Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

occitanie - Page 5

  • PROJET: DÉTRUIRE L'EUROPE

    Entre radicalisme humanitaire et sponsors généreux, les ONG "talibans de l’immigration sans frontières" sont les nouveaux pirates de l’accueil illimité des clandestins pour la destruction de l’Europe.

    Dépassé par le flux ininterrompu de migrants économiques, charitablement débarqués par diverses ONG sur les côtes italiennes, le gouvernement a rédigé un code de conduite à l’intention de ces ONG qui favorisent l’immigration illégale en offrant un service de navette gratuit entre les eaux territoriales libyennes et l’Italie, en collaboration avec les trafiquants d’êtres humains: la première fois que des humanitaires collaborent avec les pires inhumains.

    Les règles de conduite refusées par MSF et cinq autres ONG concernent:

    • l’interdiction de pénétrer dans les eaux territoriales libyennes,
    • l’interdiction d’éteindre les transpondeurs à bord des navires (pratique utilisée par les ONG pour masquer la position de leurs opérations de " secours "),
    • l’interdiction de transférer les immigrants illégaux sur d’autres navires (ce qui obligerait chaque navire utilisé par les ONG au large de la Libye à faire lui-même chaque aller-retour jusqu’en Italie),
    • l’obligation de divulguer les sources de financement et
    • accepter à bord des policiers armés.

    Sur les neuf organisations "humanitaires", six ont refusé ce mardi de signer le texte qui leur était présenté par le Ministère de l’Intérieur italien. Les ONG "Save the Children"  et  "MOAS" ont signé et  "Proactiva open arms" a déclaré qu’elle signerait aussi. Cinq ONG n’ont, en revanche, même pas daigné répondre à l’invitation du Ministre de l’Intérieur, tandis que l’ONG "Médecins sans frontières" a signifié son refus des règles du code de conduite, préférant s’allier aux trafiquants d’êtres humains.

    Les médecins n’ont pas de frontière, les Etats oui, et leur devoir est de les contrôler, voire de les protéger.

    Ces ONG ont ainsi montré leur véritable visage de talibans de l’immigration sans frontières au détriment et pour détruire les citoyens italiens et autres européens.

    Médecins sans Frontières (MSF)

    Financée par 319.496 donateurs privés, MSF a reçu 56.8 millions d’Euros en 2016. L’ONG a investi un million et demi d’Euros dans la récupération de migrants en Méditerranée. 6% des donations proviennent de sociétés et de fondations diverses, mais MSF est aussi financé par les loteries, le gouvernement américain, l’UE et l’ONU.

    Le Parquet de Trapani a séquestré le navire de l’ONG allemande pour "aide à l’immigration clandestine". Depuis le début de l’intervention en Méditerranée, la Jugend Rettet se déchaîne contre la "Forteresse Europe", qui éloigne les migrants par l’érection de "nouveaux murs" et limite la mobilité des migrants.

    Le 9 mai dernier, devant la Commission de défense du Sénat, la vice-présidente de l’organisation "humanitaire", Lena Waldhoff, déclarait en toute impunité: "La collaboration avec la garde-côte italienne n’implique pas l’identification des passeurs“.

    Une autre ONG allemande, qui débarque les migrants en Italie, tout en critiquant le pays avec virulence, annonce sur son site qu’elle a besoin de 500.000 Euros pour continuer ses " opérations de sauvetage ". Dans une lettre adressée aux donateurs, elle critique violemment Rome pour avoir présenté un projet de formation et de renforcement des garde-côtes libyens:

    "Coopérer et appuyer une telle organisation de criminels et de mercenaires est tout simplement inacceptable".

    Pour l’ONG, l’important est de faire arriver tous les migrants en Italie, conformément à la Convention de Hambourg, qui ne fait aucune distinction entre réfugiés et migrants économiques.

    La troisième ONG allemande, qui n’a même pas daigné participer à la réunion du Ministère de l’Intérieur italien, a déclaré qu’elle n’accepterait pas à bord la présence d’un officier de la police judiciaire. Et d’ajouter: "en tant qu’organisation non gouvernementale, nous sommes neutres, tandis que la police ne l’est pas".

    Selon L. Kircheis du bureau berlinois de l’ONG, dans les polémiques sur les migrants on ne peut qu’opposer le radicalisme de l’extrême-droite au "radicalisme" humanitaire.

    Sur le site de Sea Watch, le " non " au code de conduite a été justifié par Violeta Moreno-Lax, chargée de cours dans une université londonienne. Elle qualifie le règlement du gouvernement italien de "redondant ou simplement d’illégal".

    Proactive Open Arms

    L’ONG espagnole a promis de signer le code de conduite, mais n’a pas spécifié de date. Cette ONG a dépensé 1,4 million d’Euros pour ses navires, mais a récolté plus de 2,,1 millions d’euros.

    Oscar Camps, directeur de Proactive Open Arms a révélé que parmi les donateurs, il y a l’équipe de foot de Manchester City et l’acteur Richard Gere. Par le passé, l’ONG avait utilisé le vaisseau de luxe Astral du millionnaire italien Livio Lo Monaco.

    Life boat

    Parmi ses partenaires, il y a l’ONG " sœur " SOS Méditerranée et le Fc St.Pauli, un club sportif de Hambourg, devenu célèbre non pour ses mérites footballistiques, mais pour son activisme en faveur des talibans de l’immigration. Parmi d’autres sponsors, il y a une université, le "Secours en Mer allemand", mais également des portails spécialisés comme "Yacht on line".

    SOS Méditerranée

    En 2016, cette ONG avait déclaré des frais pour 4 millions d’Euros, affirmant dépenser 11 000 Euros par jour pour faire naviguer Aquarius en face des côtes libyennes. Parmi les sponsors de l’ONG allemande, une ONLUS italienne a reçu 46 000 Euros de l’Open Society, l’association philanthropique de G. Soros.

    Dans une lettre adressée au Ministère de l’Intérieur italien, l’ONG a réaffirmé que les policiers italiens ne doivent pas se trouver à titre permanent à bord du navire et porter des armes, car cela est contraire aux principes humanitaires de neutralité et d’indépendance.

    Dans cet exode en provenance d’Afrique, l’armée française est également pointée du doigt par les autorités italiennes.

    Le "corridor" qui mène du Niger à la Libye est contrôlé par l’armée française. Cette dernière ne bouge pas un doigt et laisse passer les migrants. Selon l’Organisation mondiale pour les migrations, rien qu’en 2016, 291.000 clandestins ont transité par ce "corridor" pour rejoindre l’Italie.

    L’exode des migrants économiques, qui de toute l’Afrique se dirigent vers la Libye afin de rejoindre l’Eldorado italien, passe par le Niger, où sont stationnés les militaires français.

    Le Niger est le dernier avant-poste avant la Libye. Les migrants économiques, qui rêvent de s’embarquer pour l’Italie, passent par le carrefour d’Agadez, pour ensuite rejoindre Séguédine. Ils se déplacent en longues colonnes de camions et de pick-up, surchargés de personnes et de marchandises. Il est difficile de ne pas les remarquer dans l’immensité du Sahara, surtout pour le contingent français qui déploie des mirages de reconnaissance, des drones de surveillance et des hélicoptères.

    Dans le fortin de Madama, au nord du Niger, il y a au moins 250 militaires, ce nombre est doublé lors d’opérations importantes. Si on ajoute les soldats de l’opération Barkhane, on arrive à plus de mille militaires.

    (Le fortin de Madama fut construit en 1930-1931 par les Français. Sa mission était de bloquer l’expansion italienne … au départ de la Libye. Ironique retournement de l’histoire !)

    Mais, peut-on lire sur la Repubblica.it, la garnison française ne se soucie guère de cette multitude en mouvement à travers le désert. Il y a des photos montrant l’équipage de blindés français saluant amicalement les migrants, entassés dans les camions, ces mêmes migrants qui seront ensuite secourus par les navires des ONG près des côtes libyennes et débarqués en Italie. Il y a aussi des photos de voitures tout-terrain, surchargées de migrants, qui avancent péniblement près des bimoteurs Transall, parqués sur l’aéroport militaire.

    Aujourd’hui, au nom d’un angélisme "compassionnel", l’UE ouvre ses portes aux envahisseurs présentés comme les sauveurs de la vieille Europe et garants d’un avenir radieux. Incohérences, mensonges, illusions d’une Europe qui n’apprend rien de son passé et disparaît suicidée dans la noyade.

    Sources:

    " Il libro nero delle Ong ribelli ​all’assalto della fortezza Europa " Il Giornale.it

    " L’esodo dei migranti dal Niger all’Italia. E i militari francesi fanno finta di nulla " La Repubblica.it

    Des "Volontaires" d’une ONG allemande reçoivent 10.000 euros/mois pour transporter des clandestins!!!

    Ils se disent " volontaires ", les opérateurs IUVENTA (…) mais ils oublient de mentionner que certains d’entre eux ont des salaires en or pour jouer les chauffeurs de taxi de la mer: jusqu’à 10.000 euros (…)La photographie concerne l’enquête qui a conduit à la saisie du navire utilisé par Iugend Allemands Rettet pour transporter les migrants de la Libye vers l’Italie. Les volontaires au sourire à 32 dents allaient prendre les migrants dans les eaux libyennes, à un mile de la côte, sans que les bateaux soient en danger réel (…)

    Source: http://www.ilpopulista.it/news/5-Agosto-2017/17153/iuventa-volontari-si-ma-a-diecimila-euro-al-mese.html

    – https://civilwarineurope.com/2017/08/03/litalie-bloque-une-premiere-ong-passeuse-de-clandestins/

     

    Et, pendant ce temps là, en France on nous les brise menu en nous racontant que présitante et madame genoux calleux n'ont pas dit où ils prenaient leurs vacances.... Ils vont peut-être jouer les sémaphores sur les plages libyennes pour aiguiller les clandés dans la bonne direction?

     

  • Ils sont passés clandestinement en Espagne: bientôt chez nous en France!

     

    https://youtu.be/pf7tAhw8jTc

     

     

  • La Baule: des Français protègent les femmes aux seins nus agressées par des musulmans

    Après le burkini, voici l’apparition des premiers éléments de la police de la poitrine sur les plages françaises.

    Ainsi, à La Baule,  "un peu avant le quatorze juillet, deux femmes qui bronzaient seins nus sur la plage se sont fait agresser par d’autres femmes, d’origine maghrébine " qui  " vinrent les voir pour leur intimer de couvrir leur poitrine, prétextant que " cela ne se faisait pas ".

    Devant la détermination des femmes à ne pas se laisser faire, les musulmanes de revenir à l’assaut avec leurs barbus… Qui a dit que l’islam était  une religion de violence et de tolérance?

    Ouf ! La mobilisation des non musulmans autour des femmes aux seins nus a été déterminante, ils se sont groupés autour des femmes agressées, ont protesté, ont appelé la police qui a embarqué les agresseurs.

    Bravo aux Français qui osent, encore, dire non à l’innommable, à l’insupportable.

    Continuez, amis Résistants, c’est ainsi que nous gagnerons et qu’ils ne pourront pas obliger nos filles à porter burkini et voile, pour qu’ils ne fassent pas de notre pays le 58ème pays musulman, même s’ils l’ont décidé depuis exactement 28 ans.

    La Baule (44). Cachez ce sein que je ne saurais voir ! Tensions communautaires sur la plage

    03/08/2017 – 06h50 La Baule (Breizh-Info.com) –  Bronzer les seins à l’air sur la plage de La Baule, en 2017, peut s’avérer risqué.  C’est la mésaventure qui est arrivée le mois dernier à deux femmes, agressées par des puritain(e)s venus d’ailleurs.

    La première quinzaine de juillet a été chaude à La Baule, notamment sur la plage. Ainsi, un peu avant le quatorze juillet, deux femmes, des " Gauloises " qui bronzaient seins nus sur la plage – une pratique courante dans nos pays encore libres – se sont fait agresser par d’autres femmes, d’origine maghrébine.

    Ces dernières, qui ne portaient pourtant par ailleurs aucun signe distinctif pouvant laisser penser à une appartenance à un islam rigoriste, vinrent ainsi les voir pour leur intimer de couvrir leur poitrine, prétextant que " cela ne se faisait pas ". Manque de chance, elles tombèrent pour le coup sur des femmes de caractère, qui les ont purement et simplement envoyées paître.

    Insupportable pour ces ayatollahs du puritanisme, qui revinrent quelques instants plus tard avec leurs compagnons respectifs. Cette fois-ci, les menaces deviennent plus pressantes… mais c’était sans compter sur la solidarité communautaire qui s’est alors déclenchée autour des deux femmes agressées.

    Plusieurs personnes assistant à la scène intimèrent alors aux agresseurs de partir, tandis que d’autres appelèrent les forces de l’ordre. Arrivées sur les lieux, celles-ci embarquèrent illico ces représentant(e)s de la police de la poitrine. " On est chez nous ! " rappellera à ces femmes et à leur compagnon un badaud sur la plage.

    A Sisco comme à La Baule, les revendications communautaires extra-européennes ne semblent pas être les bienvenues…

    [cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

    http://www.breizh-info.com/2017/08/03/74864/baule-44-cachez-sein-ne-saurai-voir-tensions-communautaires-plage

    Post-Scriptum

    Il paraît que La Baule deviendrait peu à peu un lieu de "villégiature" pour voilées et racailles. Il paraît même que certaines associations parisiennes fort dévouées organisent des séjours à la Baule pour racailles patentées et capuchées qui fichent la pagaille sur la plage le soir…

     

  • Migrants et maladies infectieuses : le lien est fait mais il ne faut pas le dire

    Les bien-pensants éludent la question plutôt que photographier le moment historique avec honnêteté intellectuelle et dénoncer les dégâts de la politique scélérate de l’immigration.

    DE LORENZA FORMICOLA.

    En Allemagne la peur est revenue au sujet de toutes ces maladies qui étaient éradiquées ou rarissimes en Occident. Depuis le cas du demandeur d’asile yéménite logé dans une église à BUNSDORF pour lui éviter l’expulsion et qui aurait contaminé  cinquante bambins avec la tuberculose, cette maladie est remontée dans la classification des maladies les plus contagieuses. Mais elle n’est certes pas la seule à remonter.

    Dans l’Allemagne de Merkel la situation est visiblement critique et dangereuse. Nonobstant ce que les journaleux donnent en pâture aux lecteurs ignares. Le Robert Koch Institut  ( R.K.I. ) responsable pour le contrôle et la prévention des maladies infectieuses qui fait partie du Ministère Fédéral de la Santé Allemand, publie des rapports toujours plus funestes d’année en année et confirme l’augmentation globale, surtout depuis 2.015 – l’année où Merkel – a  " ouvert les portes  " à un nombre sans précédent de migrants.

    La dernière publication datée du 12 juillet 2.017 fournit les données sur l’état de plus de 50 – cinquante – maladies infectieuses en Allemagne en 2.016.

    Du botulisme à l’échinococcose, de la syphilis  à la tuberculose, le tableau est clair et pourtant sombre:

    Hépatite B : + 300 % les trois dernières années.

    Rougeole : 2.014 et 2.015 : + 450 %

    En 2.015, les migrants ont contribué à 40 % de nouveaux cas de sida.

    Tuberculose : 2.014 : 4.488 cas

                           2.015 : 5.915 cas.

    Un médecin interrogé par FOCUS a mis en évidence le fait que les autorités allemandes ont perdu la trace de CENTAINES DE MILLIERS de migrants qui peuvent être infectés. Et surtout il a voulu souligner les 40 % des agents pathogènes de la tuberculose qui se répand et qui résistent aux thérapies. Chose commune à toute l’Europe, Italie comprise, la bactérie s’est transformée et ne réagit plus aux antibiotiques qui l’avaient vaincue depuis 50 ans.

    Entre 2013 et 2016, la gale a augmenté de près de 3.000 %.  ( trois mille pour cent ) rien qu’en Rhénanie Septentrionale – Vestfalie . Sans parler de la rougeole diffuse dans tous les 16 Etats Fédéraux Allemands, sauf un : Mecklenburg Vorpommen,l’état avec le pourcentage d’immigrés le plus bas.

    Les données fournies par le RKI représentent seulement la pointe de l’iceberg et pour certains ne couvrent qu’une partie des dangers diffus.

    Beaucoup de médecins disent que les cas de tuberculose, par exemple,sont beaucoup plus élevés et accusent le RKI de minimiser la menace pour contrôler les sentiments anti immigration.

    Si les choses sont ainsi en Allemagne, en Italie la symphonie est pareille.

    La différence c’est qu’une petite partie des immigrés reste, la péninsule est une zône de transit et la comparaison n’est pas possible, le politiquement correct frappe aussi le Bel Paese.

    Les réunions et autres cocktail party organisés par les fondations philanthropiques se tiennent à bonne distance pour ne pas dénoncer le danger. Pas de données, pas de statistiques, en somme le binôme immigrés- maladies n’existe pas et ne doit pas exister. Surtout qu’en un moment historique où le coup de fouet du susdit binôme n’est pas vraiment prévu.

    Ce qui rend un rien paradoxal le contexte est le fait que la multiplication des séminaires en milieux hospitaliers pour essayer de monitorer la situation car:   "les migrants posent la question de santé publique inéluctable".  ( Francesco BLASI , président de la Société Italienne de Pneumologie)

    De temps en temps, quelques chiffres sortent : comme les plus de 2.000 cas de gale et les 38 cas de tuberculose qui entrent dans la balance 2.016 des Centres d’Accueil de Milan. Pour le reste, il manque une méthodologie systématique pour la récolte de données. Où elles sont disponibles, elles datent de trop longtemps.

    La question de la diffusion des maladies liées à l’immigration est maintenant liquidée par la version offerte par diverses chaires ampoulées, et qui consiste avec l’unique sentence : Ils partent sains et si c’est vrai qu’ils tombent malades c’est la faute du climat insalubre italien

    et plus généralement du climat occidental et des conditions de vie qu’ils trouvent en arrivant ici.

    Le Président de l’Institut Supérieur de Santé Walter RICCIARDI a carrément déclaré que les imigrants qui arrivent dans notre pays sont en général  "en bonne santé " et sont  "plus vaccinés que les italiens  "car dans beaucoup de pays,  les vaccinations sont plus élevées" , soit parce que  "nous les vaccinons à l’arrivée" . Si c’est vrai, pourquoi partent ils? Et pourquoi chaque migrant logé dans les camps est vacciné contre la diphtérie-tétanos-polio , vaccin pour la vie, comme ils nous racontent, ces maladies sont pratiquement éteintes depuis longtemps?

    En fait, ils ne sont pas vaccinés contre l’hépatite B. alors que la plupart des pays d’où ils viennent ces migrants, l’hépatite B est endémique.

    Il y a ensuite les journaleux made in Italy, qui racontent l’autre fable qui dit que les migrants ne sont pas malades, mais sont traumatisés. Et en avant toutes sur la xénophobie, le racisme et les données qui sont juste allarmistes. Et rien de plus.

    C’est plus facile avec la bien-pensance d’éluder la question plutôt que photographier le moment historique avec honnêteté intellectuelle et dénoncer les dégâts d’une politique scélérate de l’immigration.

    Traduction pour Résistance républicaine de Valkyrie

    http://www.imolaoggi.it/2017/07/30/migranti-e-malattie-infettive-il-legame-ce-eccome-ma-non-si-puo-dire/

     

  • Les Italiens se rebiffent :

    Italie : des bombes contre les migrants, nous risquons actuellement une guerre civile.

    De Turin à Tarante, en passant par les régions " rouges " (ndt les régions politiquement à gauche) et le Latium, de plus en plus de bombes explosent près des centres d’accueil et des hôtels qui logent les migrants

    Par Francesco Curridori

    Du nord au sud, en passant par les îles, la révolte contre le business de l’accueil des migrants envahit toute la botte. Les bombes ou les cocktails molotov, mais également des armes plus rudimentaires sont les moyens les plus utilisés par les citoyens pour stopper l’arrivée des migrants dans leurs villages.

    La Sardaigne, l’île où la crise économique favorise la révolte

    Le cas le plus récent et le plus marquant s’est passé jeudi de la semaine passée devant le centre de premier accueil de Dorgali, dans la province de Nuoro. Par chance les 64 occupants ne furent pas blessés même si l’explosion a fait un grand trou à l’extérieur du bâtiment. Ce n’est pas le premier cas en Sardaigne, en fait cette aversion envers les réfugiés a déjà connu deux précédents.

    Le 11 octobre passé, l’ex caserne de Monastir, dans la province de Cagliari, a subit un attentat incendiaire suite à la décision du préfet de mettre à disposition ce bâtiment pour en faire un centre d’accueil.

    La même chose s’est produite à Burcei, également dans la province de Cagliari, aux premiers jours de septembre, quand une maison privée qui devait accueillir 25 migrants a été dévastée. En novembre, à Buddusò, un village de 4.000 habitants, un complexe de tourisme rural qui devait héberger des réfugiés, a été pris pour cible et dévasté par une bombe artisanale.

    Les Sardes ont dépassé le seuil de tolérance. Ils considèrent cet afflux de migrants comme une invasion en bonne et due forme, et ceci dans une région qui a un des plus haut taux de chômage d’Italie. Le seuil de tolérance est dépassé et a eu une répercussion telle sur le Partito Democratico (ndt, le PD est le parti gouvernemental), autant au niveau national que régional, que le 4 décembre dernier, la Sardaigne a enregistré le taux le plus élevé de Non au référendum constitutionnel.

    La majorité du président PD Francesco Pigliaru, toujours plus fragile s’est effondrée le 26 juillet à l’occasion d’un vote sur le tourisme, grâce à un amendement qui avait été proposé par Forza Italia. Cet amendement refusait que des fonds régionaux aillent aux hôtels qui, plutôt que recevoir les touristes, accueillent des migrants.

    Devant une telle règle de bon sens, et grâce au vote secret, même des conseillers de la majorité ont pu voter conformément à leur sentiment d’apartenance sarde. Mais cela n’a pas suffit à calmer les esprits.

    Le 30 juillet, à Sassari, une villa, qui devait devenir un centre d’accueil pour migrants, a été attaquée par quelques individus qui ont mis le feu aux matelas qu’on avait amené quelques jours plus tôt.

    La colère des citoyens du Latium et du Nord de l’Italie

    Et pourtant, la Sardaigne n’est pas un cas isolé. Le 25 juillet, à Rocca di Papa, aux portes de Rome, une bombe a été lancée contre le mur d’enceinte d’une structure d’accueil destinée à héberger 500 Nord-Africains. En mai 2015, toujours dans la province de Rome, des habitants de Marino, avaient fait irruption dans un immeuble qui, sur décision de la préfecture, avait été choisi pour loger 78 réfugiés.

    D’autres faits similaires se produisent aussi dans le Nord. En Vénétie, il y a environ une semaine, des jeunes gens ont lancé trois feux de bengale contre le centre d’accueil extraordinaire "La Verdiana di San Vito di Legnago" dans la province de Vérone. Le 17 février de cette année, à Aselogna di Cerea, toujours près de Vérone, une bombe a explosé contre le portail d’une structure qui abrite une vingtaine de requérants d’asile. A la fin octobre 2016, à Prada di San Zeno di Montagnaun, un ancien hôtel a été touché par deux bombes artisanales. En décembre de la même année, au Frioul, une lettre de menace a été envoyée au syndic de Turriaco et une bombe incendiaire a été retrouvée dans les jardins de la rue du 5 Juin, à côté de l’ancienne caserne des carabiniers où devaient être accueillis 12 migrants.

    Et, beaucoup plus récemment, des actes similaires se sont produits en Lombardie. Une attaque à coup de cocktails Molotov contre l’hôtel Eureka à Vobarno, (province de Brescia). Ces évènements ont eu lieu début juillet et ont provoqué un incendie qui a détruit le rez-de-chaussée de cet hôtel qui devait recevoir des requérants d’asile. La même méthode a été utilisée fin mars pour endommager une petite villa à Cumignano sul Naviglio (province de Cremona).

    Même au Piémont il y a eu des conflits entre Italiens et migrants. En novembre 2016 des Turinois, exaspérés par une situation qui se dégrade de plus en plus, ont lancé deux engins explosifs contre les bâtiment ex Moi, occupé depuis des années par des centaines de nord-africains lesquels sont tout de suite descendus dans la rue où il y a eu de très violents affrontements. En septembre, une enveloppe contenant un engin explosif a été envoyé à l’agence de Voyage 747 qui s’occupe d’organiser le rapatriements de migrants.

    Dans les régions gouvernées par gauche, la colère contre les migrants monte au son d’engins explosifs

    La "rouge Emilie" elle aussi a prouvé qu’elle n’en peut plus de cette arivée continue de migrants. Le 19 juillet, à Forli, deux bouteilles incendiaires ont été lancées sur le Cas (centre d’accueil extraordinaire), géré par la Croix Rouge qui hébergeait un seul migrant. En février, au centre d’accueil de Spadarolo, à Rimini, on a lancé des bouteilles : une vitre a été cassée et les ordures ont été éparpillées ce qui a sali les murs du bâtiment et le jardin. En mai 2016, à Parme, le siège d’un centre d’accueil pour réfugiés où vivaient une vingtaine de personnes, avait aussi été pris pour cible.

    Dans les Marches, la plupart des agressions ont eu lieu en 2016, l’année où, à Fermo, Emmanuel Chidi a été tué suite à une dispute. Avant cet épisode, déjà une certaine intolérance montait face à l’arrivée continuelle de migrants. Cela s’est vérifié dans les premiers jours de mai avec un incendie volontaire contre l’hôtel Mark à Frontignano, qui était fermé depuis 10 ans et devait accueillir des réfugiés.

    A Montottone, un petit village de la province de Fermo, une bombe a explosé devant l’église Santa Maria à l’endroit où sont accueilli les réfugiés. L’auteur de ce geste avait déjà sévi en avril à San Marco alle Paludi di Fermo.

    Au Sud de l’Italie

    Si on descend dans le sud de l’Italie, la situation n’est pas différente. En Calabre, à San Fernadino, un incendie probablement volontaire s’est déclaré début juillet dans un village de tentes. Toujours à San Fernandino, entre le 10 décembre et le 3 janvier 2016, 6 nord africains ont été agressés aux alentours de la date anniversaire de la révolte de Rosarno.

    Dans les Pouilles, le dernier épisode de violence a eu lieu début juin quand une bombe a explosé près d’un centre d’accueil extraordinaire à Ginosa (province de Tarente).

    Source : ilgiornale.it

    Traduction D. Borer pour les observateurs.ch

    http://lesobservateurs.ch/2017/08/04/italie-des-bombes-contre-les-migrants-nous-risquons-actuellement-la-guerre-civile/

     

     

  • A votre avis: pourquoi baisse-t-on les APL de 5 €/mois?

    Pour financer les HLM et les réfugiés!!!

    Le ministère du Logement va devoir économiser 225 millions d'euros sur les aides personnalisées au logement (APL), selon le projet de budget pour 2016 dévoilé mercredi.

    Ces mesures d'économies compenseront des dépenses supplémentaires prévues l'an prochain: 150 millions d'euros d'"aides à la pierre" (subventions aux bailleurs sociaux pour la construction de HLM) en plus, et 120 millions pour renforcer les capacités d'accueil des réfugiés, selon l'entourage de la ministre du Logement Sylvia Pinel.

    Les APL, très connues et octroyées sous conditions de ressources, sont aussi le principal poste de dépenses du ministère du Logement pour un montant de 15,5 milliards d'euros. Selon le projet de budget, elles seront rabotées de 225 millions en 2016 et de 314 millions en 2017 par trois mesures d'économies cible.

    Le patrimoine des bénéficiaires entrera dans le calcul du revenu fiscal de référence, et un loyer plafond sera fixé, à un niveau "très élevé", à partir duquel l'APL sera dégressive. Enfin les salariés de moins de 25 ans ne bénéficieront plus d'une dérogation qui leur était favorable: leur revenu annuel réel sera désormais pris en compte et non plus leur première fiche de paie.

    Environ 500.000 ménages, sur les 6,5 millions de bénéficiaires des APL, seraient concernés.

  • Vi, je suis facho! la preuve? je suis brune!!!!

    Pour un journaliste de Marianne, ceux qui émettent des critiques à l’encontre de Sibeth Ndiaye sont des " fachos "

    Thomas Vampouille est " journaliste politique " à l’hebdomadaire de gauche Marianne.

    Sibeth Ndiaye est la conseillère en communication du président Emmanuel Macron.

    Les fachos jamais à court: après avoir pissé sur la mémoire de Simone Veil, ils s'en servent tranquillou pour vomir contre Sibeth Ndiaye

     

        — Thomas Vampouille (@tomvampouille) August 2, 2017