Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 2

  • Ce pays est foutu

    Avignon: le lancer d’élèves interdit à la Trillade

    Il n’empêche, depuis la mi-septembre, deux affichettes attachées sur le côté du portail de l’établissement servent de support à un message clair, qui laisse incrédule…

    Dessin à l’appui, on peut lire sur la première: “Je ne lance pas mes enfants par-dessus le portail !” Et la seconde de préciser: “Quand je suis en retard, je reviens à 10 heures, ou 15 heures”.

    “Des parents qui arrivaient après la sonnerie jetaient littéralement leurs enfants”, assure Sanaa Meziane en étouffant un rire nerveux qui trahit sa consternation.

    […]

    L’article dans son intégralité sur La Provence

    _________________________

    Crétin un jour, crétin jusqu'au bout!

    Hommage à De Gaulle: Macron fait une faute de conjugaison sur le livre d’or

    "Les traces qui nous permettrons": Emmanuel Macron rend hommage à de Gaulle et fait une faute de conjugaison

    Le président a écrit un court hommage au général de Gaulle dans le livre d’or de la maison. Voici le texte, tel qu’en lui-même: "Cinquante ans plus tard, le souvenir vivace du Général de Gaulle demeure une source d’inspiration pour notre Nation, notre République. Puissions nous trouver en ces lieux, en ses choix, les traces qui nous permettrons (sic) de bâtir notre action pour la France. En fidélité."

        "Les traces qui nous permettrons"…

        Emmanuel Macron, président de la République française

        9 novembre 2020 pic.twitter.com/jENbhceELw

        — René Chiche (@rene_chiche) November 9, 2020

    www.lefigaro.fr

    ____________________________

    Lannion (22): Ils avaient séquestré un couple de septuagénaires, 4 individus originaires de Montreuil interpellés, “l’un a été mis en cause par la police 95 fois, un autre 56 fois”

    Le 31 mai 2020, un couple de septuagénaires avait été séquestré à son domicile de Lannion. Les quatre malfaiteurs étaient repartis avec leur collection de pièces de monnaie en argent.

    Les auteurs présumés, originaires de Montreuil, en région parisienne, ont été interpellés le 3 novembre par la police judiciaire de Paris. "80% du butin a été retrouvé", annonce Daniel Kerdraon, à la tête du commissariat de Lannion.

    Les quatre individus, âgés d’une trentaine d’années, ont été écroués à l’issue de leur garde à vue. Leur casier judiciaire est déjà bien chargé. "L’un a été mis en cause par la police 95 fois, un autre 56 fois", énumère le commandant.

     (…) Le Trégor

    _______________________________

    Mons-en-Baroeul (59): Émeutes urbaines, 40 tirs de mortiers contre pompiers et policiers, aucun “jeune” interpellé

     

       

  • La seconde vague arrive, mais c’est celle des suicides

    Une catastrophe annoncée

    En France environ 9 000 décès par suicide ont été comptabilisés en 2019 par Santé Publique France. Les confinements et tout particulièrement le second risquent d’en faire exploser le nombre. Nous avions déjà signalé ce risque connu mais malheureusement l’actualité confirme nos craintes : la vague de suicide commence à déferler.

    Ce n’est que le début

    Les suicides secondaires à un traumatisme surviennent après la crise ; nous n’en sommes donc qu’au début

    À Reims

    Le père Stephan Lange, installé en France depuis vingt-six ans est devenu le curé de Saint-André, à Reims. Il s’alarme sur FR3 "Je n’avais jamais vécu ça. En deux semaines, j’ai célébré cinq messes de funérailles à la suite de suicides: une maman de trois enfants, une jeune fille de vingt-cinq ans, une maman de quarante ans, mère de six enfants, un papa de cinquante-deux ans et une personne âgée”.

    En Creuse les suicides ont quasiment doublé

    Selon le parquet de Guéret, le nombre de suicides a quasiment doublé depuis le début du confinement. " Habituellement, il y a un ou deux suicides par semaine, indique le substitut du procureur. Là, nous sommes à deux ou trois par semaine. Même si on reste sur de petits chiffres. Depuis le début du confinement, la tendance est à la hausse, avec davantage de situations de personnes isolées, vulnérables, plutôt âgées, qui décèdent par arme à feu ou pendaison. "

    Le Dr Navarre, psychiatre au CH du Rouvray à Sotteville-lès-Rouen, nous rappelle dans un article publié le 25 mars 2020 dans le journal " 20 minutes " ce que chacun sait déjà : " le confinement n’est pas anodin au niveau psychologique (…), certains vont ressentir une impression de vide ", et évoque " l’angoisse du confinement ".

    le Dr Bocher, chef de service au CH de Nantes, affirme à FR3 Pays de la Loire le 30 mars " Coronavirus : le confinement va à l’opposé des principes de soin dans les hôpitaux psychiatriques (…) On ne connaît pas les conséquences du confinement sur des personnes sujettes aux angoisses " " Les psychotropes risquent d’entraîner des difficultés respiratoires ", alerte le Dr Rachel B. " Du pain béni pour le covid-19 " ajoute t-il.

    Ce risque de suicide du confinement n’épargne personne, même les jeunes a priori bien partis dans la vie tel cet étudiant de HEC qui s’est suicidé sur son campus de la région parisienne. Ni les personnes à la retraite telle cette femme de Sainte-Radegonde.

    Une enquête réalisée entre le 23 et le 25 mars par BVA pour le compte de Santé publique France auprès de 2 000 personnes : " a révélé que 27 % des répondants se trouvent dans un état d’anxiété. Un chiffre à comparer aux    13,5 % mesurés hors période épidémique " lors du Baromètre santé 2017.

    Et s’observe dans tous les pays ou le confinement a été imposé : USA, Grande- Bretagne, Australie, Inde.

    Les raisons diverses du mal-être

    Les adolescents privés de leurs premières amours sont complètement déprimés, le téléphone et même Skype et/ou FaceTime, Instagram ou WhatsApp ne pouvant en rien remplacer l’intimité qu’ils commençaient à découvrir. Même leur école et leurs professeurs en chair et en os, qu’ils critiquaient souvent, leur manquent cruellement.

    Les conséquences mentales sur des personnes saines habituellement, parfois psychologiquement fragiles et persuadées d’être confrontées à un danger de mort imminente, sont importantes et seront souvent durables dans le temps… La durée de la quarantaine est significativement liée à l’augmentation des symptômes dans toutes les études. Le nombre des personnes décompensées va s’accroître avec la durée du confinement et le renforcement quotidien de l’hystérie et de la psychose entretenues par le ministère de la Santé, le Président ou son Premier ministre et diffusées servilement par les médias.

    " L’histoire de l’invocation de mesures de quarantaine est ternie par des menaces, une peur généralisée, un manque de compréhension, des discrimination, difficultés économiques et rébellion. (…) La mise en quarantaine peut créer de graves problèmes psychologiques, émotionnels et financiers pour certaines personnes ". Cette étude ne portait pourtant que sur la quarantaine des personnes malades qui, de ce fait comprennent le            bien-fondé de leur isolement et en connaissait la durée limitée…

    Les séquelles de l’assignation à résidence aveugle pour des durées indéterminées des populations italiennes, espagnoles et françaises (moins conditionnées à la dictature que la Chine) seront certainement beaucoup plus lourdes.

    Les suicides liés à la crise économique du confinement

    D’après une enquête Ifop pour la fondation Jean-Jaurès réalisée fin septembre et résumée dans le Figaro, les dirigeants d’entreprise, les artisans-commerçants, les jeunes et les chômeurs sont les populations les plus à risque de suicide. L’enquête relève trois catégories socio-professionnelles très touchées : les dirigeants d’entreprises dont 27 % ont eu l’intention réelle de se suicider en 2020, les artisans-commerçants, dont 25 % l’ont aussi souhaité, et les chômeurs (27 %). Parmi les artisans-commerçants qui ont envisagé une tentative de suicide, 42 % disent être passés à l’acte, avec une hospitalisation. " Cette proportion représente le taux le plus élevé de notre enquête et donne à voir la gravité particulière de ces situations qui devraient alerter les pouvoirs publics ", soulignent les auteurs.

    Dans un rapport publié le 8 mai , des chercheurs américains affirment qu’il y a trois principaux facteurs en jeu dans l’augmentation des décès par désespoir liés au confinement :

    –  Échec économique avec chômage massif

    –  Isolement social obligatoire pendant des mois et isolement résiduel possible pendant des années

    –  Incertitude causée par l’émergence soudaine d’un nouveau microbe.

    Pour déterminer leur projection ils ont utilisé des indices historiques des situations similaires dans le passé et en particulier la Récession de décembre 2007 à juin 2009 comme référence. Au cours de cette période, une flambée du chômage a contribué aux décès par suicide et aux décès par surdose de drogue.

    Ils concluent qu’une reprise rapide de l’économie pourrait entraîner aux USA environ 28 000 décès supplémentaires de désespoir, tandis qu’un rétablissement lent pourrait entraîner plus de 150 000 décès. Les auteurs de l’étude croient que le scénario le plus probable se situe quelque part au milieu avec environ 75 000 décès supplémentaires.

    En France, les confinements successifs nous placent dans la plus mauvaise situation de reprise économique et c’est 25 000 morts de désespoir qu’il faut craindre.

    Le confinement aveugle ne diminue pas la mortalité du Covid-19 mais cause beaucoup de victimes collatérales par défaut de soins et de futurs morts de désespoir.

    Quand est-ce que le gouvernement mettra fin à cette mesure stupide qui réalise un véritable suicide économique mais aussi humain dans des catégories les plus actives?

    Gérard Delépine

    Source:

  • J'ai été ce que vous êtes, vous serez ce que je suis!

    Plutôt que du covid-19, les personnes âgées mourront plus facilement de dépression aiguë due à la solitude implacable du confinement, de tristesse de ne plus voir personne, de ne plus parler à âme qui vive tout simplement.

    Elles mourront aussi de diminution de leur autonomie du fait de toutes les restrictions dans leurs déplacements. La promenade chaque jour est un impératif pour celles qui sont encore valides.

    Dans les Ehpad déshumanisés, car trop aseptisés, la maltraitance des personnes âgées ne consiste pas seulement à les laisser longtemps dans des couches souillées, à déposer les plateaux repas devant leurs portes, à les piquer au Rivotril, à refuser de les transférer à l’hôpital sous prétexte que les soins sont lourds.

    Elle consiste aussi à faire insidieusement le vide autour d’elles. Pourtant seules les interactions les maintiennent en vie. Ce qui est vrai pour tout le monde.

    Dans certaines maisons de retraite, pourtant au prix exorbitant, on refuse de laisser les personnes âgées handicapées prendre leur déjeuner dans le restaurant de la maison, car la vue d’un déambulatoire ou d’un fauteuil roulant pourrait choquer les valides. Cachez-moi ces vieilles personnes que je ne saurais voir.

    Cette vieille dame dans un Ehpad a de la famille, qui habite tout près et qui pourrait facilement venir la voir plusieurs fois par jour. Mais voilà, l’Ehpad a suspendu temporairement toute visite.

    La vieille dame est toute seule dans sa chambre, elle ne lit plus car ses yeux sont mauvais, n’écoute pas la radio car elle entend mal, ne regarde pas la télévision. Elle a les yeux fixés sur la porte en attendant qu’elle s’ouvre sur n’importe qui ou n’importe quoi.

    Même le divertissement au sens pascalien lui est interdit.

    Fixer la porte, c’est son unique occupation, en attente de visites qui ne viennent pas. Si elle ne commence pas à avoir des visions, des hallucinations, car fixer toujours le même point y est propice, elle aura de la chance.

    C’est son fils déjà à la retraite qui le relate. Il est catastrophé. Un ami lui a dit qu’il fallait qu’il s’impose car nul n’a le droit de l’empêcher de voir sa mère et il ne doit pas se laisser faire. Mais il ne sait pas ce qu’il va décider. Il a une forme de soumission.

    Ce n’est pas étonnant avec le matraquage des médias. Il a peur de s’imposer dans l’Ehpad. Peur du "qu’en-dira-t-on". Peur de pulvériser la quiétude ouatée des lieux. La quiétude sur ordre, qui dissimule un certain nombre de scandales.

    Dans ce couple, le mari approchait des 90 ans et était depuis bien avant le covid dans un Ehpad, il avait une "longue" maladie. Depuis le covid, son épouse de 86 ans le voyait seulement une heure par semaine. Alors tous les jours elle allait le voir au pied de sa fenêtre, par tous les temps, ce qui parfois représentait un exploit pour cette frêle vieille dame marchant avec difficulté.

    Le jour de la mort de son mari, elle a pu aller le voir, mais elle n’avait pas le droit de le toucher. Il lui a demandé de l’embrasser, mais on le lui a interdit. Il est mort l’heure d’après. De quel droit le personnel soignant s’est-il introduit en gendarme dans l’intimité de ce couple ?

    Le souvenir le plus récent qu’elle ait de lui, c’est une photo prise en cachette des infirmières, une photo volée, où ils se tiennent par la main. Un couple qui a plus de soixante ans de mariage et qui est contraint de se dissimuler.

    Il est vrai que la mort est escamotée à notre époque. Il ne fait pas bon en parler, encore moins la montrer. Et pourtant ce serait apaisant pour tous de la regarder en face. De pouvoir l’évoquer. Une attitude de vérité, une attitude d’hommes et de femmes debout.

    Il serait tellement plus humain de prendre son temps pour saluer la personne juste après son décès. Mais maintenant, la législation l’interdit. Une amie a perdu son mari d’une crise cardiaque, chez eux. Dans l’heure, les services ad hoc sont venus kidnapper le corps, l’envelopper dans une housse étanche et l’enfourner dans une ambulance en direction du funérarium. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elle était dépossédée de son mari.

    Dans les hôpitaux, les maisons de retraite, l’habitude des soignants est de dissimuler le corps sous des cartons et de le sortir en cachette de sa chambre.

    Je me souviens du décès d’une vieille tante. Ses proches voulaient lui faire un dernier adieu dans sa chambre. Ils ont dû se lever à quatre heures du matin pour la voir avant six heures du matin car à six heures on la dissimulait sous un empilement d’oreillers et on l’escamotait par une porte arrière avant le réveil des autres vieilles personnes.

    Pour ses proches déjà âgés eux-mêmes, ce dernier rendez-vous, quasi nocturne, avait été extrêmement difficile à avaler.

    Chuut, il ne fallait rien savoir, rien montrer de son décès, il ne fallait rien en dire. Encore moins l’annoncer aux autres malades, cela leur aurait, prétend-on, cassé le moral. Ce qui n’est pas prouvé. Comme si refouler l’idée de la mort, la faire disparaître de l’inconscient personnel ou collectif, la supprimait.

    Mais Épicure ne disait-il pas: "tant que nous existons nous-mêmes, la mort n’est pas, et quand la mort est là, nous ne sommes plus ".

    On doit toujours pouvoir dire la vérité, et connaître la vérité ne peut que nous dynamiser.

    À Montpellier, raconte Marie de Hennezel dans son dernier livre "L’adieu interdit", on fait au contraire une haie d’honneur aux personnes qui viennent de décéder. Ce qui réconforte ceux qui restent. Car pourquoi ce tabou sur la mort? Les personnes âgées savent bien qu’elles vont mourir, ce n’est pas la peine de leur mentir ni de se mentir.

    Source:

  • On se pose des questions

    1) Pourquoi ne nous communique-t-on pas les vrais chiffres des décès dus au seul coronavirus?

    2) Pourquoi ne "mettons-nous pas le paquet" sur la recherche de soins adaptés à la maladie à son origine? Pourquoi ne parle-t-on jamais des solutions existantes et expérimentées qui ont donné ou peuvent donner des résultats: antibiotiques, corticoïdes, cortisone, interféron, artemisia etc.? Pourquoi la mise en œuvre du protocole hydroxychloroquine associée à un antibiotique (qui a fait ses preuves pour enrayer l’attaque virale de la covid-19, avant déclaration de son infection) a-t-elle été écartée au profit d’un remdésivir, seul remède reconnu officiellement mais qui n’apporte rien?

    3) Pourquoi nous parle-t-on sans arrêt des tests et de vaccin en se détournant des traitements avant mise sous respirateur par intubation?

    4) Pourquoi les circulaires sur l’administration du procédé euthanasique du Rivotril ont-elles été publiées au détriment de l’utilisation des places vides dans les hôtels pour aménagement des respirateurs artificiels avec rappel du ban et de l’arrière-ban de tous les soignants possibles, y compris les médecins libéraux et militaires?

    5) Pourquoi le plan de prévention et de lutte contre le risque de pandémie, proposé par l’ex-ministre de la santé de M. Douste-Blazy, le 13 octobre 2004, a-t-il été abandonné, sans raison valable?

    6) Pourquoi nous fait-on miroiter l’apport d’un vaccin contre la covid dans les mois qui viennent alors que l’on sait que la mise au point définitive d’un vaccin opérationnel et agréé demande entre 3 et 9 ans?

    7) Pourquoi n’a-t-on pas publié les résultats des effets secondaires possibles (notamment infections bactériennes) de masques portés sur le visage pendant des heures, voire ré-utilisés pendant des jours?

    8) Pourquoi ces mesures de confinement incohérentes (un seul exemple: boucheries et boulangeries restent ouvertes alors que leur fréquentation est multipliée par 10 voire 100 par rapport aux magasins de vêtement ou aux librairies) ont-elles été prises? Pourquoi un gouvernement peut-il prétendre connaître quels sont les besoins essentiels à satisfaire de chacun d’entre nous?

    9) Pourquoi les frontières n’ont-elles pas été fermées pour au moins 6 mois?

    10) Pourquoi empêche-t-on les gens d’aller se promener en plein air (forêt, campagne, bord de mer, campagne) sans regroupement et en respectant les gestes, dit “barrières”, ou encore d’aller cultiver leur jardin?

    11) Dans l’examen de la balance coût/risque, pourquoi s’acharner à sauver coûte que coûte quelques dizaines de milliers de morts par un endettement colossal? Qui remboursera cette dette quand l’économie de la France sera exsangue (20% d’un PIB de 2 500 milliards = 500 milliards, soit pour 500 000 décès 1 000 000 d’euros ou pour 50 000 décès 10 000 000 d’euros le coût du décès !)?

    12) Enfin, si l’OMS indique que le masque permet de protéger le porteur en bonne santé (c’est ce qu’assure Véronique Merle, médecin hygiéniste au CHU de Rouen et professeure de santé publique, à actu.fr: "Je ne sais pas d’où vient cette rumeur du masque chirurgical qui ne protégerait que dans un sens. […] Le masque chirurgical, en papier ou en tissu, protège les autres… Mais aussi celui qui le porte!"), de deux choses l’une: ou cette affirmation de protection est exacte et alors il ne sert à rien de confiner l’ensemble de la population, dans la mesure même où chacun est désormais tenu de porter un masque dès qu’il sort de chez lui (transport, travail, magasin, air libre) ou elle est inexacte et il conviendrait dans ces conditions de mettre en place un confinement intégral, pourquoi ces demi-mesures ont-elles été prises?

    13) Pourquoi n’avons-nous jamais eu d’informations sur l’application du couvre-feu puis des confinements et re-confinements aux "territoires perdus de la République"?

    14) Pourquoi ne parle-t-on jamais des difficultés des personnes portant des lunettes à devoir supporter un masque étant donné l’embuage des verres qui gêne considérablement la vue?

    Voir plus bas, mon astuce*

     

    15) Pourquoi aucun député n’a-t-il posé aucune question prioritaire de constitutionnalité (QPC)  des inégalités de traitement, en matière de confinement, des différents types de commerce?

    Patrick Verro

    source:

     

    MON ASTUCE

    Lorsque je mets le masque, je tourne la bride sur elle-même avant de la poser derrière l'oreille d'un part et j'appuie bien le masque sur le visage pour bien l'appliquer (voir photo)

    Je n'oublie pas bien sûr AVANT de plier le barrette avant de poser le masque sur le nez sinon, chaque fois que vous parlez, le masque descend....

    On ne met pas son masque sur le menton (bactérie), on le laisse pendre sur une oreille et on attrape le cordonnet pour le remettre en place

    Vous éviterez ainsi de mettre des virus sur vos mains

    On passe ses mains au gel AVANT la pose et APRÈS avoir retiré le masque

  • Juges: des fous sectaires de la gauchiasse

    Procès de l’attentat contre Charlie Hebdo:

    Zineb El Rhazoui doit quitter la salle d’audience parce qu’elle porte un chapeau "Est-ce qu’on demande aux voilées d’enlever leurs voiles?"

     

        Dans quelques minutes mon avocat @MontbrialAvocat plaidera pour moi au #ProcesAttentats2015 et je vais rater sa plaidoirie. @E_DupondM, quelle est cette salle d’audience où des voilées sont montées à la barre avec leur voile et où on sort une partie civile à cause d’un chapeau?

    https://t.co/lkhOpXYw3T

        — Zineb El Rhazoui (@ZinebElRhazoui) October 29, 2020

     

  • Le choix entre deux patients, ou comment mieux tuer les Français?

    Une phrase du discours de Macron m’a particulièrement fait dresser l’oreille sur la lénifiante et macronesque 2: " les choix devront-ils être rendus obligatoires?".

    Il a ajouté que non, bien sûr. Avec comme argument quelque chose comme "pas le genre de la France". Mais quand Choupinet dit non, on sait ce que cela peut vouloir dire: juste le contraire.

    Le docteur Mascret a ensuite donné ses explications, et bingo, il a déclaré que les soignants seraient " obligés de faire des choix. " À cet énoncé d’une voix normale comme s’il était question de la pluie ou du beau temps, on frémit d’indignation.

    Une personne de ma famille a fait l’objet d’un tel choix sur un terrain de bataille de la Première Guerre mondiale. Gazé, blessé, une équipe médicale a décidé de le laisser là où il était. De le laisser mourir sur place, sans assistance. Heureusement il a reconnu un médecin de l’équipe, l’a hélé, a été ramassé, et a survécu à ses blessures pendant trente ans.

    Nous y sommes. Entre deux patients, l’un âgé de plus de 65 ans mais ayant tondu sa pelouse dans la semaine, fait ses courses, son sport etc., mais atteint de diabète ou ayant des stents, et un autre plus jeune, musulman et nouveau venu en France peut-être, le choix sera vite fait.

    Le plus âgé sera laissé sur le champ de bataille. Et on ne le dit pas, mais il sera sur-le-champ mis dans un cercueil fermé et sa famille ne pourra pas le voir.

    Les critères de choix seront: l’âge du patient, ses fragilités, ses comorbidités, s’il a par exemple une maladie chronique, son état neurocognitif et la gravité de sa situation. La décision sera prise au cas par cas et après concertation entre les médecins.

    Le choix sera vite fait entre un jeune mineur non accompagné fraîchement débarqué de son Afghanistan natal, un couteau dans sa poche et venu pour en jouer sur les kouffars, n’ayant jamais cotisé, ne parlant pas un mot de français, inintégrable et inassimilable, incapable de quelque travail, soutenu par sa communauté, et un Français de souche ayant des responsabilités, ayant cotisé toute sa vie, utile à la société et abandonné par la bienpensance. C’est le "jeune" qui sera choisi.

    Dans la période de mars à mai derniers, tout porte à croire que de tels choix ont été effectués. On a même vu, sur une des vidéos qui circulent, un patient être mis de côté et c’était poignant car on l’avait entendu parler et il avait toute sa tête.

    Les médecins sont soumis au code de déontologie des médecins et prêtent le serment d’Hippocrate avant de commencer à exercer la médecine. Le serment d’Hippocrate date de 450 environ avant J.-C. Il a plusieurs versions mais toutes s’opposent à un choix quelconque.

    La première version dit ceci: " je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice".

    L’injustice, c’est d’abandonner un patient.

    Le serment du conseil de l’Ordre des médecins de nos jours dit ceci:

    "Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions (…)

    J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance… (…)

    Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me le demandera".

    Un engagement à donner des soins à quiconque le demandera: le médecin ne peut donc pas abandonner un malade.

    Mais de nos jours certains médecins donnent tellement de coups de canif au serment d’Hippocrate (en particulier en pratiquant l’avortement et l’euthanasie de manière extensive) qu’ils ne sont plus à cela près…

    Le métier de médecin est devenu celui de tous les dangers. À la fois par la judiciarisation qui les guette à chaque instant et à la fois par ces coups de canifs au serment d’Hippocrate. Et par l’abandon et la mise au pilori qui est leur lot dès lors qu’ils tiennent tête au politiquement correct.

    Mais surtout, de nos jours, par l’incompétence du pouvoir, qui les met au pied du mur. Ce pouvoir qui a supprimé quantité de lits ces dernières années. Le spécialiste Jean-Dominique Michel parle de 68 000 lits en quinze ans.

    Ce pouvoir qui continue à laisser entrer en France tous les jours des migrants qui nous coûtent " un pognon de dingue " pour mettre le bazar, la délinquance dans notre société et ne nous apporter que des problèmes colossaux.

    Ce pouvoir qui dilapide notre argent. Fraudes massives à la sécurité sociale, retraites données à des cent-vingtenaires en Algérie. AME. Caf. Et tout ce papier-monnaie distribué aux Africains en veux-tu en voilà.

    Cette malhonnêteté de l’Europe qui, tous ces derniers temps, a demandé aux pays membres de réduire drastiquement leurs dépenses de santé mais d’accueillir toute la misère du monde.

    Cette perversion du pouvoir qui interdit de soigner à l’hydroxychloroquine et azithromycine. Si cela marche bien à Marseille, pourquoi ne pas le permettre partout?

    Le médecin, sauf celui inféodé au politique et ayant perdu son indépendance, ce qui le rend pitoyable pour ne pas dire plus, est quelqu’un de très seul aujourd’hui. Mais c’est surtout le malade qui ne doit pas être livré seul à des gens qui ont perdu toute conscience.

    " Science sans conscience n’est que ruine de l’âme " (Rabelais). Avons-nous oublié nos fondamentaux?

    Sophie Durand

    Source:

Blog d'une Française de FRANCE: vive la laïcité, vive la FRANCE et la République Française!