Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

politique - Page 2

  • Le zoziau qui se marre!

         La canicule. N’oublions pas d’arroser nos vieux, nos plantes, notre pastis et notre départ en vacances.

     

        — bernard pivot (@bernardpivot1) 26 juillet 2018

  • Ce que l’affaire Benalha Lahcène

    ... nous dit sur Emmanuel Macron

    Cette affaire finit par nous faire connaître une facette du personnage d’Emmanuel Macron

    Par Philippe Bilger.

    L’affaire Benalha Lahcène a pris un tour médiatique, politique, parlementaire et judiciaire – enquête, juge d’instruction saisi, mises en examen – qui, chaque jour, enfle. D’abord à cause des révélations sur les agissements multiples de ce personnage – garde du corps mais bien plus – et en raison des privilèges pour le moins discutables qui lui ont été octroyés.

    Un parfum de séisme

    Un exemple parmi d’autres de cette effervescence qui ne retombe pas. Comme le président de la République se tait à l’exception de ce " la République est inaltérable " qui est suffisamment flou pour n’engager à rien, la commission d’enquête qui a été constituée n’exclut pas d’entendre Brigitte Macron qui a été à plusieurs reprises apparemment accompagnée par Alexandre Benalha Lahcène.

    Un processus est mis en branle, et pour ses diverses facettes il n’y a plus qu’à attendre avec curiosité et inquiétude ses développements. L’opposition se rue dans cette porte enfin ouverte pour prendre le gouvernement – non pas en déroute mais pour une fois dans les cordes – au piège de ses promesses de 2017. Un parfum de séisme aggravé par la suspension de l’examen de la révision constitutionnelle.

    On ne peut pas se contenter d’accabler Emmanuel Macron. Il y a peu de similitudes entre l’état de droit dévasté hier et les étranges libéralités, l’incroyable confiance qu'Emmanuel Macron a dépensée en faveur de Benalha Lahcène dont le parcours maintenant est bien connu.

    Force est de reconnaître que le seul qui ait perçu le soufre et le danger derrière la compétence professionnelle prête à tout est Arnaud Montebourg qui n’a pas gardé Benalha Lahcène plus de huit jours auprès de lui.

    Un sentiment de supériorité?

    Au fil des jours, l’Élysée, Emmanuel Macron et Benalha forment une configuration qui n’empêchera pas le président d’agir sur le plan politique mais qui, pour la première fois, mettent gravement en cause sa légitimité de créateur et d’inspirateur d’un univers irréprochable. C’était pourtant l’une de ses forces les plus remarquables que d’avoir su trancher avec le monde d’avant et de s’être efforcé longtemps avec succès de renvoyer aux oubliettes les transgressions des pouvoirs dont il cherchait avec talent et obstinément à être le contre-modèle.

    L’embellie démocratique apportée dans les premiers mois à ce lieu de pouvoir qu’est au propre et au figuré l’Élysée a été tout à fait éclatante. Discrétion, réserve, organisation, tenue, exemplarité des comportements, parole rare, cohérence, solidarité – un chef indiscuté entourée par une équipe de haut niveau acharnée à sa tâche et inconditionnelle. Même les adversaires les moins objectifs de la présidence Macron n’avaient pas pu ne pas remarquer le gouffre qui séparait cette maîtrise à tous points de vue du désordre guère créateur d’avant, surtout sous l’ère de François Hollande.

    Insensiblement, peut-être, cette excellence, la certitude de cette excellence, se sont-elles transformées en un sentiment de supériorité, presque d’arrogance. L’exigence du secret est devenue volonté de dissimulation et l’obsession d’une autarcie protectrice et trop sûre de son fait s’est probablement substituée au souci légitime de sauvegarde d’une indépendance nécessaire au bon fonctionnement de l’État.

    Ce n’était plus : nous voulons devenir les meilleurs mais nous sommes les meilleurs et tant que nous serons entre nous, rien de négatif ne pourra advenir. Une équipe s’est muée en bande avec ses avantages et son intensité mais aussi avec une forme de démesure qui excluait de moins en moins un zeste de mépris pour le profane qui ignorait tout et n’était pas digne d’appréhender même de loin ce qui n’était réservé qu’aux initiés.

    Cette évolution a entraîné, de la part d’Emmanuel Macron qui est tout sauf "immature" ou "un gamin", l’envie de pouvoir compter absolument sur quelques-uns, quel que soit leur niveau et leur fonction dans le dispositif présidentiel, parce que leur fidélité lui était acquise à vie et que sans doute la faiblesse de notre président est d’être trop sensible à l’encens que de bonne foi on déverse sur lui parce que profondément il est persuadé qu’il le mérite.

    Des collaborateurs qui peuvent tout se permettre

    L’importance qu’il attache au lien indéfectible entre lui et ceux qui le servent ont pour conséquence et pour rançon le fait que, sa confiance octroyée, ses collaborateurs peuvent tout se permettre.

    Non pas dans le registre technique où sa vigilance est extrême et ne supporterait pas les approximations mais dans les périphéries, dans cette zone qui n’est plus celle du pouvoir pur mais relève plutôt d’agissements et d’efficacité qu’il valide parce que rien de ce qui peut émaner par exemple d’un Benalha Lahcène ne pouvait être mauvais et qu’à ce titre celui-ci avait droit à des avantages exorbitants comme notamment d’avoir un badge d’accès à l’Assemblée nationale comme collaborateur du président et auxiliaire de son chef de cabinet.

    Il a ainsi donné à Benalha Lahcène cette ivresse de toute-puissance qui conduit à tout se permettre, sans distinguer entre le licite et l’illicite, parce que l’aval du président abolit ces frontières et donne à chaque acte, quel qu’il soit, sa légitimité.

    On verra la suite des événements. Apocalypse ou chant du cygne? L’affaire Benalha Lahcène appelle une réaction, une remise en ordre, un peu de modestie. L’Élysée n’est plus un lieu magique mais un royaume comme les autres.

    Car Benalha Lahcène nous dit beaucoup sur Emmanuel Macron. Et ce n’est pas rien.

  • Macrongate: le petit roi et son mépris du droit

    La presse nous rapporte ce qu’aurait déclaré, en garde à vue, celui que beaucoup appellent désormais "le gorille à Manu". La première chose qui frappe, c’est l’étonnant culot dont il fait preuve. La seconde, c’est qu’il est clair qu’il a été dûment chapitré et que la stratégie de la Macronie sera de semer la confusion en espérant continuer à profiter de la complaisance dont elle a bénéficié d’une partie du haut appareil judiciaire. C’est la raison pour laquelle il est utile sinon indispensable de revenir sur un certain nombre d’aspects essentiels de la partie qui se joue aujourd’hui. D’autant plus essentiels qu’ils constitueront les enjeux du débat judiciaire. Or, avec un exécutif aujourd’hui plaqué au sol et un législatif transformé en cirque, la justice est le seul des trois pouvoirs dont on puisse espérer qu’il sera capable de rester à peu près debout.

    Gare au "gorille"

    Le jour du déclenchement du scandale, après avoir vu la vidéo des faits, nous avions établi la nature des infractions qui devaient être reprochées à Alexandre Benalla Lahcéne Benahlia) et le caractère inadmissible de la protection dont il avait bénéficié après ses exactions. Le feuilleton qui se déroule désormais nous apporte une révélation toutes les heures sur le statut et les avantages délirants, et manifestement indus, dont bénéficiait le "gorille". Chacun de ces faits doit faire l’objet d’une analyse juridique qui permette d’en caractériser l’aspect pénalement répréhensible, et d’en identifier les auteurs.

    Dans la mesure où les événements que nous allons étudier ont fait l’objet de décisions prises par des fonctionnaires dans le cadre de structures hiérarchiques, rappelons les principes de responsabilité qui gouvernent cette matière.

    Tout d’abord, en application de l’article 28 de la loi sur le statut de la fonction publique, le fonctionnaire est tenu à un devoir d’obéissance. Assorti d’un devoir de désobéissance si l’ordre qui lui est donné est manifestement illégal. L’article 122–4 du Code pénal exonère le fonctionnaire auteur d’une infraction accomplie sur ordre à la condition qu’il n’en ait pas connu le caractère illégal. Apparemment accordés à la demande d’Emmanuel Macron, les avantages dont a bénéficié Lahcéne Benahlia ont fait l’objet pour chacun de décisions administratives. Tous les fonctionnaires impliqués sont donc responsables et il est indispensable qu’ils en répondent.

    Viens chez moi, j’habite chez un copain

    Premier exemple, la rémunération exorbitante (environ 10 000 euros par mois) perçue par l’homme de main, selon Le Parisien. S’agissant de fonds publics, il est clair qu’il ne peut y avoir d’arbitraire dans la fixation de la rémunération des collaborateurs de l’Élysée. De ce que l’on comprend aujourd’hui, le montant était directement lié, non pas à l’utilité de la mission, mais à la faveur du prince. Celle-ci ne saurait servir de support à une décision régulière.

    Les chiffres qui circulent dans la presse sont effectivement complètement excessifs, et peuvent encourir les foudres de l’application de l’article 432–15 Code pénal relatif au détournement de fonds publics. Le président de la République et ses collaborateurs, et notamment son chef de cabinet, sont responsables du maniement des fonds publics dont ils sont dépositaires. Les engagements de dépenses doivent être conformes à l’intérêt public et non pas le fruit de faveurs voulues et dispensées par le chef de l’État. Emmanuel Macron sera protégé par son immunité présidentielle.

    Ce n’est pas le cas de son directeur de cabinet qui a dû signer le "contrat de travai " et saisir le comptable public de l’engagement des dépenses correspondant à la rémunération. Il est indispensable qu’il en réponde dans le cadre d’une procédure judiciaire. Ceci n’a rien de fantaisiste, on apprend par un télescopage du calendrier, que Maryse Joyssains, maire d’Aix-en-Provence, vient d’être condamnée pour avoir promu indûment son chauffeur et fourni à ses proches des emplois de complaisance !

    Deuxième exemple, le logement de fonction. Accordé, rappelons le, le 8 juillet dernier, alors même que les communicants de l’Élysée, empêtrés dans leurs mensonges, nous affirment que le "gorille à Manu" était puni. Dans la fonction publique, concernant les logements de fonction, en application du décret du 9 mai 2012, il existe deux régimes de "concession de logement".

    D’une part, celle par "nécessité absolue de service" qui impose au fonctionnaire une disponibilité totale, et ne donne pas lieu à perception d’une contrepartie, c’est-à-dire d’un loyer. D’autre part, une concession avec paiement d’un loyer, pour les fonctionnaires qui -sans être assujettis à la nécessité absolue- sont tenus d’accomplir un service d’astreinte. Il est clair que Monsieur Lahcéne Benahlia, au statut complètement flou, ne rentre dans aucune des catégories.

    Et que l’on ne nous parle pas de sécurité, celle-ci est assurée dans le cadre de la loi républicaine par le Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR), composé de fonctionnaires formés. Qui a pris la décision d’attribuer ce logement ? Quelle modalité a été choisie?

    Quelle est la justification de cet avantage en nature? Lahcéne Benahlia est-il assujetti au versement d’un loyer en application des stipulations du décret du 9 mai 2012? Si cette attribution, ce qui est fort probable, est contraire à la réglementation, l’article 432–15 du Code pénal trouvera encore à s’appliquer. Même motif, même punition pour celui qui a signé sur ordre le contrat de bail.

    Aux armes, etcaetera

    Parlons maintenant de la pseudo-sanction infligée au faux policier après ses exploits place de la Contrescarpe. Il apparaît d’ores et déjà que les soi-disant mise à pied et rétrogradation sans salaire n’ont jamais été appliquées. Qu’en est-il de la rémunération? Le bruit court qu’elle aurait quand même été versée, contrairement à ce qui a été dit. Et pourquoi donc? À la demande de qui? Encore le 432–15? Cela devient une habitude. Il serait bien de s’en expliquer devant un juge d’instruction.

    Il y a également l’attribution au "gorille" d’un permis de port d’armes. Autorisation invraisemblable, mais manifestement sur ordre du château après un premier refus circonstancié de la préfecture de police. Tout simplement parce que les conditions juridiques n’étaient probablement pas réunies. Qu’à cela ne tienne, le prince cède à son homme qui rêve depuis longtemps d’être "enfouraillé".

    Comme le démontre la lecture des "Macronleaks", il en avait formé la demande pendant la campagne présidentielle. La valeur juridique de cette nouvelle autorisation mériterait d’être regardée de près. Son grand ami -Vincent Crase- le salarié du parti LREM, s’est quant à lui passé de l’autorisation légale puisqu’il parade, place de la Contrescarpe, avec un flingue bien visible sur les photos et les vidéos. Sous les yeux des policiers vrais et faux mélangés que ça n’a pas l’air de gêner.

    Port d’arme prohibé, et de première catégorie, excusez du peu. Là aussi, il serait intéressant de savoir pourquoi et comment des civils aussi douteux que nos duettistes peuvent se promener ainsi armés jusqu’aux dents. Cela relève des investigations d’un juge d’instruction.

    Et ça continue encore et encore…

    Nous avons ensuite l’hérésie d’attribuer un pass d’entrée donnant accès à tous les locaux de l’Assemblée nationale et notamment à l’hémicycle (!) à notre homme de main qui ne pouvait bien sûr y avoir droit… Il serait intéressant que François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale, vienne s’expliquer sur ce manquement gravissime, qui serait de nature à éclairer sur le dispositif qu’Emmanuel Macron commençait à mettre en place pour privatiser à son profit les services de sécurité de l’Élysée.

    On parlera aussi de la fulgurante montée en grade de Lahcéne Benahlia (il était réserviste) dans la gendarmerie. Plusieurs fonctionnaires de police ont déjà été mis en garde à vue et  mis en examen. Trois d’entre eux, aux grades conséquents, ont trouvé tout à fait normal de trahir leur secret professionnel et de mettre à la disposition d’une personne visée par la justice des éléments strictement confidentiels. Encore bravo!

    La liste devrait normalement s’allonger.

    Alors à ce stade, à tous ceux qui, par cupidité, arrivisme ou lâcheté, ont prêté la main aux dérives voulues par le chef de l’État, on rappellera l’existence d’un autre article du Code qui les concerne tous.

    L’article 433-1 du Code pénal, celui qui réprime tous ceux qui ont pris des mesures pour faire échec à l’exécution de la loi. Tous les faits, toutes les manœuvres, tous les ordres qui viennent d’être décrits ci-dessus en relèvent.

    Mais que fait la justice?

    Depuis déjà un moment, la justice s’est laissée déshonorer par les agissements de la juridiction d’exception du Pôle financier flanquée du Parquet national financier (PNF). Outil politique acharné à fausser l’élection présidentielle, d’abord contre Nicolas Sarkozy puis contre François Fillon.

    Outil dirigé plus récemment contre le Rassemblement national. Il semble symétriquement avoir servi d’étouffoir dès lors que des choses très gênantes pouvaient être reprochées aux amis du Parti socialiste ou à la Macronie. Que sont devenus Kader Arif, Bruno Leroux, Faouzi Lamdaoui? Où en sont les affaires Ferrand, Collomb, Las Vegas, les irrégularités financières grossières de la campagne électorale du candidat Macron?

    En allant au fond des choses, le parquet de Paris et les juges d’instruction du même tribunal ont l’occasion de commencer à reconstruire une crédibilité et une légitimité lourdement entamées auprès de l’opinion. Il serait vraiment opportun de la saisir. Pas sûr que l’histoire repasse les plats.

    Quant au président de la République, il pourrait apparaître comme l’auteur initial, et par conséquent le responsable, de tout ce que le scandale vient de mettre au jour. Sachant que ce n’est probablement pas fini. À l’abri de son immunité, il va peut-être enfin faire un peu l’expérience du fait que la politique est d’abord et avant tout un rapport de force.

    Son inconséquence l’a singulièrement isolé et il pourrait faire l’expérience de l’ingratitude des hommes, et de leur capacité à rapidement chercher des passerelles pour quitter le navire.

    http://www.vududroit.com/2018/07/macrongate-petit-roi-mepris-droit/