaler. Leurs enfants vont avoir des lacunes à cause de cette interruption longue de l’enseignement. Il faudra rattraper ce retard. Bien évidemment, une telle situation ne renforce guère la sympathie des autochtones pour les migrants. Le maire aurait ainsi fait détruire l’ancienne caserne de pompiers pour éviter qu’on y loge des migrants supplémentaires.

    L’Éducation Nationale, mise en cause, va devoir trouver rapidement une solution…

    Source : Alsace-actu.com

  • Il n'y a même pas de mots pour qualifier ces pourris.....

    Faux certificats à des étrangers: 5 médecins poursuivis

    Cinq médecins ont été mis en examen pour avoir délivré de faux certificats médicaux à des étrangers leur permettant de rester en France légalement et escroqué l'Assurance maladie à hauteur de près de 3,9 millions d'euros, a-t-on appris mardi de sources concordantes. Deux présidents d'associations à vocation humanitaire et deux de leurs rabatteurs ont également été mis en examen notamment pour "aide au séjour irrégulier en bande organisée, escroquerie et abus de confiance". Les neuf suspects, arrêtés en Ile-de-France entre le 10 octobre et le 28 novembre, ont été placés sous contrôle judiciaire, a précisé une source judiciaire.

    Les enquêteurs de la sous-direction de la lutte contre l'immigration irrégulière, rattachés à la préfecture de police de Paris, avaient débuté leurs investigations à la suite d'une dénonciation de l'Agence Régionale de Santé (ARS) à l'encontre de plusieurs médecins. L'enquête "démontrait que ce réseau sévissait depuis au moins 2012 avec la complicité de présidents d'associations et de rabatteurs, permettant à des étrangers d'Afrique de l'Ouest et du Maghreb en situation irrégulière de rester en France en faisant valoir un statut de personnes malades", explique une source policière.

     

    Contactés par de nombreux étrangers déboutés de leurs demandes de titres, les deux présidents d'associations montaient des dossiers de régularisation, en faisant état de pathologies mentales. Pour chaque demande, ils touchaient 5.000 euros qu'ils partageaient parfois avec certains rabatteurs. Les médecins, dont trois psychiatres, délivraient moyennant quelques centaines d'euros des certificats médicaux faisant état de fausses pathologies mentales et en profitaient pour escroquer massivement les caisses d'assurance maladie en déclarant notamment des consultations fictives.

    L'un des médecins avait déclaré jusqu'à 27.000 consultations par an, soit 74 par jour, avec un pic à 800 consultations en un jour. Un autre praticien du réseau, surfacturait 867 fois de plus que la moyenne les actes médicaux à l'Assurance maladie. Plus de 489.000 euros, quatre appartements d'une valeur de 1,285 million d'euros, des articles de luxe et deux voitures ont été saisis par les enquêteurs, assistés des effectifs de la PIAC (Plate-forme d'identification des avoirs criminels).

    En 2016, la France a délivré 6.835 titres "étrangers malades", une hausse de 4,3% par rapport à 2015, selon les chiffres de l'Intérieur. Selon un récent rapport de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, un quart des étrangers bénéficiant du statut d'étranger malade était atteint de troubles psychiatriques. En 2016, cinq filières recourant au stratagème de la fraude au statut "d'étrangers malades" ont été démantelées