Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

femme - Page 2

  • Je vous l'avais dit!

    Pillages, agressions : le vivre-ensemble à l’épreuve des faits

     

    Hier soir, à Trappes, une supérette de quartier a été pillée par une quinzaine de jeunes. Je vous laisse bien sûr le soin d’imaginer le profil de ces personnes. De nombreux témoignages indiquent que dans des grandes surfaces, des gens se sont battus pour du papier toilette, de l’eau, agressant là encore les employés des magasins. Des groupes de personnes, comprenant de nombreuses femmes voilées, trustent les rayons et chargent leur caddy, bloquant l’accès aux autres. Dans les hôpitaux, des médecins et infirmiers sont déjà pris à partie, souvent par des jeunes de la diversité, qui trouvent qu’il y a trop d’attente, qu’on ne s’occupe pas assez d’eux…

    Bonjour le civisme, la solidarité, le respect des autres et des consignes qui siéent à la situation. Bien sûr, les médias taisent ces cas, mais leur multiplication probable dans les semaines à venir, et le relais des réseaux sociaux amènera tout cela à la une de l’actualité, n’en déplaise aux doctrinaires des plateaux télé.

    Et nous n’en sommes qu’au début. Quand la situation économique va s’aggraver, que les gens n’auront plus d’argent, que les trafiquants resteront avec leur came sur les bras, dans quelques semaines, quelques jours, nous verrons bien comment tout cela tournera. Le général de Villiers avait alerté, dans l’indifférence générale, sur le surarmement des caïds de cités et l’incapacité qu’auraient nos forces de l’ordre à prendre le dessus en cas d’insurrection générale. Les généraux Martinez et Tauzin évoquent depuis des mois les risques d’émeutes, voire de guerre civile, et l’insuffisance des moyens pour juguler tout cela.

    Or, nous y arrivons à grands pas, en tout cas de nombreuses conditions sont aujourd’hui réunies, en cette période de privations et de danger… Et alors, nous en reparlerons, de l’angélisme des journalistes et des politiques sur les plateaux télé. Nous verrons si les mêmes oseront venir exiger du calme, de la compréhension, de la tolérance. La naïveté de nos élites se payera au prix fort, mais encore une fois, c’est nous qui sommes exposés : eux resteront tranquillement barricadés dans leurs appartements, et nous supplieront de ne surtout pas faire d’amalgame…

    Olivier Piacentini

    https://ripostelaique.com/pillages-agressions-le-vivre-ensemble-a-lepreuve-des-faits.html

  • Difficile à imaginer!!!

    Le Hubei peine à gérer une montagne de déchets médicaux

    Via Sixth Tone: Le Hubei se bat pour gérer une montagne de déchets médicaux . Extrait:

    Fin janvier, Hubei Zhongyou Youyi EP Technology Co. - une entreprise de traitement des déchets basée dans la ville de Xiangyang, dans le centre de la Chine - a reçu un appel des autorités locales. Les responsables ont demandé à la firme d'envoyer tous les travailleurs et véhicules qu'ils pourraient épargner à Wuhan, la ville au cœur de l'épidémie de COVID-19, dès que possible.

    Un convoi de cinq camions à ordures du Hubei Zhongyou a fait le voyage de 350 kilomètres le 29 janvier. Leur mission était d'aider à transporter des tonnes de masques usagés, de combinaisons de protection contre les risques biologiques et de draps des hôpitaux de Wuhan vers des sites d'élimination pour destruction.

    Au début, la petite équipe de 12 travailleurs et bénévoles pensait que le nettoyage ne prendrait qu'une semaine. Mais maintenant, un mois plus tard, Hubei Zhongyou a jusqu'à 85 personnes stationnées à Wuhan alors que la ville infectée par le virus lutte pour faire face à des volumes sans précédent de déchets contaminés.

    La province centrale de Hubei, où se trouve Wuhan, a subi le plus gros de l'épidémie, avec plus de 67 000 personnes infectées et 2 800 tuées lundi. La crise a poussé les systèmes de santé locaux à leur point de rupture, obligeant le gouvernement à construire de nouveaux hôpitaux à partir de zéro, à convertir les centres d'exposition en salles de fortune et à envoyer des milliers de travailleurs médicaux dans la région.

    Mais alors que l'attention s'est concentrée sur la pénurie de lits et de fournitures dans les hôpitaux du Hubei, les villes ont également connu de graves pénuries de personnel, de véhicules et d'installations de traitement capables de se débarrasser en toute sécurité des équipements médicaux usagés.

    Les déchets hospitaliers doivent être traités avec soin, car ils peuvent être infectés par des micro-organismes nuisibles et devenir une source secondaire d'infection, ont déclaré des experts en santé à Sixth Tone.

    “Les vêtements de protection, les blouses chirurgicales, ainsi que les draps et les housses de couette utilisés par les patients atteints de coronavirus - ces trucs ne peuvent pas être réutilisés“, a déclaré Yin Kaiwen, responsable de la logistique dans une clinique désignée pour les patients infectés par le COVID-19 basé à Wuhan. .

    Les villes disposent de systèmes spécialisés pour l'élimination des déchets médicaux, mais elles ont été rapidement dépassées au début de l'épidémie. Avant le début de l'épidémie, Wuhan disposait d'une installation dédiée au traitement des déchets médicaux d'une capacité de traitement de 50 tonnes par jour. Le 24 janvier, cependant, la ville produisait quatre fois plus.

    Des sacs de matériel d'occasion entassés dans les parkings devant certains hôpitaux de Wuhan en raison de l'arriéré des usines de traitement et du manque de véhicules de transport des déchets. Selon les estimations du gouvernement, près de 200 tonnes de déchets supplémentaires sont restées à l'intérieur des installations de stockage.

    "L'épidémie à Wuhan est la pire du pays", a déclaré Yan Zuhai, chef adjoint de la publicité au bureau de l'écologie et de l'environnement de Wuhan, lors d'un entretien téléphonique avec Sixth Tone le 26 février. "Face à ce puissant ennemi, la ville ne fait actuellement pas la capacité de gérer les déchets (médicaux). »

    La Chine a pris des mesures d'urgence pour faire face à la crise le 28 janvier, accordant aux autorités locales le pouvoir de brûler les déchets médicaux dans des installations non standard, de mettre en place des centres de traitement mobiles et de transporter les déchets excédentaires vers les villes voisines pour élimination.

    Au cours des semaines qui ont suivi, Wuhan a utilisé des incinérateurs conçus pour les déchets ménagers et dangereux, des fours industriels et même des fours à ciment pour détruire les fournitures médicales utilisées. Il a également fait appel à des sociétés de traitement dans d'autres villes, dont Hubei Zhongyou.

    "Le système d'élimination des déchets médicaux de Wuhan n'est pas conçu pour faire face à une situation d'urgence", a déclaré Sun Yu, directeur de la gestion d'entreprise à Hubei Zhongyou. “Nous les aidons à réduire leur pénurie de moyens de transport et de traitement“.

  • Agriculteur maintenu en taule, violeur africain libéré

    super, la justice!

    Voilà un moment que je n’avais pas poussé une gueulante… mais là je n’y tiens plus.

    Je lis sur le site Fdesouche qu’un agriculteur est maintenu en prison, sur décision du juge des libertés, alors qu’il a un domicile, un travail, une adresse, et donc une certitude de représentation au tribunal, puisque ce sont les critères essentiels de décisions de remise en liberté ou pas.

    De plus, cet agriculteur n’a fait que défendre son bien ; il n’a pas tué conformément au Code pénal et à l’article sur la légitime défense des biens… Il a tiré sur un voleur de carburant.

    Sachant bien évidemment que cela faisait plusieurs fois que cet agriculteur était volé… comme d’autres dans la commune ou la région, manifestement. Mais là, on en était quand même à 7 000 euros de préjudice, et chaque fois qu’il appelait les autorités, celles-ci mettaient une demi-heure à arriver, vu que dans la France rurale, on a fermé plein de commissariats et de gendarmeries!

    Bref, ce brave paysan, qui doit faire tourner une entreprise agricole, est maintenu en prison sur la seule décision d’un juge… cette caste qui décide de la vie d’un homme, sans jamais avoir de compte à rendre à personne.

    Cette caste qui laisse en liberté des dealers, des voleurs, des escrocs, des salopards, archi-connus de la police, mais qui laisse en prison un brave paysan… qui a eu le malheur de tirer sur un membre de la communauté des gens du voyages… en gros, un manouche.

    Cette même communauté, parfaitement intégrée à la vie sociale de notre pays, dont les membres sont, comme chacun sait, des gens très honnêtes, courtois, gentils et serviables, qui payent des impôts et règlent leur charges sociales. Ces braves voyageurs qui génèrent une bonne partie de la délinquance des lieux où ils s’installent et autour. Ceux-là mêmes qui se permettent de bloquer des routes, après avoir tronçonné des arbres, juste parce que l’un d’eux n’a pas eu le droit de sortir de prison pour aller à l’enterrement de son père. Mais qu’on ne touche pas, surtout pas, car c’est pire après.

    Ces mêmes personnes pour qui il faut aujourd’hui tout un bataillon de gendarmes afin d’interpeller un seul de ses membres. Bref des braves gens…

    Donc on laisse en prison un travailleur, qui a défendu son outil de travail contre des exactions d’un membre d’une communauté de nuisibles patentés… Ouah! super, la justice!

    Alors laissez-moi vous narrer une petite histoire.

    Le 31 janvier 2020, la fille d’un ami, lesbienne, jolie, jeune, faisait une petite fête avec des copains à Paris.

    Elle a été violée dans un bar, puis dehors, après qu’un salopard de prédateur lui a mis un produit dans son verre.

    Elle a déposé plainte.

    Inutile de vous dire que quand elle s’est retrouvée seule, perdue, en pleurs dans les rues de la capitale, aucun de ces connards de bons Français, bien-pensants, ne lui a porté secours ni prêté son portable pour qu’elle appelle son père. Non, ces Parisiens de merde l’ont laissée se démerder seule!

    Les policiers, et là, n’en déplaise à Schiappa ou Belloubet, ont reçu avec compassion, écoute et humanité, cette jeune femme.

    L’espèce de salopard qui a violé cette jeune fille a été interpellé au bout d’une semaine!

    Son ADN a été confronté avec celui relevé sur la victime.

    Bien évidemment, je ne vous donne pas l’origine ethnique de cette crevure, mais sachez qu’il n’est pas blanc. Disons qu’il est plutôt africain même…

    Et bien sachez, chers amis, que les juges ont décidé de laisser cette ordure en liberté, parce que c’était la première fois qu’il faisait cela. Ou du moins la première fois qu’il était attrapé.

    Alors oui, il est sous contrôle judiciaire. Mais qu’est-ce qui dit au juge que ce connard ne va pas rentrer au pays, et ne jamais reveni ? Rien.

    Alors, vous voyez, même si je ne porte hélas plus beaucoup les flics dans mon cœur depuis ce qu’ils ont osé faire aux GJ, et surtout depuis qu’on leur a retiré leur cerveau et leur libre arbitre pour 50 euros de plus par mois, il y a bien une caste que je déteste de toute mon âme: ce sont les juges!

    Hugh!

    Géronimo

    https://ripostelaique.com/agriculteur-maintenu-en-taule-violeur-africain-libere-super-la-justice.html

     

  • Mon prochain nouveau blog va vous intéresser...

    ATTENTION

    Bientôt un nouveau blog (fait pas moi, bien sûr)!

    Sujet: tous ceux qui on des démêles avec "l'opérateur historique"!

    Je vais appeler ce blog: "saga-mandarine"

    Afin d'éviter que ces gens ne me mettent au tribunal...

    Et oui, "celui qui dit la vérité, il doit être exécuté!"....

  • Confession d’une putain voilée:

    par ce livre, je remercie la France

    Quel regard peut porter une femme née en Tunisie, qui vit en France depuis qu’elle a passé son baccalauréat, sur notre pays, et son inquiétante évolution? Que pense-t-elle de l’islam? De son pays d’origine, d’où sont partis ce qu’on a appelé les printemps arabes? Cette femme, Sonya Zadig, nous ayant envoyé son livre, au titre sulfureux, il nous a paru intéressant d’approfondir quelques questions avec elle. Et c’est passionnant…

    Après le baccalauréat, j’ai quitte la Tunisie pour rejoindre la France

    Riposte Laïque: Vous êtes l’auteur du livre "Confession d’une putain voilée". Avant de parler de ce livre, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs votre histoire, et ce que vous faites aujourd’hui?

    Sonya Zadig: J’ai quitté la Tunisie après le baccalauréat pour rejoindre la France et y faire des études. J’ai d’abord suivi un cursus littéraire avant de me spécialiser en linguistique anglaise, ce n’était pas tout à fait ce que je voulais faire au départ, mais mon père en avait décidé ainsi et me destinait à devenir interprète.

    Mon désir profond était plutôt axé sur la psychologie, d’ailleurs après plus de vingt années de bons et loyaux services à l’Education Nationale, j’ai repris des études de psychopathologie clinique et je fais aujourd’hui ce que j’ai toujours rêvé de faire, soigner les âmes en tant que clinicienne.

    Riposte Laïque: Vous apparaissez rapidement dans votre enfance tunisienne, comme la rebelle de la famille, celle qui refuse la place de la femme que la société lui réserve. Comment expliquez-vous cette révolte précoce?

    Sonya Zadig: Ayant grandi dans un univers familial et social plus qu’insécurisant, j’ai développé assez tôt une capacité d’observation et une vigilance accrue à tout ce qui m’entourait. J’ai très vite compris que l’on me destinait à une soumission qui ne me convenait pas, je ne voulais surtout pas être une citoyenne de seconde zone uniquement parce que mon sexe m’y assignait.

    Je voyais bien que les femmes de la famille étaient envoyées à l’abattoir du mariage forcé et cela me déplaisait. Mes lectures ont contribué à cette rébellion précoce, je comprenais qu’il existait un monde où je pouvais me libérer du joug de l’oppression et cela me confortait dans ma position de rebelle.

    Riposte Laïque: Vous semblez, tout au long de votre passionnante narration, très marquée par votre père, un homme qui se dit communiste, mais qui parait sujet à de nombreuses contradictions…

    Sonya Zadig: Ah, mon père ! Dans l’après coup, je pense qu’il était lui aussi victime de la société arabo-musulmane dans laquelle il a lui-même grandi, c’est une figure tragique mon père.

    Fils de notables, il avait essayé de s’affranchir de sa classe sociale et de son appartenance culturelle en s’engageant à "Perspectives", un mouvement politique de gauche et d’extrême gauche des années 60. C’est aussi grâce à lui que j’ai pu découvrir le monde intelligible en accédant à sa bibliothèque, c’était un amoureux des lumières qui vivait hélas dans l’obscurité. Il était très clivé, car son discours dans l’extime était des plus éclairés, il se disait athée et œuvrait pour l’égalité des droits mais dans l’intime, se jouait alors une autre histoire faite de violence et d’oppression surtout à mon égard. Il ne m’a cependant jamais parlé de mariage et voulait vraiment que je m’affranchisse en excellant à l’école mais paradoxalement, il ne supportait pas ma liberté de femme et craignait pour son honneur. Il m’a laissé partir en France car il savait qu’il ne pourrait jamais me soumettre, mais rien n’excuse ses violences à mon égard, "Un homme ça s’empêche" comme disait Camus en citant son père.

    Riposte Laïque: Vous ne cachez pas votre fascination pour la France dès votre adolescence, et votre volonté, au plus vite, d’y poursuivre vos études. Vous y vivez depuis à présent de nombreuses années. Vous définiriez vous, malgré tout, comme une femme de deux cultures?

    Sonya Zadig: Une femme de deux cultures, oui et non. Je ne peux pas nier le fait d’avoir été déterminée par ma culture originaire, d’ailleurs c’est tout le propos du livre où je dis que les choses se cristallisent dans la langue elle-même.

    En parlant arabe, j’ai parlé malgré moi la langue du Coran, mais c’est une langue qui à mon sens est sans pensée car dogmatique. Or ce qui fait de moi la femme que je suis devenue aujourd’hui c’est ma pensée et ma pensée s’inspire des lumières. J’ai épousé la culture française qui m’a permis d’advenir en tant que sujet et en tant que femme.

    Riposte Laïque: Lors de la révolution du jasmin, en Tunisie, vous écrivez que vous n’avez jamais cru à la réussite de ce soulèvement, et vous estimez que l’épisode Bourguiba a masqué la réalité d’une Tunisie conservatrice, très attachée à l’Islam. Vous pensez vraiment que la société tunisienne a régressé, depuis 2011, et que l’Islam y progresse?

    Sonya Zadig: Je me souviens très bien de ce 14 janvier 2011, je me souviens que cela avait ouvert une brèche d’espoir mais je savais aussi que nous allions bientôt nous réveiller de cette ivresse avec une gueule de bois terrible.

    La Tunisie de Bourguiba et plus tard de Benali masquait en vérité une réalité beaucoup plus profonde. Le peuple Tunisien se définit prioritairement par son appartenance indiscutable au dogme islamique. Bourguiba n’était malheureusement qu’une convulsion heureuse de l’histoire. L’état naturel est islamique.

    L’Islam est avant tout un contrat social qui prescrit à chacun une marche à suivre à chaque étape de la vie, il est ainsi très difficile voire impossible de s’en affranchir. J’en ai pour preuve ce qui se passe aujourd’hui en Tunisie, Ennahda concentre tous les pouvoirs après avoir été élu démocratiquement par le peuple tunisien. Quelle régression!

    Riposte Laïque: Vous expliquez tout au long de ce livre, que les femmes ne se remettent jamais de la pression qu’exerce l’Islam sur la société, et principalement sur elles. Pouvez-vous développer cette question?

    Sonya Zadig: Votre question est au cœur même de la "putain voilée". Je suis convaincue que la difficulté qu’ont les femmes à se remettre de la pression du dogme islamique réside dans le fait que l’aliénation s’inscrit dans leur corps. L’inscription du discours culturel passe par une servitude corporelle.

    Lorsqu’on vous explique dès votre jeune âge que vous êtes la fille de, la sœur de et que vous vous destinez inéluctablement à devenir la femme de et plus tard la mère de; lorsqu’on vous signifie à longueur de temps que vous n’êtes qu’un X + 1 car être une X seule vous réduit à n’être qu’une putain; lorsqu’on vous dresse à penser que votre corps est collectif et que vous ne pouvez pas en disposer librement, comment voulez-vous advenir en tant que sujet de votre histoire?

    Comment voulez-vous effacer la trace cellulaire et constitutive que le sceau islamique a tatoué sur votre corps de petite fille? Libérez les corps et vous libérerez les femmes musulmanes, et encore ce n’est pas si simple, voyez mon histoire!

    Riposte Laïque: Quel est votre regard de femme ayant quitté la Tunisie adolescente, devant ce que nous appelons l’islamisation de la France. Etes-vous inquiète, notamment devant le fait que selon une étude de l’institut Montaigne, 50% des jeunes musulmans de moins de 25 ans disent préférer les lois de l’Islam, la charia, à celles de la République?

    Sonya Zadig: Un vent mauvais souffle sur la France aujourd’hui, il y’a une régression dangereuse surtout dans la manière de considérer la femme notamment chez les jeunes. Cela est dû à mon sens à l’infiltration insidieuse du discours islamiste dans la société française, je précise que je ne crois pas à l’existence d’un Islam modéré.

    Voyez nos filles qui ne peuvent plus se maquiller ou se mettre en jupe sans se voir taxer de putains, y compris par les jeunes non issus de l’immigration!

    L’étude de l’institut Montaigne ne m’étonne pas du tout. Au-delà de l’Islam comme religion, il y’a une volonté de revendication identitaire qui sous couvert de religion nous prépare des automnes obscurs.

    La laïcité est pour moi la seule réponse viable, nous ne pouvons plus fermer les yeux sur le projet d’islamisation déjà en marche sous nos cieux. D’ailleurs ce sont ces mêmes jeunes binationaux qui ont voté massivement pour Ennahda en Tunisie et ont largement contribué à installer le parti islamiste au pouvoir.

    Riposte Laïque: Finalement qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre, et souhaitez-vous en écrire un autre? Et comment se le procurer?

    Sonya Zadig: J’ai écrit ce livre par nécessité impérieuse. J’ai écrit ce livre pour témoigner et avertir sur ce qui nous attend si on continue à fermer les yeux au nom du relativisme culturel. La France m’a tout donné, il est de mon devoir de citoyenne de rendre un peu de ce que j’ai reçu de ce pays en publiant ce livre.

    Vous pouvez le commander directement sur le site de mon éditeur Alexandra de Saint Prix ou sur tous les autres sites marchands: Amazon, Cultura et la Fnac…

    Oui, bien sûr qu’il y aura d’autres livres, mais pas forcément sur ce sujet. L’écriture est une passion et je viens de finir un roman intitulé " le dernier voyage " qui n’a rien à voir avec l’Islam.

    Riposte Laïque: Avez-vous quelque chose à ajouter?

    Sonya Zadig: Oui, je voulais vous remercier de m’avoir donné la parole. Ceux qui pourront me critiquer, je leur dirai que mon souci premier est un souci de vérité, et il est plus fort que l’allégeance à un quelconque camp politique. Je suis fatiguée de me sentir muselée par l’injonction du bien dire qui nous éloigne indubitablement de notre liberté fondamentale qui est celle de pouvoir dire ce que l’on pense.

    Certains me reprochent de tenir le même discours que Marine Le Pen sur la laïcité, et alors? Ce n’est pas parce que je suis d’accord avec elle sur ce point-là que je partage ses positions.

    La bien-pensance est entrain de gangrener notre République.

    Au nom d’une tolérance à tout crin, nous fermons les yeux sur une régression intolérable de nos valeurs les plus fondamentales. L’égalité homme-femme est aujourd’hui compromise. La prolifération du voile islamique dans nos rues donne à voir à nos enfants une image fallacieuse de ce qu’est une femme. Nous ne devons pas nous habituer à voir le corps de la femme enseveli sous une burqa ou sous un voile, les effets psychologiques peuvent être des plus délétères.

    Je vous remercie de m’avoir donné la parole car on tend plus volontiers le micro aux femmes voilées aujourd’hui qu’aux femmes qui, comme moi, refusent de se soumettre au diktat d’une religion féminicide et liberticide.

    Propos recueillis par Pierre Cassen

    https://ripostelaique.com/confession-dune-putain-voilee-par-ce-livre-je-remercie-la-france.html

  • Royalement stupide!

    Ségolène Royal cite une phrase de Voltaire... qu'il n'a jamais écrite

    Par Auteur valeursactuelles.com 

    “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire”, a écrit la future ex-ambassadrice des pôles.

    Loupé. Souhaitant s’exprimer sur sa probable éviction du poste d’ambassadrice des pôles, notamment pour manquement à son devoir de réserve, Ségolène Royal, philosophe, a voulu citer Voltaire dans un tweet. Problème: la citation qu’elle a postée sur le réseau social n’est tout simplement pas de lui, rapporte Le Figaro.

    L’esprit voltairien ne nous manque t’il pas? < Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire > VOLTAIRE https://t.co/0oaZ2T89bX

    "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ", a écrit l’ancienne ministre de l’Environnement avec ce commentaire: "L’esprit voltairien ne vous manque-t-il pas? ".

    Cette erreur vient d’une missive qu’aurait écrite Voltaire à un certain abbé Le Riche, le 6 février 1770, avec ces termes: "Monsieur l’abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire".

    Seulement, cette lettre n’a en fait jamais existé, rappelle Le Figaro.

    Une phrase qui expliquait la pensée voltairienne

    Sur le site Projet Voltaire, Sandrine Campese, auteur d’“Un petit dessin vaut mieux qu’une grande leçon“ explique -en effet- que cette citation provient en fait d’une certaine Evelyn Beatrice Hall, qui tentait de résumer, en anglais, la pensée voltairienne.

    Elle écrivait: "I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it’ was his attitude now". Ce que l’on peut traduire en français par: "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire“ était alors sa pensée".

    C’est en mettant entre guillemets cette citation qu’Evelyn Beatrice Hall a créé la confusion. Une fois traduite en français, on la crut de la main de Voltaire, explique Le Figaro.

    Royalement stupide… non mais, attendez le mieux: on l'a vue avec un ours blanc: Super! Sauf que l'ours était empaillé!

    Elle avait oublié de dire "faut qu'il ait l'air vivant"!