Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2017

Des murs, partout, partout et c'est qui le méchant? Trump!

Ah ces Américains! Qu'est-ce qu'ils me font rire, parfois. Pas tous, certains. Hier je regardais les manifestations qui avaient lieu dans plusieurs aéroports américains afin de protester contre le décret signé par Trump visant à interdire l'entrée sur le territoire US aux ressortissants de 7 pays musulmans. Ces manifestants étaient quasiment tous estampillés démocrates ou, c'est selon, "progressistes". Des tordus du ciboulot à l'indignation bien sélective! Tenez les ressortissants israéliens sont interdits dans 16 pays au monde et là, curieusement, cela ne choque personne.

Les Américains, Obama et vedettes du show-biz en tête, et tous ceux qui, de par le monde y compris en France, s'élèvent contre l'autre décret de Trump visant à "construire" un mur à la frontière mexicaine me font rire; pas possible autrement, ils ont le ridicule chevillé au corps! Pourquoi?

D'abord parce que ce mur existe déjà (près de  1 500 km, 1 800 miradors et 18 000 hommes pour le surveiller), pas sur la totalité de la frontière mais presque. Lorsqu'il a fallu le construire, en 2006, devinez un peu qui a approuvé le "Secure Fence Act " de Georges W. Bush, je vous le donne en mille: Pas moins de 26 sénateurs démocrates dont... tadam... un certain Barack Obama et la sénatrice de l'Etat de New-York Hilary Clinton. Deux ans plus tard, le premier devint POTUS et la seconde secrétaire d'Etat. Et pendant 8 ans, l'administration américaine continuera de bâtir ce mur et financera son entretien. Trump ne fait rien d'autre, avec son décret, que de rénover, d'entretenir et de prolonger ce mur. Rigolo, non? D'autant plus que le Mexique en construit un au sud du pays et que là, personne ne dit rien.

Comme personne ne dit rien des murs qui ont poussé ou poussent un peu partout dans le monde. Y en a partout et sous toutes les formes, en Israël, en Hongrie, en Serbie, en Roumanie, à Chypre, entre le Maroc et l'Espagne à Melilla et Ceuta, entre la Bulgarie et la Turquie, celui entre le Koweit et l'Irak érigé en 1991 et sans cesse consolidé depuis 2004, entre l'Arabie Saoudite et l'Irak depuis 2014 et bientôt au sud vers le Yémen, entre la Corée du Sud et celle du Nord, entre le Botswana et le Zimbabwe, entre l'Inde et le Pakistan, à Djibouti, etc... la liste n'est pas exhaustive, y en a partout. Tenez, même en France, on en a construit un du côté de Calais.

Alors c'est vrai, tous n'ont pas été érigés pour les mêmes raisons ni aux mêmes époques. Tantôt, c'était entre pays belligérants, parfois pour se protéger, souvent entre deux pays irréconciliables se partageant des bouts de territoires, pour limiter autant que faire se peut l'immigration clandestine, etc... autant de raisons, bonnes ou mauvaises, de construire des murs. Ils ont tous cependant un point commun: Empêcher "les gens" de circuler à leur guise, empêcher "les gens" d'entrer chez autrui sans autorisation. Nous avons bien des portes à nos maisons et des clôtures à nos jardins, non?

Si après ce beau billet matinal, comme moi, vous n'êtes pas pliés de rire en contemplant ces limités du bulbe manifester contre les décrets Trump, c'est à désespérer!

Et puis, un Président qui tient ses engagements de campagne, c'est tellement rare que ça vaut le coup de le signaler!

http://corto74.blogspot.fr/2017/01/des-murs-partout-partout-et-cest-qui-le.html

Potus = président

Flotus = présidente

30/01/2017

Les rats pulluent à Paris.... bien sûr, il fallait s'en douter! et d'ailleurs, on aura pire encor'!

Depuis quelques semaines, ils gambadent allègrement dans les rues, au milieu des déchets abandonnés, à la vue de tous : les rats, qui prolifèrent dans certains quartiers du nord de la capitale, notamment à la Goutte-d’Or (XVIIIe) et aux abords de la gare de l’Est (Xe), inquiètent et agacent tout autant. Contactées par les riverains excédés, les deux mairies d’arrondissement concernés ont affirmé que le nécessaire allait être prochainement fait avec les services de dératisation, comme cela a été déjà été le cas squares Alban-Satragne (Xe) et de Jessaint (XVIIIe).

Mais dans les quartiers concernés, les habitants se sentent un peu abandonnés. Ou, du moins, loin d’être logés à la même enseigne que d’autres Parisiens. " La Ville a décidé de mettre en place un plan d’action de grande ampleur pour faire face à la présence de gaspards trop nombreux ", souligne l’association Action Barbès, très active dans les IXe, Xe et XVIIIe arrondissements. " Mais ce plan, déplore-t-elle, se concentre sur quelques quartiers du centre de la capitale… Pourtant, nous ne sommes pas épargnés : le problème est particulièrement notable sur les friches à l’angle des rues Léon et Myrha, et au carrefour Affre-Myrha, qui doit accueillir des logements sociaux. "

A la Goutte-d’Or, on pointe du doigt des commerces de bouche du secteur, qui n’hésitent pas à confondre friche et décharge. " La mairie est intervenue plusieurs fois auprès d’un restaurateur pour qu’il cesse ces pratiques, poursuit Action Barbès. En vain“.

"Les détritus déposés quotidiennement attirent les rats par dizaines, s’alarme une riveraine de la rue Polonceau toute proche. On les voit régulièrement déambuler au milieu des ordures, s’y nourrir… Et comme un déchet en appelle un autre, certains viennent ajouter les leurs“.  "On sait tous qu’il y a des rats en nombre dans Paris, tempère un passant, mais en jetant les déchets n’importe où, il est évident qu’on les attire. Il faudrait vraiment sévir avec les responsables de ces incivilités, et nettoyer plus souvent nos rues". Même scénario aux abords de la gare de l’Est, où les rongeurs sont visibles sur les trottoirs, se mêlant aux groupes de pigeons avec lesquels ils se disputent la pitance, sous l’objectif des internautes qui diffusent photos et vidéos sur les réseaux sociaux… En attendant qu’une solution soit trouvée à la prolifération des rongeurs.

 leparisien.fr

Quand les américains viennent nous défendre.... contre ce méchant Poutine

Pont trop bas, verglas et collision : les mésaventures de l'armée américaine en Pologne

C'est ce qu'on appelle un départ sur les chapeaux de roues. A peine déployée ce mois-ci en Europe de l'Est, dans le but affiché de défendre les pays baltes et la Pologne d'une supposée menace russe, l'unité de 4 000 soldats et de près de 90 tanks de l'armée américaine a multiplié les infortunes techniques.

Plusieurs véhicules blindés américains ont été endommagés, a notamment indiqué le Washington Post le 23 janvier, lorsqu'ils sont passés... en-dessous de ponts moins hauts que prévu ! Le choc a eu lieu en Allemagne, alors que les véhicules se rendaient en Pologne depuis le port allemand de Bremerhaven. L'incident logistique est à mettre sur le compte du manque d'informations des Américains sur les infrastructures des pays de l'ancien bloc soviétique, selon le commandant des forces américaines en Europe Ben Hodges.

Le lendemain, le 24 janvier, ce sont les routes de Pologne qui ont eu raison des troupes de l'OTAN. Ainsi, d'après des informations rapportées par la station de radio polonaise RMF FM, un pick-up militaire américain et un bus polonais sont entrés en collision près de la ville de Zagan, où s'est installée une brigade de chars envoyés par Washington. Deux passagers du bus, blessés dans l'accident, ont dû être hospitalisés.

Des munitions éparpillées sur la route

Autre force de résistance à l'OTAN en Pologne : le froid. Dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 janvier, un camion du contingent américain dans le pays est sorti de la route en dérapant sur une voie verglacée, a rapporté Varsovie dans un communiqué. D'après le porte-parole des pompiers, deux soldats ont été blessés dans l'accident, et l'un d'eux a dû être transporté à l'hôpital.

Le camion en question, rempli de munitions pour tanks M1 Abrams, a déversé son contenu sur la route gelée – contraignant les autorités polonaises à fermer temporairement celle-ci, afin de ramasser les équipements militaires épars.

C'est pas gagné!

 

Imagine: Macron devant Poutine? Macron devant Donal Trump? devant les Iraniens, devant le président Chinois? devant Angéla Merkel?????

Tu ne peux pas imaginer parce que si tu vote Macron, c'est que tu as le QI d'une huitre: mais moi, je te dis: on est mort!!! Dans les cours de récré, les morts y redeviennent vivants... mais, ho, c'est fini la maternelle..... réfléchis, mec!

Macron versus Poutine: déjà que ce dernier n'arrête pas de se pisser dessus de rire chaque fois qu'il rencontre Hollande… il pince le nez à Macron, il lui coule encore du lait au petit français!!!!

Et Trump? Il secoue la main à Macron et l'autre tombe par terre tellement il est mentalement construit comme un pissoir en démolition!

Si on n'a pas un président solide dès le mois d'avril, la France est foutue….

En 1956, j'avais 6 ans: -15 à -18° à Toulouse: impossible d'avancer dans les rues et routes enneigées, pas de transport: un mois sans manger, sans se chauffer, sans docteur (le SAMU n'existait pas encore mais deux mètres de neige dans les rues!!!)…. J'ai vu! même si j'ai pas tout compris à cet âge-là.

En 1968: j'ai bientôt 18 ans au mois de Mai…. un mois où la France est bloquée; plus rien dans les magasins, ni lait, ni légumes, ni café, ni papier-cul…. pas de télé, pas d'électricité, pas de gaz, des montagnes de d'ordures devant la porte et les rats qui pullulent autour: j'ai vu! et là, j'ai compris ce qui nous arrivait... crois-moi, ça été long, très long le retour à la normale....

Sauf que là, on en prend pour 80 ans!

En 2017, tout ça vous pend au nez: pourquoi? parce que vous aurez encore élu un président à la con qui sera incapable, totalement incapable, de nous protéger des hordes sauvages qui partitionnent déjà la France.

Quand j'ai averti, en mai 2008 que la France venait d'entrer dans un monde de ténèbres, ces dernières s'épaississent tellement qu'elles vont nous prendre à la gorge et nous étouffer. On y est.