Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humain? - Page 8

  • Ils ont peur car ils savent la guerre civile inévitable

    Ils tremblent dans leurs frocs, ils ne savent plus comment se protéger, ils savent que le mot " guerre civile " est dans toutes les bouches.

    Ils ont vu que plus on musèle le peuple et plus celui-ci l’ouvre grand. De plus en plus de sites contestataires ou révolutionnaires s’ouvrent, tous les jours, malgré les menaces, les tentatives de fermeture forcée, les procès iniques,  les emprisonnements, les penseurs et journalistes congédiés par leurs chaînes et journaux, et l’invention du principe de fake news n’ayant qu’un objectif: faire taire.

    Ils ont peur parce que le peuple n’a pas tardé à comprendre que le Grand débat qui devait régler tous les problèmes n’a été qu’un pet dans l’eau et qu’une arnaque de plus visant à endormir les mécontents non actifs. Ils sont terrorisés puisque  plus personne ne croit aux promesses d’un homme arrogant, méprisant, insultant, aux ordres de l’oligarchie internationale qu’il fréquentait assidûment depuis des années, et parvenu au pouvoir par manipulation.

    Ils ont peur parce que la colère gronde et que les passages à l’acte ne sont plus des utopies mais bien une réalité. Parce que le mouvement des Gilets jaunes n’a pas cessé  depuis plus d’un an malgré toutes les tentatives pour le gommer des discours officiels et des médias ; parce que de plus en plus de députés aux ordres ou  de personnages publics, voire des juges, ont été agressés directement à leurs portes et que le mouvement semble bien prendre de l’ampleur, pointant du doigt journalistes mentant à qui mieux mieux pour faire avaler au peuple des couleuvres, percepteurs sans pitié pour ceux qui n’ont plus rien, magistrats qui n’ont pas hésité à envoyer en prison des milliers de gens coupables du seul délit de réclamer une amélioration de leur niveau de vie, politiciens dont on découvre peu à peu qu’ils sont vérolés et puisent largement dans les caisses, préfets car il faut bien dire que l’attitude psycho-rigide du préfet Lallemant et ses ordres de tirs dans la foule n’ont pas rendu ce corps bien sympathique, et policiers victimes d’un nombre très préoccupant de guet-apens, dans ces territoires perdus pour les Gaulois mais que ceux-ci ont bien l’intention de récupérer.

    Ils ont peur parce qu’ils savent que le peuple de France ne peut plus supporter le principe "un poids deux mesures" selon que l’on soit gaulois ou "autre". Parce qu’il est insupportable que les viols et égorgements continuent en masse sans autre forme de procès que de prétendre que les agresseurs sont des malades mentaux (tous, sur des milliers de crimes) ou ne connaissent pas nos coutumes, comme si chez eux ce genre de crimes n’était pas sauvagement puni.

    Ils ont peur parce que police et armée se scindent en plusieurs camps à l’intérieur de chacune, et que ces deux corps se sont affrontés il y a peu avec tous les excès que des crétins jamais condamnés ont pu se permettre contre les pompiers qui sont des militaires.

    Ils ont si peur que lors de son voyage dans les îles la semaine dernière, le Président a commencé par faire faire  un nettoyage drastique, dans la plus grande des sauvageries, faisant tabasser et emprisonner des centaines de manifestants opposants afin qu’on puisse le voir, tout sourire, serrer les mains de gens qui avaient été payés pour l’acclamer, comme cela s’est pratiqué dans de nombreuses autres dictatures.

    Ils ont peur parce que les policiers ont, pour une partie importante d’entre eux, perdu toute crédibilité. Créée dans le but de défendre le peuple, la police (j’allais à tort écrire " notre " police) a été transformée dès le gouvernement de De Gaulle en une sorte de milice dont le rôle principal est de protéger les VIP, personnes très importantes, je rêve. Or ceux qui sont importants, ce sont les citoyens de ce pays, non des gens que leur fortune ou leur fonction a érigés au rang de VIP. Ce sont les citoyens qui paient tandis que les autres prélèvent. Ce sont les citoyens qui travaillent malgré les difficultés qu’on leur inflige en favorisant les grands groupes internationaux. Mais ce sont aussi les citoyens qui font les guerres, qu’elles soient extérieures ou internes, comme cette guerre civile qui s’approche et que le gouvernement aux abois, malgré la dictature qu’il a instaurée, ne pourra empêcher d’éclater.

    Louise Guersan

    Historienne, amoureuse de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, donc de la liberté individuelle autant que du bien public. Fille et petite fille de grands résistants au nazisme et descendante de gens ayant fait la révolution de 1848, donc ennemie héréditaire des tyrannies.

    https://ripostelaique.com

     

  • Poème

    Alfred de Musset: "Si tu peux, fais que ton âme arrive,

    A force de rester studieuse et pensive,

    Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté

    Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.

    Gémir, pleurer, prier est également lâche.

    Fais énergiquement ta longue et lourde tâche

    Dans la voie où le Sort a voulu t’appeler,

    Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler".

  • Bah, j'avais compris cela... en 1973

    quand j'ai eu l'âge de voter... j'avais 23 ans... la majorité était à 21 ans à l'époque

     

  • Macrouille en vacances

    [...]

    Mais moi, quand je vois Macron à la télévision faire ses pitreries dans les îles, je vois un homme hilare, toujours souriant (une vraie pub pour du dentifrice) et même rigolard, qui embrasse les gens et les tripote à toute occasion pour leur faire croire qu’il les aime, qu’il a de l’empathie, qu’il a du cœur, alors que ce sont des choses dont il est totalement dépourvu.

    Il fait des tas de selfies avec des femmes en costume traditionnel et il écoute les gens avec ses yeux trop grands ouverts de psychopathe shooté et son regard vide vers le lointain.

    Ce type ne sait pas se tenir, ne sait pas se conduire, n’a aucune éducation, aucune moralité ni aucune valeur quelle qu’elle soit.

    On sent dans ses expressions et sa gestuelle tout le mépris qu’il a pour les autres, tous ceux dont il croise la route.

    S’il était un homme normal, avec un minimum de sérieux, de respect pour sa position et son titre, il ne se permettrait jamais de rigoler, ni même de sourire connement comme il le fait, en rendant visite à des populations éloignées dont la vie est extrêmement dure et difficile et sans aucun espoir d’embellie.

    Cet homme est puant d’arrogance, de suffisance, d’orgueil et de mépris pour les autres, tous les autres, tous les humains de la planète auxquels il se croit réellement supérieur…

    Je suis désolé, mais je crois que ce qui pourrait lui faire du bien un jour, ce serait qu’il se fasse casser la gueule une bonne fois par un lépreux populiste…

    Naturellement, toutes ces grandes promesses solennelles, ces engagements, ces "messages" resteront lettres mortes, comme toujours, chaque fois qu’il ouvre la bouche.

    En métropole, on le sait.

    Il est allé là-bas pour faire de la com, éternellement en campagne présidentielle pour 2022, et pour faire son numéro de cirque, au lieu de s’occuper dans les faits des vrais problèmes de la France et de ces territoires éloignés.

    Mais je doute que ce soit très fructueux.

    Ils vont vite comprendre que c’est un gros menteur…

    Laurent Droit

    https://ripostelaique.com/les-dessous-des-vacances-de-macron-a-mayotte-et-a-la-reunion.html

     

     

  • Quand une gauchiasse perd les écailles de ses yeux…

    Charlotte Gainsbourg: "Mon père serait censuré aujourd’hui"

    Dans un portrait que lui consacre The Guardian, la chanteuse et actrice déplore l’emprise du "politiquement correct" et estime que Serge Gainsbourg, provocateur devant l’éternel, en aurait bien pâti.

    "Tout aujourd’hui est si politiquement correct, si ennuyeux, si prévisible. Mon père serait censuré à chacun de ses choix". Dans un long portrait que lui consacre le quotidien The Guardian ce week-end, Charlotte Gainsbourg se livre à cœur ouvert: son illustre père Serge Gainsbourg, sa collaboration avec un autre provocateur né Lars Van Trier, sa nouvelle vie à New York…

    Pour la comédienne et chanteuse, la bien-pensance actuelle; la capacité des réseaux sociaux à engendrer les polémiques auraient rendu son père misérable: "Il se souciait beaucoup de ce que les gens ressentaient et pensaient lorsqu’on le critiquait". […]

    "En quelques tweets, une carrière peut être tuée dans l’œuf", relève Charlotte Gainsbourg qui se rappelle aussi à quel point le tube "Lemon Incest" qu’elle a chanté, à douze ans, avec son père a charrié son lot de controverse. Le titre de 1984 évoquant l’amour paternel de 1984 étant bâti sur un jeu de mots entre le zeste de citron et le mot inceste. […]

    news.yahoo