Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 6

  • Dis Macron, quand vas-tu sortir de la puberté?

    C’était hier à Jérusalem. Encore un manque de discernement! Encore un manque de retenue! Encore un oubli de sa fonction! Bref, encore un comportement de petit gamin en colère et en plus, qui veut imiter son grand frère! " t’vas voir ta gueule à la récré ". Déjà, on se souvient de ses pitreries à côté de Poutine durant la coupe du monde de foot-ball, ses sauts débiles quand la France marquait un but. Décidément, et depuis longtemps, on n’est pas gâté chez nous, question président de la République. On a eu droit à: " casse-toi pauv’con! " de notre ami Sarkozy puis à Hollande qui se tirait en douce en Vespa, fortement casqué, pour rejoindre sa belle et jeune poule. C’est toujours comme ça en France: plusieurs fois, on se désigne des nullités, puis on finit par s’en rendre compte, et on finit, enfin! à trouver de hautes pointures. C’est vrai qu’on nous a traités de bœufs, alors…

    Mais pour revenir à Macron, il aurait au moins pu se souvenir qu’il était à Jérusalem… pour célébrer le 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l’Armée rouge et se souvenir du million de Juifs massacrés dans les conditions effroyables que l’on connaît. Mais cela ne l’a pas empêché de faire un saut chez le Palestinien Mahmoud Abbas et " d’affirmer le soutien de la France au processus de paix dans la région fondé sur la solution à deux États ", rien de moins! Et poursuivant la philosophie de bon Samaritain qu’il applique en France avec les immigrés, il a ajouté que " la France continuera à soutenir le peuple palestinien dans ses institutions et le développement de son économie ". Ah! la France! c’est quelque chose, quand même, hein! Toujours prête à défendre la veuve et l’orphelin.

    Il aurait pu rappeler à l’humaniste Abbas que le Hamas avait fêté, lui, début de ce mois, le 32e anniversaire de sa création et que la charte précise (pas précisait) que " la lutte contre les Juifs est immense et très sérieuse " et que " seul le djihad peut résoudre le problème palestinien ". Oui, mais c’était hier tout cela, allez-vous me dire. Tu parles, tiens! Qu’est-ce qu’à vociféré  Ibrahim Yazouri,  cofondateur du Hamas, le jour anniversaire?Que " Le Hamas et sa branche militaire ne s’arrêteront qu’une fois la Palestine libérée… Pour le Hamas, tous les moyens de libérer la Palestine sont bons ". Macron aurait pu rappeler à Abbas que 4 jours après les accords d’Oslo, le 13 septembre 1993, Yasser Arafat avait déclaré: " Les Palestiniens recevront tout le territoire qu’Israël leur remettra, puis l’utiliseront comme tremplin pour procéder à d’autres gains territoriaux jusqu’à ce qu’ils obtiennent la libération totale de la Palestine, la liquidation de l’État juif ".

     

    "Liquidation", le mot est sans équivoque. En fait, ce dont rêvent les Palestiniens mais aussi tous les musulmans de ce monde, c’est tout simplement un second Holocauste. Il y avait autrefois une valeur, c’était le respect des morts. Macron, lui, qui est un jeune trouduc et qui bien sûr n’a jamais lu ce magnifique morceau de la littérature mondiale qu’on appelle le Coran, s’en moque éperdument ; il va, lui, faire copain-copain avec les nazis d’aujourd’hui!!! Vous allez voir que demain, parti comme il est parti, il va applaudir à la vandalisation des cimetières juifs.

    Philippe Arnon

    https://ripostelaique.com/dis-macron-quand-vas-tu-sortir-de-la-puberte.html

  • Le morveux Macron insulte Israël

    Quelle honte, mais quelle honte que la pignouferie du président de la République française invité à Jérusalem!

    Emmanuel Macron, qui n’a même pas effectué son service militaire (le vrai, pas la colonie de vacances coûteuse dite " service national universel " pour la diversité à planquer avant d’aller pointer à Pôle emploi), s’est permis d’insulter les personnels de la sécurité israélienne. Autrement dit, le sinistre guignol que d’insensés électeurs ont porté aux destinées de la France, en toute connaissance de son programme, méprise le peuple qui est le dernier rempart contre les islamistes au Proche-Orient. Il insulte donc la mémoire de Ben Gourion et d’Uziel Gal, il s’assoit sur le Mossad et Tsahal.

    https://youtu.be/Hjwt8gqxO_0

    Lui, le morveux de l’Élysée incapable de se transporter en France sans une escorte de 132 policiers et gendarmes prête à rosser tout Gilet jaune désarmé qui se révolte parce qu’il croule sous les taxes et le poids de l’immigration imposés par la République et ses parlementaires pourris, défie le peuple, dont toutes les femmes servent sous le drapeau à l’étoile de David.

    Lui, Macron-tout seul-flanqué de sa garde rapprochée, ose insulter des services qui ont été capables d’aller capturer Adolf Eichmann en Argentine. Le croque-mort du Sahel ose causer escorte et protocole dans la ville sainte!

    https://ripostelaique.com/le-programme-scorpion-pour-continuer-la-sale-guerre-du-mali.html

    Lui, le chef de l’État français, la troisième chenille grippée d’un char, évincé par Trump, ose couiner sur sa sécurité à Jérusalem!

    – " Donald Trump n’a pas du tout cité la France pour saluer la mort d’al-Baghdadi. C’est un affront ?

    – La France n’a pas participé à l’opération visant à neutraliser al-Baghdadi. Votre question est donc sans objet. 

    http://www.leparisien.fr/politique/florence-parly-la-mort-d-al-baghdadi-ne-signifie-pas-la-fin-de-la-lutte-contre-daech-27-10-2019-8181423.php

    https://youtu.be/BhQhN7DUv9k

    Lui, le haut fonctionnaire, banquier d’affaires, ex-ministre socialiste de son pote François Hollande, du haut de la suffisance de ses douillets 42 ans, ose donner des leçons aux professionnels de la sûreté de l’État hébreu, sans lesquels son avion présidentiel n’atterrirait pas sous la protection du Dôme de fer.

    Quelle honte de voir encore une exhibition provocatrice envers le pays de l’excellence technologique industrielle, agronomique et médicale.

    Quelle honte, mais aussi quelle satisfaction de voir les réactions d’indignation et de protestation:

    " sur le très fréquenté site d’information Ynet qui a également mis l’information à la une, les internautes se déchaînent. Parmi les commentaires: "Stupide homme mesquin", "Pas étonnant que les Français ne le supportent pas", " Il semble que les Présidents français jouent une comédie pour leur public en contestant l’application de la loi de l’État d’Israël dans la capitale de notre pays".

    https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/vu-d-israel-le-coup-de-sang-de-macron-ressemble-a-un-coup-de-com_2116054.html

    "Il ne se serait pas permis la même attitude en Russie ou en Chine"

    "Mais les plus féroces contempteurs du Président Macron restent incontestablement les nombreux Israéliens originaires de France. Ils réagissent par milliers sur les réseaux sociaux et conspuent "un vendu pitoyable" ou encore un " guignol pathétique" . " Un Président français ne se serait sûrement pas permis une telle attitude en Russie, en Chine, dans aucun pays arabe ni même dans un quartier " sensible " de Paris ou d’une grande ville de France. "

    Macron n’est pas qualifié pour donner des ordres aux dirigeants israéliens

    https://ripostelaique.com/grace-a-uziel-gal-israel-a-donne-a-son-peuple-la-mitraillette-de-sa-defense.html

    https://ripostelaique.com/larmee-israelienne-a-71-ans-et-grace-a-elle-israel-existe-encore.html

    https://ripostelaique.com/zoom-sur-les-unites-delite-antiterroristes-israeliennes.html

    https://ripostelaique.com/le-mossad-a-la-pointe-du-combat-anti-terroriste.html

    https://ripostelaique.com/a-loups-solitaires-coups-de-feu-solitaires-a-lisraelienne.html

    https://ripostelaique.com/le-tourisme-contre-terroriste-existe-et-cest-en-israel.html

    Et l’armée française tétanisée autant qu’Otanisée, que fait-elle ?

    En France et en Europe, les terroristes de l’islam n’ont pas besoin de creuser des tunnels pour commettre leurs exactions: l’espace Schengen leur est grand ouvert, comme les territoires perdus de la République.

    Petit rappel des exploits du chef des armées et de ses généraux dociles.

    Macron est un fou mais c’est un honnête homme

    https://ripostelaique.com/macron-est-un-fou-mais-cest-un-honnete-homme.html

    Le général Le Ray a approuvé que les soldats aient laissé tuer ma fille

    https://ripostelaique.com/le-general-le-ray-cest-celui-qui-approuve-que-les-soldats-aient-laisse-tuer-ma-fille.html

    Jacques CHASSAING

  • S.T.O. à Auschwitz

    C'est l'histoire d'un homme merveilleux, mon papa.

    Dernier enfant d'une fratrie de 11 enfants de mes grands-parents espagnols. Né en France, en 1921 dans les Hautes Pyrénées, naturalisé Français à l'âge de 3 ans. 5 garçons et 1 fille sont vivants  quand éclate la guerre 39-45.

    Un jour de début 1942, mon papa reçoit une lettre terrible. Il est le seul enfant resté auprès de sa maman, ma grand-mère paternelle; les autres sont partis du foyer, un à Barcelone où il a fait la Révolution de 1936 puis s'est marié avec une Catalane, un vivait sa vie à Tarbes sans s'occuper de rien, un autre est au Venezuela, un encore se trouve dans le maquis des Pyrénées, la fille, ma marraine et tante chérie est mariée, très jeune et reste auprès de son mari.

    Cette lettre affreuse le met en demeure de se rendre à la gendarmerie toulousaine pour partir au service du travail obligatoire. Mon papa, jeune homme de 19 ans passé, n'a pas du tout envie de se mettre au service des nazis… Vite, il fait passer un message à son frère du maquis et la réponse arrive: demain matin, prends le train de 6 heures jusqu'à Tarbes et “quelqu'un“ t'attendra. Cette information n'arrive pas assez vite, le délai de se présenter à la gendarmerie est dépassé d'un jour.

    Ce matin-là, mon père à mis quelques vêtements dans une valise en bois pour rejoindre le maquis et il est en train de se raser à 5 heures du matin, lorsque des coups violents sont frappés à la porte: il ouvre, son blaireau plein de savon à la main et se trouve face à deux gendarmes qui lui posent cette question: “pourquoi ne vous êtes pas présenté à la gendarmerie?" Mon papa explique: j'ai dû m'occuper de ma maman qui a fait un gros malaise hier, mais, là, vous voyez, j'ai fais ma valise et j'allais me présenter“…

    Ni une, ni deux, ils l'embarquent et mon papa se retrouve dans une ferme à deux km du camp d’Auschwitz à travailler, avec d'autres français, du lever au coucher de soleil sans s'arrêter, tandis que toutes les victuailles: œufs, volailles, grains et autres sont envoyées aux S.S. et autres gens du camp.

    Les “travailleurs“ n'étaient pas nourris; ils devaient se contenter de manger ce qu'ils trouvaient dans les champs, surtout des racines et herbes mauvaises… de la terre, même a-t-il dit, un jour. Ce régime épouvantable lui a causé d'énormes problèmes à l'estomac. Il était très mal en point.

    Il a faillir mourir et quand le camp et l'alentour ont étés découvert et libérés par les Russes, il fut envoyé dans un hôpital russe. Où on l'opéra. Il échappa de peu à la mort et fut, très longtemps alité, sans force, sans pouvoir se tenir debout.

    Jamais on le voyait revenir… on ne savait pas où il était. Ma famille avait peur. Sa sœur, ma tante, faisait appel à toutes les administrations françaises: rien, rien, rien.

    Elle fit venir auprès d'elle sa belle-sœur barcelonaise pour courir d'un côté et de l'autre et supplier pour qu'on le ramène. Mon oncle, à Barcelone, venait de trouver un emploi et il gardait sa fille aînée; il ne pouvait perdre son travail et  effectuer les recherches avec sa grande sœur pour retrouver son petit frère.

    Cela dura encore plus de six mois, la guerre était terminée et Toulouse, libérée depuis longtemps. Puis, après des semaines d'angoisse et d'expectative, vint la bonne nouvelle de la Croix Rouge internationale, on avait retrouvé mon papa, il allait pouvoir revenir. Il était dans le dernier train de retour des prisonniers Français, le tout dernier… en 1945. D'autres Français n'ont pas eu la chance de rentrer chez eux. Ils furent enrôlés de force par les Russes et ne revinrent jamais au pays!

    Mon papa était méconnaissable m'a dit ma tante: il était have, barbu, émacié; jamais on aurait pu croire qu'il avait été un beau jeune homme; il avait perdu 25 kg, il était squelettique et famélique.

    Mon père n'a jamais parlé de cette époque terrifiante. Bien sûr, il savait ce qui se passait dans ce foutu camps nazi. Pour le détail de racines et de la terre qu'il avait dû manger, je l'ai su, un jour de 1958, quant un homme était venu le voir: un qui avait, aussi, été dans la ferme, prisonnier comme lui. C'est la seule fois où j'ai entendu parler de cela. Dix ans plus tard, ma tante m'a raconté ses démarches et ce temps si long avant son retour.

    Mon papa est décédé en 1962 d'une tumeur au cerveau, après une épouvantable épreuve de deux longues années de maladie: c'était le 21 décembre 1962, j'avais un peu plus de douze ans. Il n'a jamais revu son frère, assassiné par les Allemands en 1944,  lors de la libération de la France.

    Deux ans après sa mort, des Toulousains de tous horizons, venaient frapper à notre porte et disaient à ma mère: “je viens d'apprendre la mort de Lazare, je vous fais toutes mes condoléances, c'était un brave type…. “.

    Mon père, contrairement à Georges Marchais et tout un tas de conn… qui ont critiqués les gens du STO, A ÉTÉ PRISONNIER et pas volontaire

    il a fallu bien des décennies pour que les STO obligatoires soient reconnus par l'Allemagne… certaines familles de ces prisonniers obligatoires devaient toucher, soi-disant, des indemnités: je ne sais si cela a été fait, nous, n'avons rien vu.

    Mais, l'essentiel est qu'il est revenu... s'est marié... a eu 4 enfants... même s'il est décédé bien trop tôt pour moi: tant que je vivrais, j'y penserais... d'ailleurs, c'est pour cela que j'écris, ici.

     

  • Profs de merde!

    J'ai vu hier soir sur une chaîne infos du satellite des jeunes d'Agen obligés de marcher sur des livres scolaires pour entrer en classe et passer des épreuves du bac, la moitié de l'écran était occupée par une putassière syndiquée qui osait dire: “ce sont des ouvrages périmés qui doivent aller à la benne“ ne se rendant même pas compte que c'est ce que l'on reproche aux gens de daech qui on fait sauter Palmyre et les autres, en Afghanistan, qui ont fait sauter des statues anciennes de plusieurs centaines d'années.

    Tu sais au moins ce que c'est un autodafé? la plus monstrueuse atteinte et insulte à l'intelligence humaine!

    J'ai eu un haut le cœur et les larmes aux yeux, moi, qui allait à l'école, entre 1954 et 1958, à pieds, sur 2,5 km alors âgée de 4 à 8 ans; lorsqu'il arrivait que j'étais fiévreuse, je vous jure sur mon honneur, que je secouais le thermomètre, en cachette, pour faire baisser la température marquée et pouvoir ainsi aller à l'école.

    J'ai vu des documentaires montrant des gosses d'un dizaine d'années faisant une dizaine de km, tous les jours, dans la froidure, le soleil brûlant, grimpant des éboulis au-dessus de précipices ou louvoyant entre des épineux du désert, d'autres faire une soixantaine de km à cheval dans des conditions de météo tout aussi difficiles pour aller à l'école où le prof n'a qu'un livre pour les plus de 40 élèves la classe. Quel courage et quelle ténacité!

    A 14 ans, j'ai dû aller dans une usine à confection, ramener une petite paye à ma mère, veuve avec six enfants. On m'a trouvé un QI de 130 et nul doute que j'aurais pu faire de longues études dans une fac.

    Et quand je vois ces ponctionnaires à la peau du ventre bien tendue, se comporter de cette façon, je me dis que si la sclérose en plaques se transmettait par le sang, j'entaillerais profondément mes mains et j'irais à la ville voisine de Toulouse, leur coller des gifles avec grande joie et bonheur, me foutant totalement de devoir faire un séjour en taule!

    Quand on pense que la majorité des profs sont reçus à leur diplômes avec 3,5 sur 20, je me dis que de nombreux enfants de leur classe sont, sans aucun doute, plus intelligents qu'eux.

    Ce n'est pas du pognon et des prébendes supplémentaires qu'il leur faut car la conscience professionnelle ne s'achète pas!

    C'est un retour à la maternelle pour leur enfoncer dans le crâne l'art d'être un ponctionnaire capable d'empathie avec les enfants qui leurs sont confiés par des parents qui veulent que leurs enfants ne soient des gilets jaunes, comme eux.

    3,5 sur 20!!! pas croyable!!!

    J'assume totalement ce que j'écris et je me tape des émotions perturbées de ces fragiles poulpes qui se prennent pour des intellectuels.

    Mierda à la gauchiasse.

  • Confession d’une putain voilée:

    par ce livre, je remercie la France

    Quel regard peut porter une femme née en Tunisie, qui vit en France depuis qu’elle a passé son baccalauréat, sur notre pays, et son inquiétante évolution? Que pense-t-elle de l’islam? De son pays d’origine, d’où sont partis ce qu’on a appelé les printemps arabes? Cette femme, Sonya Zadig, nous ayant envoyé son livre, au titre sulfureux, il nous a paru intéressant d’approfondir quelques questions avec elle. Et c’est passionnant…

    Après le baccalauréat, j’ai quitte la Tunisie pour rejoindre la France

    Riposte Laïque: Vous êtes l’auteur du livre "Confession d’une putain voilée". Avant de parler de ce livre, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs votre histoire, et ce que vous faites aujourd’hui?

    Sonya Zadig: J’ai quitté la Tunisie après le baccalauréat pour rejoindre la France et y faire des études. J’ai d’abord suivi un cursus littéraire avant de me spécialiser en linguistique anglaise, ce n’était pas tout à fait ce que je voulais faire au départ, mais mon père en avait décidé ainsi et me destinait à devenir interprète.

    Mon désir profond était plutôt axé sur la psychologie, d’ailleurs après plus de vingt années de bons et loyaux services à l’Education Nationale, j’ai repris des études de psychopathologie clinique et je fais aujourd’hui ce que j’ai toujours rêvé de faire, soigner les âmes en tant que clinicienne.

    Riposte Laïque: Vous apparaissez rapidement dans votre enfance tunisienne, comme la rebelle de la famille, celle qui refuse la place de la femme que la société lui réserve. Comment expliquez-vous cette révolte précoce?

    Sonya Zadig: Ayant grandi dans un univers familial et social plus qu’insécurisant, j’ai développé assez tôt une capacité d’observation et une vigilance accrue à tout ce qui m’entourait. J’ai très vite compris que l’on me destinait à une soumission qui ne me convenait pas, je ne voulais surtout pas être une citoyenne de seconde zone uniquement parce que mon sexe m’y assignait.

    Je voyais bien que les femmes de la famille étaient envoyées à l’abattoir du mariage forcé et cela me déplaisait. Mes lectures ont contribué à cette rébellion précoce, je comprenais qu’il existait un monde où je pouvais me libérer du joug de l’oppression et cela me confortait dans ma position de rebelle.

    Riposte Laïque: Vous semblez, tout au long de votre passionnante narration, très marquée par votre père, un homme qui se dit communiste, mais qui parait sujet à de nombreuses contradictions…

    Sonya Zadig: Ah, mon père ! Dans l’après coup, je pense qu’il était lui aussi victime de la société arabo-musulmane dans laquelle il a lui-même grandi, c’est une figure tragique mon père.

    Fils de notables, il avait essayé de s’affranchir de sa classe sociale et de son appartenance culturelle en s’engageant à "Perspectives", un mouvement politique de gauche et d’extrême gauche des années 60. C’est aussi grâce à lui que j’ai pu découvrir le monde intelligible en accédant à sa bibliothèque, c’était un amoureux des lumières qui vivait hélas dans l’obscurité. Il était très clivé, car son discours dans l’extime était des plus éclairés, il se disait athée et œuvrait pour l’égalité des droits mais dans l’intime, se jouait alors une autre histoire faite de violence et d’oppression surtout à mon égard. Il ne m’a cependant jamais parlé de mariage et voulait vraiment que je m’affranchisse en excellant à l’école mais paradoxalement, il ne supportait pas ma liberté de femme et craignait pour son honneur. Il m’a laissé partir en France car il savait qu’il ne pourrait jamais me soumettre, mais rien n’excuse ses violences à mon égard, "Un homme ça s’empêche" comme disait Camus en citant son père.

    Riposte Laïque: Vous ne cachez pas votre fascination pour la France dès votre adolescence, et votre volonté, au plus vite, d’y poursuivre vos études. Vous y vivez depuis à présent de nombreuses années. Vous définiriez vous, malgré tout, comme une femme de deux cultures?

    Sonya Zadig: Une femme de deux cultures, oui et non. Je ne peux pas nier le fait d’avoir été déterminée par ma culture originaire, d’ailleurs c’est tout le propos du livre où je dis que les choses se cristallisent dans la langue elle-même.

    En parlant arabe, j’ai parlé malgré moi la langue du Coran, mais c’est une langue qui à mon sens est sans pensée car dogmatique. Or ce qui fait de moi la femme que je suis devenue aujourd’hui c’est ma pensée et ma pensée s’inspire des lumières. J’ai épousé la culture française qui m’a permis d’advenir en tant que sujet et en tant que femme.

    Riposte Laïque: Lors de la révolution du jasmin, en Tunisie, vous écrivez que vous n’avez jamais cru à la réussite de ce soulèvement, et vous estimez que l’épisode Bourguiba a masqué la réalité d’une Tunisie conservatrice, très attachée à l’Islam. Vous pensez vraiment que la société tunisienne a régressé, depuis 2011, et que l’Islam y progresse?

    Sonya Zadig: Je me souviens très bien de ce 14 janvier 2011, je me souviens que cela avait ouvert une brèche d’espoir mais je savais aussi que nous allions bientôt nous réveiller de cette ivresse avec une gueule de bois terrible.

    La Tunisie de Bourguiba et plus tard de Benali masquait en vérité une réalité beaucoup plus profonde. Le peuple Tunisien se définit prioritairement par son appartenance indiscutable au dogme islamique. Bourguiba n’était malheureusement qu’une convulsion heureuse de l’histoire. L’état naturel est islamique.

    L’Islam est avant tout un contrat social qui prescrit à chacun une marche à suivre à chaque étape de la vie, il est ainsi très difficile voire impossible de s’en affranchir. J’en ai pour preuve ce qui se passe aujourd’hui en Tunisie, Ennahda concentre tous les pouvoirs après avoir été élu démocratiquement par le peuple tunisien. Quelle régression!

    Riposte Laïque: Vous expliquez tout au long de ce livre, que les femmes ne se remettent jamais de la pression qu’exerce l’Islam sur la société, et principalement sur elles. Pouvez-vous développer cette question?

    Sonya Zadig: Votre question est au cœur même de la "putain voilée". Je suis convaincue que la difficulté qu’ont les femmes à se remettre de la pression du dogme islamique réside dans le fait que l’aliénation s’inscrit dans leur corps. L’inscription du discours culturel passe par une servitude corporelle.

    Lorsqu’on vous explique dès votre jeune âge que vous êtes la fille de, la sœur de et que vous vous destinez inéluctablement à devenir la femme de et plus tard la mère de; lorsqu’on vous signifie à longueur de temps que vous n’êtes qu’un X + 1 car être une X seule vous réduit à n’être qu’une putain; lorsqu’on vous dresse à penser que votre corps est collectif et que vous ne pouvez pas en disposer librement, comment voulez-vous advenir en tant que sujet de votre histoire?

    Comment voulez-vous effacer la trace cellulaire et constitutive que le sceau islamique a tatoué sur votre corps de petite fille? Libérez les corps et vous libérerez les femmes musulmanes, et encore ce n’est pas si simple, voyez mon histoire!

    Riposte Laïque: Quel est votre regard de femme ayant quitté la Tunisie adolescente, devant ce que nous appelons l’islamisation de la France. Etes-vous inquiète, notamment devant le fait que selon une étude de l’institut Montaigne, 50% des jeunes musulmans de moins de 25 ans disent préférer les lois de l’Islam, la charia, à celles de la République?

    Sonya Zadig: Un vent mauvais souffle sur la France aujourd’hui, il y’a une régression dangereuse surtout dans la manière de considérer la femme notamment chez les jeunes. Cela est dû à mon sens à l’infiltration insidieuse du discours islamiste dans la société française, je précise que je ne crois pas à l’existence d’un Islam modéré.

    Voyez nos filles qui ne peuvent plus se maquiller ou se mettre en jupe sans se voir taxer de putains, y compris par les jeunes non issus de l’immigration!

    L’étude de l’institut Montaigne ne m’étonne pas du tout. Au-delà de l’Islam comme religion, il y’a une volonté de revendication identitaire qui sous couvert de religion nous prépare des automnes obscurs.

    La laïcité est pour moi la seule réponse viable, nous ne pouvons plus fermer les yeux sur le projet d’islamisation déjà en marche sous nos cieux. D’ailleurs ce sont ces mêmes jeunes binationaux qui ont voté massivement pour Ennahda en Tunisie et ont largement contribué à installer le parti islamiste au pouvoir.

    Riposte Laïque: Finalement qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre, et souhaitez-vous en écrire un autre? Et comment se le procurer?

    Sonya Zadig: J’ai écrit ce livre par nécessité impérieuse. J’ai écrit ce livre pour témoigner et avertir sur ce qui nous attend si on continue à fermer les yeux au nom du relativisme culturel. La France m’a tout donné, il est de mon devoir de citoyenne de rendre un peu de ce que j’ai reçu de ce pays en publiant ce livre.

    Vous pouvez le commander directement sur le site de mon éditeur Alexandra de Saint Prix ou sur tous les autres sites marchands: Amazon, Cultura et la Fnac…

    Oui, bien sûr qu’il y aura d’autres livres, mais pas forcément sur ce sujet. L’écriture est une passion et je viens de finir un roman intitulé " le dernier voyage " qui n’a rien à voir avec l’Islam.

    Riposte Laïque: Avez-vous quelque chose à ajouter?

    Sonya Zadig: Oui, je voulais vous remercier de m’avoir donné la parole. Ceux qui pourront me critiquer, je leur dirai que mon souci premier est un souci de vérité, et il est plus fort que l’allégeance à un quelconque camp politique. Je suis fatiguée de me sentir muselée par l’injonction du bien dire qui nous éloigne indubitablement de notre liberté fondamentale qui est celle de pouvoir dire ce que l’on pense.

    Certains me reprochent de tenir le même discours que Marine Le Pen sur la laïcité, et alors? Ce n’est pas parce que je suis d’accord avec elle sur ce point-là que je partage ses positions.

    La bien-pensance est entrain de gangrener notre République.

    Au nom d’une tolérance à tout crin, nous fermons les yeux sur une régression intolérable de nos valeurs les plus fondamentales. L’égalité homme-femme est aujourd’hui compromise. La prolifération du voile islamique dans nos rues donne à voir à nos enfants une image fallacieuse de ce qu’est une femme. Nous ne devons pas nous habituer à voir le corps de la femme enseveli sous une burqa ou sous un voile, les effets psychologiques peuvent être des plus délétères.

    Je vous remercie de m’avoir donné la parole car on tend plus volontiers le micro aux femmes voilées aujourd’hui qu’aux femmes qui, comme moi, refusent de se soumettre au diktat d’une religion féminicide et liberticide.

    Propos recueillis par Pierre Cassen

    https://ripostelaique.com/confession-dune-putain-voilee-par-ce-livre-je-remercie-la-france.html

  • De plus en plus de rats quittent le navire

    Énième défection à LaREM: Annie Chapelier, députée du Gard démissionne

    Annie Chapelier, députée du Gard démissionne de LREM: “Je ne me reconnais plus en rien dans ce mouvement”

    La charge est violente: "Alors que nous sommes venus pour changer les pratiques, renouveler la vie politique et mettre en œuvre une véritable intelligence collective dans un climat de bienveillance, nous avons vu se construire un mouvement hors sol, indifférent aux territoires et clivant les députés en deux groupes: d’un côté des apparatchiks, petits chefs plus ou moins autoproclamés et, de l’autre, une masse, insignifiante à leurs yeux à qui on demande une allégeance et une obéissance aveugles, "indique Annie Chapelier, dans un communiqué.

     […]

    France 3