Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nutrition - Page 7

  • Ils sont fous ces ricains!

    La France est par excellence le pays des saveurs et de la gastronomie. Nous devons protéger notre savoir-faire, notre culture, ainsi que nos bons produits comme par exemple nos nombreux fromages qui seront sacrifiés sur l'autel des accords négociés (TAFTA, CETA) si nous ne bougeons pas!

    En effet, les accords négociés avec le Canada (CETA) et les Etats-Unis (TAFTA) prévoient de reconnaitre 18% à peine des produits français labellisés par l'Union européenne.

     C'est pourquoi, nous devons agir pour protéger nos produits français labellisés et du coup, trouvez sur le net une pétition et signez-la ou, s'il n'y en a pas, créez-là!

    camembertFriTES.jpg

     

     

     

     

     

    Touchez pas à mon calendos ni à mon Roquefort!

     

    gateau-a-la-broche-roquefort1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

  • Semaine de la gastronomie française

    image3.jpg

     

     

     

     

     

     

    http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/05/5000-personnes-a-hayange-pour-la-troisieme-fete-du-cochon/

     

  • En prévention de la mauvaise grippe de cet hiver: je vous conseille comment vous soigner nature

    Comme indiqué précédemment, la grippe sera très sévère…

    Vous pouvez vous protéger à l'aide d'un très ancien remède… qui a sauvé la vie de nombreuses personnes en 1918, au temps de la grippe “espagnole“. Des études françaises ont prouvé que 100% des Français étaient carencés en magnésium.

    Tout organisme vivant a besoin de magnésium pour vivre, les cellules cancéreuses comme les cellules saines. Pour être en pleine santé, le corps humain doit bénéficier d'un équilibre entre le calcium et le magnésium.

    L’action du chlorure de magnésium est cytophylactique, c’est-à-dire protectrice de la cellule. Si l’on applique du chlorure de magnésium sur des cellules saines, cela va encore les renforcer, leur donner une plus grande vitalité.

    Par contre, des cellules malades vont voir leur pouvoir d’auto-guérison s’amplifier et l'on guéri plus vite. Les sels de magnésium rétablissent le bon fonctionnement cellulaire perturbé par une pathologie.

    Des exemples?

    Prise au début d’un mal de gorge, une seule dose de chlorure de magnésium peut le faire disparaître presque immédiatement. Dans le cas d’une bronchite, il en enraye l’évolution à condition d’être pris dès les premiers symptômes.

    Mieux, on peut aussi le prendre en continu, comme indiqué plus haut nous sommes tous carencés et notre alimentation est tellement carencée que cela va nous protéger de pas mal de petites choses. Il suffit d’en prendre la valeur d’un demi-verre ou d’un verre chaque jour.

    Le chlorure de magnésium possède, en outre, une action très bénéfique sur les problèmes liés au vieillissement dans la mesure où c’est un puissant immunostimulant; l'on sait que le système immunitaire s’affaiblit avec les années (perso, j'en sais quelque chose…). Avec l'avance en âge, le taux naturel de magnésium chute de façon considérable. Il aide l’organisme à se régénérer bien mieux, notamment parce qu’il stimule la vitalité. Il est donc recommandé également à tous les malades et les personnes fatigués. Il permet de diminuer la consommation de médicaments, notamment celle d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires des seniors ou autres personnes alitées. On comprend aisément qu'avec moins de médicaments, le foie, les reins fonctionnent mieux, ne sont plus surchargés. Un phénomène de réactions en chaîne, s'amorce dans la bonne voie de santé et vitalité.

    Le chlorure de magnésium se présente sous forme de paillettes ou de poudre blanche soluble dans l'eau. Sa couleur peut varier mais reste sans incidence sur ses propriétés.

    Sous forme de poudre blanche

    Le chlorure de magnésium est vendu en magasins biologiques (en sachets de 150 g ou plus) et en pharmacie (sachets de 20 g). Il peut aussi se trouver au détail dans certaines pharmacies.

    Sous forme de paillettes: le nigari

    Au Japon, nigari est le nom traditionnel donné au chlorure de magnésium, dérivé du mot japonais signifiant amer. Présenté sous forme de poudre blanche ou de cristaux, il sert de coagulant pour la préparation du tofu à partir du lait de soja.

    Le nigari est, en fait, du chlorure de magnésium naturel, C’est-à-dire qui n'est pas complètement raffiné (il contient jusqu'à 5 % de sulfate de magnésium et minéraux divers). Le nigari étant d'origine japonaise, il arrive que l'on croie qu'il est extrait d'une algue du même nom. Il s'agit d'un complément alimentaire bon marché apportant du magnésium, d'où son intérêt au regard d'un déficit généralisé dans notre consommation actuelle. Il est obtenu en faisant traverser des masses de sel marin (le Japon importe ce sel d'anciennes mines de Mongolie et de Chine) par une petite quantité d'eau. L'eau prélève les composés minéraux qui ont le plus d'affinité avec elle.

    Précautions d'utilisation

    La consommation excessive de chlorure de magnésium est éliminée naturellement par l'organisme dans les urines chez un individu parfaitement sain. Elle peut provoquer une diarrhée naturelle qui indique que le corps a pu bénéficier d'une dose suffisante.

    Il y a un risque de déshydratation s'il y a une surconsommation prolongée. Il est totalement à proscrire chez ceux présentant une insuffisance rénale, un état hémolytique (anémie) ou chez les hémophiles.

    L'insuffisance rénale pouvant survenir justement en état de fatigue accrue, il est conseillé de ne pas sur-doser. En effet, un excès dans le sérum sanguin de magnésium entraîne un hypermagnésiémie. Dans le cas d'insuffisance rénale sévère due à des calculs rénaux, les sels de magnésium peuvent en excès, participer à la formation de nouveaux calculs de struvite. En général on note un état de fatigue généralisée, des vomissements et états nauséeux, une décalcification (hypocalcémie), de l'hypotension, des troubles respiratoires, de l'arythmie et de l'asystolie.

    Quelle dose? Un verre ou un demi-verre. Quand on parle d’un verre, c’est d’une solution avec 20 g par litre. Simplement pour se mettre en forme, en prévention avant l’hiver et quand il n’y a pas de pathologie avérée, le chlorure de magnésium est intéressant à faible dose. Certes, le goût n’en est pas fameux et il est même exécrable, croyez-moi! Pour atténuer le mauvais goût, la dose peut être prise dans un verre d’eau sucré, jus de fruit. En cas de problèmes intestinaux espacer les doses.

    ACTION IMMUNOSTIMULANTE:

    En prévention des états de grippes et d'épidémies 1 verre matin et soir.

    En cas d’infection, que ce soit une grippe, une bronchite ou même des maladies plus graves, il est conseillé de suivre la posologie classique qui est d’un verre de chlorure de magnésium toutes les trois heures et puis, dès que la diarrhée est arrivée, la fièvre commence à tomber. On constate souvent que plus on a de température, plus cette réaction tarde à venir. Il faudra peut-être attendre trois jours pour voir apparaître cette diarrhée. À la suite de quoi, l’état s’améliore nettement. Dès ce moment-là, on réduit la dose, on espace les prises et tout rentre dans l’ordre.

    D'autres doses pour diverses maladies sur mon site:

    H.E., tisanes, thés, plantes, épices...

    heu, dans un petit moment

  • Les Coca-Cola Papers: comment l’argent des sodas arrose la nutrition et le sport français

    La liste des organismes français arrosés par Coca-Cola, que publie ce mois-ci l’ONG Foodwatch, laisse pantois.

    Après plusieurs mois, l'ONG allemande Foodwatch a obtenu de Coca-Cola que la société donne le détail des sommes qu'elle a versées à des organismes, associations et sociétés entre 2010 et 2015.

    On y trouve en bonne place l’Association française des diététiciens nutritionnistes (AFDN). Cet organisme qui se présente comme une "association référente de la profession", a empoché entre 2010 et 2015 pas moins de 117 764 euros de Coca-Cola au titre de "partenariat". On se demande quel type de partenariat une association qui a pour vocation de dire aux patients, au public, aux médecins ce que c’est que bien manger, peut conclure avec Coca-Cola. Quelle crédibilité lui accorder" ? Quels autres "sponsors" la gratifient de leurs largesses ?

    Et la plongée dans l’absurde ne s’arrête pas là. Après l’AFDN, on se frotte les yeux en découvrant que la Fédération française des diabétiques a reçu 232 582 euros de Coca-Cola, c’est-à-dire l’un des moteurs de l’épidémie mondiale d’obésité et… de diabète !

    L’Institut Pasteur de Lille, qui, par l’intermédiaire du directeur de son département nutrition, ne manque pas une occasion de donner dans la presse des leçons d’orthodoxie nutritionnelle, a reçu 33 500 euros de Coca-Cola. Auxquels il faut bien sûr ajouter les sommes versées par les autres « partenaires ».

    L’université de Poitiers a encaissé un chèque de 228 104 euros pour – ne riez pas – "le développement d’un programme de promotion d’un mode de vie sain et actif auprès d’étudiants".

    On est moins surpris d’apprendre que Dietecom, une manifestation annuelle tout entière livrée à l’agrobusiness (mais qui se présente pourtant comme "le 1er salon dédié à la nutrition destiné aux professionnels de santé") a aussi bénéficié des largesses de Coca: 124 450 euros.

    Coca-Cola, c’est bien connu, rime avec équilibre nutritionnel chez les sportifs. Voilà pourquoi, probablement, le Centre National pour le Développement du Sport, un organisme public qui dépend du Ministre chargé des sports, s’est vu gratifier la coquette somme de 1 118 926 euros pour lutter contre... l'obésité des jeunes. Le Comité National Olympique et Sportif Français s’est montré un peu moins convaincant : 300 000 euros quand même ! Suivent la Société Française de Médecine de l’Exercice et du Sport ou encore l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance.

    Et encore n’a-t-on là que les "Coca-Cola Papers". Quid des Danone Papers, des Pepsi Papers, des Nestlé Papers, des Kellogg’s Papers, des Unilever Papers, des Kraft Papers, des Monsanto Papers? C’est alors qu’on réalisera, comme nous l’avons hélas souvent dit, que l’influence de l’agrobusiness sur l’information nutritionnelle, largement ignorée du public et des médias, est pourtant sans commune mesure avec celle qu’exerce l’industrie pharmaceutique sur les leaders d’opinion.

    http://www.lanutrition.fr/

  •  Jean-Pierre Coffe: dommages des hommages

    Quand la France d’avant se fait la malle

    Dans notre société où tout n’est plus que communicationnel, dès qu’un "pipeaule" casse sa pipe, ce qui leur arrive aussi et arrivera à la totalité de l’humaine espèce, tout le monde ou presque de sortir sa nécrologie ou son hommage toujours d’une mièvrerie appuyée, dégoulinante de bons sentiments marqués, et manquant singulièrement d’intelligence ou de nuances. Par le "miracle" de la technique et en particulier celui des "réseaux — dits — sociaux" n’importe quel pékin peut également déposer sa gerbe peu odoriférante au pied du piédestal en carton-pâte dressé par le grand barnum médiatique.

    On a le droit à des dizaines de milliers de "Salut l’artiste" se voulant à la fois familiers et respectueux, et larmoyants, à des "RIP un grand meussieur" et autres "il nous manque" et autres formules toutes faites sorties de la méthode Assimil du festivisme ambiant.

    Aujourd’hui, c’était le tour de Jean-Pierre Coffe dont la première intervention télévisuelle, dans "Le Petit rapporteur" de Jacques Martin, reste de loin la meilleure, car la plus vraie, la plus authentique. Il joua également dans quelques films des années 70 des crapules visqueuses avec une délectation évidente. Par la suite, de "La Grande famille" de Delarue sur Canal Pelu dans les années 80 aux "Grosses têtes" de Bouvard puis de Ruquier, les fausses colères de Coffe virèrent au procédé en somme de comédie. Ses fureurs entrèrent dans son "emploi" de scène.

    Coffe est bien vite devenu le Géronte faisant rire de la bouffe contre-balançant — un peu — l’hygiénisme à la noix d’une société de plus en plus repliée sur des petites certitudes rassurantes, une société de plus infantilisée par un "coaching" collectif lénifiant et au fond de plus en plus puritaine:

    Le tabac c’est très mal, le pauvre type au RSA, chômeur de longue durée, j’en passe et des pires, n’a même plus le droit de s’en "griller une" afin de se détendre ne serait-ce que quelques secondes sans qu’un curé du "bien vivre" improvisé ne lui sorte un sermon moralisateur.

    Le gras du jambon, c’est mauvais aussi, surtout pour les pauvres qui ne pensent qu’à bouffer les inconscients. On songe au personnage de l’alcoolique repenti dans un vieux "Lucky Luke" se lançant dans des conférences hygiénistes grotesques après avoir été "guéri" par le psy censé "guéri " également les Dalton de leurs mauvais penchants.

    Il faut absolument manger les fameux cinq fruits et légumes par jour, bio de préférence, cultivé selon des méthodes présentées comme nouvelles par leurs promoteurs ne faisant que redécouvrir l’eau tiède et l’agriculture traditionnelle, celle que leurs ancêtres pratiquaient…

    Le vin, c’est très mal aussi et l’alcool en général également. On est toujours étonné que les contempteurs du bon pinard pour lequel ils n’ont pas de mots assez durs soient souvent des partisans de la légalisation du cannabis pourtant bien plus nocif. Ou alors est-ce qu’ils estiment que les grands crus doivent rester un privilège de classe? Une manière d’ostentation sociale, de compétitions entre égos de "bourgeois pédagogues".

    Manger de la viande, c’est pas gentil du tout pour les animaux car pour en manger forcément il faut les tuer et les abattoirs sont des abattoirs. Et tuer, c’est pas gentil car la mort c’est laid. Les amis des bêtes sont dans le slogan fort et l’engagement drôlement marqué, je suis même sûr qu’ils s’opposent aussi à la violence et qu’ils lui préfèrent la paix tel Renaud proclamant qu’il n’aime pas du tout le terrorisme ou Madame Hidalgo organisant un genre de "Love Parade" contre les islamistes. A coup sûr, ils seront terrifiés…

    Coffe est mort, caricature d’une France d’avant, plus rurale, bonne vivante. Avec lui s’en va encore un peu plus de ce vieux pays.

     

  • Vous êtes ce que vos parents ont mangé !

    Des scientifiques de Helmholtz Zentrum de Munich, en collaboration avec des chercheurs de l’Université technique de Munich et du Centre allemand de recherche sur le diabète (DZD), ont montré que l’obésité induite par l’alimentation et le diabète peut être épigénétique*, héritée par la descendance. via les ovocytes et les spermatozoïdes. Les résultats ont été publiés récemment dans la revue Nature Genetics.

    Pour son étude, l’équipe de l’Institut de génétique expérimentale (IEG) a utilisé des souris qui étaient devenues obèses et qui ont développé un diabète de type 2 en raison d’un régime alimentaire riche en matières grasses. Leur progéniture a été obtenue uniquement par fécondation in vitro (FIV) à partir d’ovocytes et de spermatozoïdes isolés, de sorte que les changements dans la progéniture ne pouvaient être transmis par l’intermédiaire de ces cellules. Les descendants ont été portés et sont nés via des mères porteuses saines. Cela a permis aux chercheurs de se prononcer sur d’autres facteurs tels que le comportement des parents et des influences de la mère pendant la grossesse et l’allaitement.

    "Les résultats ont montré qu’ensemble les ovocytes et les spermatozoïdes ont transmis l’information épigénétique, qui en particulier dans la progéniture femelle a conduit à une obésité sévère", a déclaré le professeur Johannes Beckers, qui a dirigé l’étude. Dans la descendance mâle, en revanche, le taux de glucose sanguin est plus affecté que dans la fratrie féminine. Les données montrent également que – comme chez les humains – la contribution maternelle au changement dans le métabolisme de la progéniture est supérieure à la contribution paternelle.

    Ceci peut être une explication possible de la propagation rapide du diabète dans le monde entier.

    " Ce genre d’hérédité épigénétique d’un trouble métabolique due à une mauvaise alimentation pourrait être une autre cause majeure de l’augmentation globale spectaculaire de la prévalence du diabète depuis les années 1960 ", a déclaré le professeur Martin Hrabe de Angelis, directeur de l’IEG et initiateur de l’étude. L’augmentation observée de patients diabétiques dans le monde entier peut difficilement être expliquée par des mutations dans les gènes eux-mêmes (ADN) parce que l’augmentation a été trop rapide. L’hérédité épigénétique – par opposition à l’héritage génétique – est en principe réversible, et de nouvelles possibilités d’influer sur le développement de l’obésité et le diabète se produisent à partir de ces observations, selon les scientifiques.

    Dans leurs théories sur l’hérédité et l’évolution, Jean-Baptiste Lamarck et Charles Darwin ont explicitement établi que les caractéristiques et les traits que les parents acquièrent au cours de leur vie grâce à l’interaction avec l’environnement pourraient être transmis à leur progéniture. Ce n’était pas jusqu’à la néo-darwiniste " Théorie synthétique de l’évolution ", qui a combiné les théories de la sélection naturelle de Darwin et la génétique de Gregor Mendel, que l’hérédité des caractères acquis a été rejetée. " Du point de vue de la recherche fondamentale, cette étude est importante car elle prouve pour la première fois qu’un trouble métabolique acquis peut être transmis de façon épigénétique à la descendance via les ovocytes et les spermatozoïdes semblable aux idées de Lamarck et de Darwin ", a déclaré le professeur. Johannes Beckers.

    * Épigénétique : Contrairement à la génétique, le terme ‘épigénétique’ se réfère à l’héritage des traits qui ne sont pas déterminées dans la séquence primaire de l’ADN (les gènes). Jusqu’à présent, les transcrits d’ARN et les modifications chimiques de la chromatine (par exemple, sur l’ADN ou des histones) ont été considérés comme des porteurs de cette information épigénétique.

    Un colloque scientifique: épigénétique et évaluation des risques se tiendra les 14 et 15 juin prochain à Valence, en Espagne, source EFSA.

    A suivre