Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Handicap - Page 7

  • Double vie à l’Ehpad :

     Je voulais attirer votre attention sur un phénomène que j’ai observé dans une maison de retraite mais qui est valable partout, c’est que le personnel le plus jeune a une double vie. Je ne veux pas dire qu’une fois qu’il a fini son travail il va prendre des cours de théâtre, je ne veux pas dire que c’est une double casquette, non il mène une double vie parallèle à l’autre, en même temps que l’autre, grâce à son téléphone portable, son smartphone.

    C’est particulièrement spectaculaire dans une maison de retraite parce que les pensionnaires, les vieilles dames, les vieux messieurs sont souvent à l’affût d’une attention personnelle de la part des jeunes filles qui s’occupent d’eux.

    Mais les jeunes filles en question pianotent du pouce pratiquement en faisant le ménage, et répondent en souriant à de mystérieux correspondants, et quand elles reviennent à leur décor habituel on  lit sur leur visage un truc du genre “laissez tomber vous pouvez pas comprendre”.

    http://www.tvlibertes.com/2017/01/07/13122/combaz-france-campagnol-2-6-janvier-2017

    Jeunesse: j'ai été ce que vous êtes, vous serez ce que je suis.... inutile de détourner la tête!

  • Vive la burqa!

    Tout le monde sait en France que la Sep a pour co-facteur de responsabilité, entres autres, un déficit en vitamine D; c'est à dire le manque de soleil sur la peau....

    Bravo les mecs! avec vos burqa et autres habits traditionnels et voiles de merde, vous allez manquer de belles fatma à baiser et marier!!!!!

    Heu, les mecs: avec vos robes, vous aussi, vous risquez la sep!!!!

     

    Des spécialistes alertent sur la maladie de la sclérose en plaques

    “Il y a un foyer épidémiologique en Kabylie”

    Un millier de patients atteints de la sclérose en plaques sont suivis au niveau du Sanatorium Baloua, où un patient, voire deux, sont enregistrés chaque semaine, a-t-on appris, hier, des praticiens spécialistes du CHU Nedir Mohamed.

    C’était lors d’un séminaire qui y était organisé, en collaboration avec la fédération nationale des malades atteints de ce mal. La rencontre a été l’occasion de rapprocher les malades des spécialistes, les uns livrant leurs témoignages, les autres donnant les dernières informations concernant la maladie, les facteurs déclencheurs, le diagnostic et le traitement. "C’est un mal chronique qui se mue souvent en handicaps sous plusieurs formes", expliquait un intervenant lors de cette rencontre. C’était aussi l’occasion de lever les incompréhensions qui encombrent parfois le cerveau du malade. A cet effet, plusieurs communications ont été programmées. La première consistait en un aperçu historique sur l’évolution de la maladie, son rapport avec l’alimentation, la grossesse, la cognition, pour arriver au traitement et la prise en charge par la sécurité sociale. Le rapport de cette maladie avec l’activité physique et la fatigue a également été débattu. "On pense qu’il y a un foyer épidémiologique dans la région de Kabylie s’étendant jusqu’à Sétif. Nous n’en avons pas l’explication. C’est une maladie très pénible qui touche les malades entre 20 et 40 ans. Elle est handicapante, non seulement sur le plan moteur, mais aussi sur le plan cognitif. La maladie touche notamment des sujets jeunes, généralement des femmes qui viennent souvent consulter pour des troubles de l’équilibre, de la marche, pour des faiblesses musculaires, ainsi que des troubles visuels et de langage…", a-t-on expliqué. Le Pr Ziri Abbes, DG du CHU Nedir Mohamed, de son côté, a réitéré la disponibilité de l’hôpital pour ce genre de rencontres qui rentrent dans le cadre d’une bonne prise en charge du malade : "Nous encourageons toutes les initiatives de ce genre, dans l’intérêt du malade". Il ajoutera : "Cette maladie est neurologique, dégénérative et handicapante, ce qui se répercute sur l’autonomie de la personne dans certains cas. Au niveau du CHU Nedir Mohamed, les malades sont très bien pris en charge, notamment au niveau du service spécialisé". "Tous les bilans sont disponibles et au service des malades, que ce soit le biologique, le scanner ou l’IRM. Dès qu’un malade est hospitalisé, nous lui assurons tout ce qu’il faut", expliquera encore le Pr Ziri qui assurera que "depuis deux ans, on n’a plus de ruptures de médicaments pour la sclérose en plaque. Ce sont des molécules très chères mais disponibles en Algérie et au CHU". Dans un autre sillage, comme pour faire une mise au point à des rumeurs malveillantes ciblant l’établissement, le Pr Ziri affirmera que l’hôpital et lui-même ne font pas de "politique", "il ya un programme qui est tracé, un organigramme et nous appliquons la réglementation. Notre seule politique est le malade, c’est notre cheval de bataille. Le CHU doit mettre tout en œuvre, pour que le malade soit pris en charge correctement. Nous avons les moyens humains et matériels, mais on doit nous laisser travailler tranquillement pour continuer sur cette lancée. Il y a beaucoup de résultats positifs et beaucoup de choses qui se font au CHU de Tizi-Ouzou". Pour le DG du CHU, ce qui manque pour une meilleure qualité de prise en charge du malade, "c’est la discipline et la rigueur" ; "nous sommes en train de travailler dans ce sens, pour améliorer cette qualité", a-t-il indiqué. Par ailleurs et concernant l’avancement des travaux du nouveau pavillon des urgences, le DG a affirmé qu’ils avancent à une cadence très satisfaisante : "Nous suivons de très près le projet, c’est un hôpital dans un hôpital. C’est du concret et ça va apporter un grand plus à la population de Tizi-Ouzou".

     

  • Stephen Hawking: "Nous sommes au moment le plus dangereux de l'histoire de l'humanité"

    Selon le célèbre scientifique, l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis et la sortie imminente du Royaume-Uni de l'UE vient à un moment qui serait le plus dangereux pour la race humaine.

    Selon le professeur de Cambridge, le changement général de politique dans le monde montre que la majorité des humains se sentent complètement abandonnés par les dirigeants et ne leur vouent plus aucune confiance.

     "Nous vivons un moment où les oubliés ont pris la parole pour rejeter unanimement les élites qui les dirigent", explique Stephen Hawking, ajoutant que "l'aspect le plus préoccupant de cette situation est que désormais, plus qu'à n'importe quel moment de notre histoire, notre espèce a besoin de cohésion".

    Le scientifique affirme que le monde est confronté à des défis immenses, dont le changement climatique, la production alimentaire, la surpopulation, la disparition d'espèces, les maladies épidémiques et l'acidification des océans.

     "Tous ces facteurs nous rappellent que nous nous situons bien au moment le plus dangereux du développement de l'humanité", déclare-t-il.

     "Nous pouvons surmonter ces défis. Je dis cela car j'ai toujours été optimiste. Mais il faudra pour cela que les élites, qu'elles soient à Londres ou à Harvard, à Cambridge ou à Hollywood, tirent les leçons de l'année qui vient de s'écouler et apprennent à retrouver une once d'humanité", fait savoir Stephen Hawking.

    Pour l'éminent professeur, l'humanité a atteint un stade d'avancée technologie où elle peut s'autodétruire en réduisant à néant la planète Terre, tout en n'ayant toujours pas développé les possibilités de se réfugier ailleurs.

     "Il est possible que dans quelques centaines d'années, nous aurons établi des colonies humaines dans le cosmos ou sur d'autres planètes. Mais pour le moment, nous n'avons qu'une seule et même planète et nous nous devons de nous serrer les coudes pour la préserver". Le chercheur britannique a également averti que l'intelligence artificielle et l'automatisation croissante de la société qui progresse à une vitesse fulgurante allaient finir par anéantir les emplois de la classe moyenne et aggraver les inégalités, ce qui risque de créer un bouleversement politique significatif partout dans le monde.

     "Les emplois disparaissent, mais aussi les industries. Nous devons aider les gens à se reprendre pour créer un monde nouveau et à les soutenir financièrement dans leur démarche", a ajouté Stephen Hawking.

    Ce n'est pas la première fois que le professeur fait part de son opinion à propos notamment de l'élection de Donald Trump. Dans une interview au réseau télévisé britannique ITV plus tôt dans l'année, il avait qualifié le président élu de "démagogue qui fait appel au plus petit dénominateur commun".

     

  • La maladie n'est pas un vilain défaut: juste la faute à "pas de chance!".

    Une journée de merde.

    Alors voilà:

    1/ recevoir une patiente en surpoids,

    2/ échouer à prendre sa tension avec un brassard standard,

    3/ prendre un brassard adapté qu’on vient d’acheter,

    4/la voir pleurer,

    5/se sentir gêné,

    6/entendre "c’est pas vous, c’est ce qui y a écrit sur votre brassard".

    Comment j’explique à ma patiente pourquoi même un stupide brassard lui exprime ENCORE ce que TOUTE la société lui matraque DÉJÀ depuis l’enfance?

    Des crachats en maternelle au type qui la montre du doigt dans la rue à ses potes en se marrant (et tout le reste, brimades, et injures, et hontes, et railleries, et vexations terribles, que nous n’imaginons pas, que nous ne POUVONS pas imaginer pour la simple et bonne raison que nous ne sommes pas ELLE et ne le serons jamais), tu as été la goutte d’eau qui fait déborder le vase, petit brassard.

    Alors MERCI Spengler, mais ma patiente SAIT qu’elle est obèse, mais moi, à cause de toi, j’ai humilié une patiente pour rien.

    Voilà.

    PS: anticipons les grincheux qui vont me rentrer dedans immanquablement, voulez-vous? OUI, je sais que l’obésité est dans certains cas une maladie, et OUI, je sais qu’il ne faut pas cacher la maladie à un malade. Ici, je pointe l’inadéquation entre un objet aussi " inoffensif " qu’un brassard tensionnel et le renvoi -inattendu pour cette patiente- à une représentation douloureuse de sa maladie (le renvoi de ma malade à sa maladie, pour simplifier).

    Elle SAIT qu’elle est malade. Elle le sait déjà TROP.

    ----------------------------------------------

    Une bonne journée.

    Publié le 12 décembre 2016 par Baptiste Beaulieu.

    Samedi, je publiais ça sur mon blog:

    UNE JOURNÉE DE MERDE

     (En bref, je racontais que comment la mention "obèse" sur un brassard de la marque Spengler avait fait pleurer une patiente).

    Je viens de recevoir le message suivant de Spengler:

    << En réponse votre post en date du 10/12/16 à propos des brassards Spengler marqués "obèse"

    Comme certains l’ont déjà dit dans les commentaires, effectivement le mot " obèse " est un terme médical que l’on retrouve dans les enseignements en études de médecine.

    Et lorsque les médecins passent commande, ils utilisent ce terme également.

    Nous comprenons que depuis un grand nombre d’années, ce terme est sorti du contexte médical et a été utilisé de manière très vulgarisée et peut légitimement être vécu comme une insulte.

    Nous sommes fabricants français de tensiomètres depuis 1907. Nous fournissons de nombreuses institutions comme les pompiers, les hôpitaux, Médecins du monde… qui utilisent nos produits comme le docteur Beaulieu lui-même car tous en reconnaissent la qualité historique.

    Ayant pris connaissance ce matin de ce post, nous venons de stopper la chaîne de fabrication du brassard portant cette mention.

    Nous sommes dans l’obligation de vérifier auprès des instances réglementaires qui veillent à la qualité de nos produits et aux normes la possibilité de faire disparaître cette mention reconnue dans le monde médical.

    Nous ne manquerons pas de vous tenir informés sous ce post ainsi que sur notre page facebook. >>

     bravomains.gif

     

     

     

     

    Je pense que je n’aurais JAMAIS écrit ce billet de blog sans vos différents témoignages que je reçois depuis quatre ans maintenant, notamment sur la grossophobie. Alors MERCI.

    Enfin, je précise que je ne suis pas ici pour recevoir des cookies, faire du bad-buzz ou jeter l’opprobre sur une entreprise qui fournit du matériel de qualité et du boulot à des gens. Je ne suis pas un moralisateur et je ne porte pas les SJW dans mon cœur (je vous laisse découvrir ce terme sur Google).

     Je suis juste un type qui n’aime pas voir pleurer sa patiente pour rien (elle SAIT qu’elle est obèse: vous, moi, la société, le cinéma, l’humour, l’Univers lui disent et lui répètent depuis l’enfance.)

    La marque Spengler est connue de tous les médecins pour la qualité et la durabilité de leurs produits.

    Je les remercie de leur réactivité.

    Baptiste.

    Nota: nous faisons tous des erreurs. Il faut apprendre à vivre avec et les aimer.

    http://www.alorsvoila.com/une-bonne-journee

     

    APANEAU.jpg

  • Sales cons et socialaups!

    A Nancy, Valls parle handicap. Sa délégation occupe une place GIG-GIC

    Comment sourit le Premier ministre? Quel hommage rendra-t-il au président qui l’a nommé en mars 2014? Quelles allusions lâchera-t-il à propos de sa propre candidature? Ce vendredi 2 décembre, au lendemain du " renoncement " de François Hollande, Manuel Valls est sous les projecteurs, scruté de toutes parts, " observé à la loupe ", dit Le Monde. Ce jour-là, le locataire de Matignon est " en déplacement " comme on dit d’un responsable national quittant les quartiers cossus de la capitale pour visiter, au choix, un quartier populaire, une ferme expérimentale ou les rues d’une ville moyenne.

    Ce vendredi, c’est à Nancy que le Premier ministre s’est aventuré. Cela peut paraître accessoire au vu de l’importance phénoménale de la pré-campagne présidentielle en cours, mais le " déplacement " porte sur le sort des handicapés, un sujet toujours consensuel au moment de voter des lois et toujours oublié lorsqu’il s’agit de prendre des décisions concrètes. Le Premier ministre est venu à Nancy pour signer des contrats avec les collectivités locales et annoncer des mesures visant à " simplifier la vie quotidienne des personnes en situation de handicap ", comme on dit de nos jours.

    Les travaux se déroulent à la préfecture de Meurthe-et-Moselle, rue Lyautey, une rue assez étroite toute proche de la resplendissante place Stanislas. Le convoi est composé de nombreuses berlines grises ou noires ; pas moins de sept membres du gouvernement accompagnent en effet Manuel Valls, sans compter les présidents des différentes strates su millefeuille territorial. Devant la préfecture, trois voitures occupent des places réservées aux " GIG-GIC ". Ces invalides dont Manuel Valls, à l’intérieur du bâtiment, assure vouloir " simplifier la vie ".

    Paul Didier, étudiant en khâgne à Nancy, aperçoit la scène, prend une photo des véhicules et la diffuse sur Facebook et Twitter. Il interroge également un policier en faction devant le bâtiment. " J’ai été voir un flic pour lui demander si c’était normal. Il m’a répondu: ‘ah non mais oui. On leur a dit, mais c’est des cons’ ", relate l’étudiant sur sa page Facebook.

    Selon le magazine lorrain en ligne Loractu, les emplacements avaient bel et bien été réservés pour le convoi officiel. Pourtant, il s’agit de places destinées, en temps normal, aux personnes à mobilité réduite. Un panonceau gracieusement posé par le Lions club le souligne: " Si tu prends ma place, prends aussi mon handicap ".Didier avait lui aussi constaté la réservation de ces trois places pour la délégation du Premier ministre. Il le déplore. " Il n’y a pas un mec dans la chaîne qui s’est dit que quelque clochait? " s’interroge-t-il, avant de conclure: " ils sont hors-sol".

     

    aValls-PMR-1024x961.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     "J’en ai pour 5 minutes". Ainsi fonctionne la monarchie républicaine à la française. Sous prétexte que l’on est puissant, on peut s’affranchir des règles. Ce n’est évidemment pas la première fois que des responsables politiques (ou économiques, ou médiatiques), profitent de leur puissance ou de leur notoriété pour stationner en gênant tout le monde. Mais ce type de comportement laisse penser que l’importance supposée excuse tout, qu’un intérêt supérieur balaie toutes les règles, y compris celles de la bienséance. Après tout, si le Premier ministre le peut, pourquoi pas le maire, le président de la Chambre de commerce, et puis pourquoi pas moi. Après tout, j’en ai pour 5 minutes.

    Ceci conforte cette impression d’une société à deux vitesses et confirme, si besoin était, que le stationnement, la circulation, et plus généralement les déplacements, sont toujours considérés comme des sujets accessoires. Sans compter, bien entendu, l’image déplorable de l’action publique qui en résulte. Discourir, annoncer ou promettre a-t-il encore un sens lorsque, confronté à la réalité, on laisse passer un message exactement inverse à celui que l’on souhaiterait diffuser?

     

    APANEAU.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ceux qui sont sur fauteuil roulant n'en ont pas pour 5 minutes!

    Eux, c'est toute leur vie!

    Bandes de dégueulasses!

  • Et pendant ce temps-là, ils croient que les autres AUSSI se gavent…

    Alors voilà, l’autre jour, j’ai vu en consultation un vieil homme. Il ne payait pas de mine. 80 ans bien tassés. Il vient pour un renouvellement, trois fois rien.

    On parle un peu lui et moi. HAD, FNASS, SSID, bla-bla-bla, on se perd dans les acronymes.

    En gros, il s’occupe de son épouse en fin de vie. 40 ans de vie commune. Ils touchent une petite retraite, tous les deux. C’est trop pour la CMU, pas assez pour offrir un cadeau à leur petit-fils à Noël. Il me dit ça en triturant un trou dans sa veste.

    Il touchait une aide spéciale pour les changes de son épouse, mais le gouvernement l’a supprimée. Alors il se débrouille: il met des chiffons dans la culotte, qu’il nettoie ensuite. Mais ce n’est pas efficace comme des vraies couches. C’est ma femme, et lui faire "ça" avec "ça", c’est pas bien, non, c’est pas bien…. qu’il dit en secouant la tête.

    Cela dure un 1/4 de seconde, mais je le vois, moi: le regard du vieux se trouble. IL SE TROUBLE. Je l’entends murmurer:

    “Je me sens indigne“.

    […]

    Finalement, ce patient s’en va. Le suivant me pose un lapin. 15 minutes de rab’. Je surfe sur le net en attendant, clique sur "Google Actualités". Ça parle voyage ministériel à 14000€ pour un "match de foot", note de taxi à 400 000 € pour une responsable culturelle. Ça se gave bien, en haut lieu, ça se gave bien. Et la voix du vieux revient, elle résonne entre les 4 murs du cabinet, elle chevrote.

    “Je me sens indigne“.

    J’ai comme un haut-le-cœur tout à coup et je m’entends penser: "Putain de merde, Baptiste, on vit quand même dans un monde sacrément violent“.

    Chaque jour passe et, chaque jour, je vieillis dans ma tête. Si vous saviez comme je suis en colère et comme je suis vieux…

    Parfois, j’ai comme des envies de casser le monde. J’espère que j’arriverai à toujours vous raconter des histoires drôles. Des histoires sans violence, des histoires sans colère.

    Et sans "vieillards indignes".

    Un commentaire d'un lecteur

    Cette histoire tombe pile. je viens de rentrer à la maison la voiture pleine de couches et autres protections. Pour les cacher, oui je dis bien les cacher. Ma chérie qui bosse comme AMP dans une petite structure d’aide à domicile, a une inspection de l’ARS lundi et il est interdit d’avoir ces produits en stock pour aider les patients qui sont dans le cas de ton vieil homme.

    Alors voilà ceux dans haut se gavent et ceux d’en bas qui veulent aider ne le peuvent pas.

    C’est cela qui est indigne et pas ce brave homme.

    La bise

    http://www.alorsvoila.com/la-colere

    Baptiste Beaulieu est un jeune médecin de 31 ans qui tient le blog "alors voila"... qui a écrit déjà 3 romans.