Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 2

  • Que les de Rugy me le montrent, ce sèche-cheveux!

    C’est la photo que je préfère – 46 ans et des goûts de barbon

    LCI. Des présentateurs retors y débattent pendant des heures avec des invités triés pour leurs opinions. Quand il n’y a rien à raconter, on prédit, on devine, on imagine, on interroge sur ce qui pourrait être, on se demande ce qui va se passer, ce qui pourrait arriver si. Pendant des heures. Question de remplir. En revanche, dès qu’on entend parler d’un scandale, il est facile, confortable de s’y connecter. J’ai donc suivi hier midi une partie des débats tortueux au sujet du ministre de la transition gastronomique et œnologique. Ivan Rioufol était un des seuls à avoir une opinion sensée, je ne connais pas vraiment les autres, Eugénie Bastié, journaliste du Figaro, m’a agacée dès la première minute. Avant de poursuivre, je précise que je ne suis pas française et j’ai de nombreuses lacunes en politique. Je vais vous donner mon avis simpliste de mère de famille nombreuse en vous demandant de faire preuve de bienveillance.

    Bon, c’est malhonnête, c’est carrément dégueulasse de pénaliser les français, de leur faire la leçon, de les empêcher de consommer, de les obliger à se débarrasser de leur vieille Diesel, de les frapper de lourdes taxes environnementales et de s’empiffrer de homard à leur frais. Révoltant. Méprisable. Intolérable. Même si le coûteux crustacé était réservé aux copains. Monsieur le ministre n’aime pas ça ! Il a une intolérance. Il n’aime pas les huîtres, il ne prend pas de champagne, il déteste le caviar ! Le champagne lui donne mal à la tête. Même financé par l’argent public?

    Je ne vous parlerai pas des coûteux travaux réalisés aux frais du contribuable (60.000 euros de travaux "de confort", au total, dont presque 17.000 euros pour la réalisation d’un dressing), ni de l’occupation d’un logement social à Nantes, encore moins de la mise en service d’un troisième chauffeur pour conduire le rejeton de madame à l’école.

    Mais bien du sèche-cheveux doré à la feuille d’or. Décidément, les cheveux des présidents font beaucoup parler d’eux. Moins ils en ont, plus ils coûtent cher. Si vous jetez un coup d’œil à la photo du ministre attablé devant une nappe parsemée de cœurs et de pétales de roses rouges (on y verrait bien Shirley Tempel) vous aurez remarqué que son crâne se passerait sans problème de sèche-cheveux. Il était pour son épouse, probablement, la blonde échotière de GALA, magazine féminin people dont la partie actualité est consacrée aux stars et aux célébrités. La revue compte plus de 2,6 millions de lecteurs dont la grande majorité sont des femmes avides de clabaudages. Cette dernière aurait acquis un sèche-cheveux doré à la feuille d’or pour la modique somme de 499 euros, aux frais de l’Assemblée nationale.

    "Qu’ils me le montrent, ce sèche-cheveux!".

    Une phrase qui va rejoindre le " Benalla n’est pas mon amant!". dans les annales de LaRem.

    https://www.lci.fr/politique/aujourd-hui-dans-24h-pujadas-francois-de-rugy-sur-un-siege-ejectable-2126752.html

    Ce qui me fait tiquer, en revanche, c’est que c’est précisément Edouard Philippe qui se permet de le convier et de le sermonner, le ministre le plus dispendieux, le plus prodigue de la Ve République ! (Certes, on raconte que dernièrement, il avait fait servi de simples sandwiches lors d’une réunion, mais cela pèse-t-il par rapport à ses dépenses folles?)

    Une députée pointait notamment les dépenses excessives des services du Premier ministre, qui s’élèvent à 19 millions d’euros, alors qu’elles ne comprennent que la moitié des effectifs de personnel, les autres personnels étant mis à disposition par différents ministères. Les membres de ce personnel sont répartis dans cinq hôtels particuliers du 7e arrondissement de Paris et leurs dépenses hors-loyers atteignent les 4,4 millions d’euros par an. "

    https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/video-une-deputee-passe-au-crible-les-depenses-du-cabinet-du-premier-ministre_3010745.html

    Le Premier ministre dispose d’une protection renforcée d’une quarantaine de personnes et d’un nombre important de personnel affecté à la sécurité des bâtiments, (136 personnes). Le nombre de chauffeurs lui, est modéré (14 au total).

    https://www.ouest-france.fr/politique/gouvernement/gouvernement-philippe-des-remunerations-choquantes-dans-douze-ministeres-6062428

    Je vous rappelle son voyage à 350 000 euros (Nouvelle Calédonie).

    Un communiqué avait même été nécessaire pour le rappeler à l’ordre : Il est assez croustillant de rappeler l’existence de la circulaire du 24 mai 2017 relative à une méthode de travail gouvernemental, exemplaire, collégiale et efficace signée par Edouard Philippe lui-même (le tartufe !) qui demande aux membres du Gouvernement d’adopter un comportement modeste et insiste sur l’usage des deniers publics pour le strict accomplissement de la mission ministérielle.

    Le comble de l’hypocrisie, le summum de la duplicité, venir jouer au moralisateur tout en jetant par les fenêtres l’argent durement gagné par les français?

    Je reviens aux remarques stupides de la jeune Eugénie " Nous n‘allons tout de même pas servir des plateaux-repas "? Et pourquoi pas?

    Nous n’allons tout de même pas nous mettre au niveau des Allemands et des Suédois ! Et pourquoi pas?

    En Suède, en Suisse, les ministres prennent le bus. Sont-ils moins valables que ceux de Macron?

    Macron : pédale (pardon gay) notoire, entretient des relations douteuses avec un simulateur marocain.

    Castaner, ancien pilier de bastringue, abuse de la Vodka, flirte ouvertement avec une inconnue alors que dans la rue, les français, mourant de faim, protestent à grands cris.

    Schiappa, auteure de romans cochons, se mêle de tout, surtout de ce qui ne la regarde pas.

    Belloubet veut libérer 57 djihadistes avant 2020. Les prisons françaises sont des passoires.

    Nyssen cumulait les scandales.

    Blanquer, lui, veut qu’on enseigne l’arabe partout.

    Une bande de misérables véreux et menteurs. A déloger de toute urgence.

    Chez nous en Belgique, je ne vous dis pas, c’est exactement la même chose, mais nettement moins divertissant. Moins cool. Nous avons bien une ministre de l’éducation soularde notoire, qui conduit sous l’influence de l’alcool, se fait pincer à répétition mais continue à donner des leçons (je ne sais pas vous, mais moi, je serais MORTE de honte), une ministre de la santé gravement malade, tout récemment un ministre flamand qui comptabilisait ses passages au lupanar par le biais de reçus professionnels. Pas de homard, des moules. Pas de Mouton-Cadet, de la bière. Pas de sèche-cheveux, le premier ministre est complètement chauve. Moins festif, je vous dis.

    Anne Schubert

    https://ripostelaique.com/que-les-de-rugy-me-le-montrent-ce-seche-cheveux.html

     

  • Brigitte Trogneux n’a jamais été condamnée pour son acte criminel…

    Cette épouse de chef d’État, qui le suit partout et se mêle très ouvertement des choses de la vie publique en semblant croire que son avis intéresse tout le monde, oublie peut-être le passé trouble et délictueux dans lequel elle a été une personne indigne, malhonnête, adultère et choquante pour toute sa famille, n’est pas l’oie blanche dont elle voudrait se donner l’apparence.

    J’ai voulu revenir sur le statut de délinquante ou de criminelle (aux USA c’est un crime) de cette femme qui n’a jamais été condamnée pour son acte scandaleux et a encore moins purgé de peine.

    Et je serais curieux de savoir comment elle aurait réagi si un de ses enfants mineurs avait été détourné par un de ses enseignants adultes, de 24 ans plus âgé que lui, marié, père ou mère de trois enfants et détenteur par la loi et par sa fonction d’une autorité éducative sur des collégiens ou des lycéens mineurs.

    Je ne pense pas qu’il faille passer sous silence ces événements anciens qui ont, aujourd’hui, une résonnance particulière dans le contexte extrêmement tendu d’une société aux abois en ce qui concerne le sexe, la pédophilie, le viol, l’âge de la majorité sexuelle, etc…

    Brigitte Macron (née Trogneux, ex-Auzière), née le 13 avril 1953 à Amiens.

    Brigitte Marie-Claude Trogneux est issue d’une famille de chocolatiers amiénois réputés pour leurs macarons. Elle est la fille de Jean Trogneux (1909-1994) et de son épouse Simone Pujol (1913-1998), et la plus jeune de leurs six enfants. Le 9 novembre 2018, son frère aîné Jean-Claude Trogneux meurt à l’âge de 85 ans. Brigitte Trogneux épouse, le 22 juin 1974, André-Louis Auzière, jeune homme de son milieu social et futur banquier, avec qui elle a trois enfants, Sébastien (1975), Laurence (1977) et Tiphaine (1984), respectivement ingénieur statisticien (diplômé de l’École nationale de la statistique et de l’analyse de l’information (ENSAI)), cardiologue et avocate.

    En mai 1993, dans l’atelier de théâtre qu’elle anime au lycée de la Providence, elle remarque Emmanuel Macron, alors âgé de quinze ans et élève de seconde dans la même classe que sa fille Laurence.

    L’année suivante, le couple commence une relation. La différence d’âge (de plus de 24 années) entre les deux amants provoque un scandale dans la famille Trogneux : leur relation tombe sous le coup de la loi du 23 décembre 1980 et du délit d’atteinte sexuelle, qui dispose qu’un enseignant qui a des relations sexuelles avec un élève mineur âgé de plus de quinze ans encourt jusqu’à trois ans de prison. Leur relation se poursuit discrètement à Paris, où Emmanuel Macron entre en classe de terminale, puis en classe préparatoire littéraire au lycée Henri-IV.

    Brigitte Trogneux divorce le 26 janvier 2006 d’André-Louis Auzière. Le 20 octobre 2007, elle épouse Emmanuel Macron au Touquet-Paris-Plage, où elle possède une maison. Son nouveau mari, alors inspecteur des finances, quitte la fonction publique pour rejoindre la banque Rothschild.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Brigitte_Macron

    Il convient avant tout de remettre les choses dans le cadre de leur époque, en 1993.

    La loi était alors très claire : un enseignant majeur qui débauche et détourne un enfant mineur de moins de 18 ans et a des relations sexuelles avec lui, encourt une peine de prison de 3 ans et une amende de 45 000 euros.

    (L’article 227-27 du Code pénal prévoit le cas où le mineur a plus de quinze ans et que l’atteinte sexuelle – sans violence, contrainte, menace ni surprise – a été réalisée par un ascendant ou par une personne ayant autorité sur la victime ou par une personne abusant de l’autorité que lui confèrent ses fonctions :

    " Les atteintes sexuelles sans violence, contrainte, menace ni surprise sur un mineur âgé de plus de quinze ans sont punies de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende :

    – Lorsqu’elles sont commises par un ascendant ou par toute autre personne ayant sur la victime une autorité de droit ou de fait ; – Lorsqu’elles sont commises par une personne qui abuse de l’autorité que lui confèrent ses fonctions".

    Article 227-27 du Code pénal)

    Dans le passé, il y a eu de nombreuses affaires de détournement de mineurs commis pas des employeurs, des enseignants ou toutes personnes ayant eu une autorité sur des enfants mineurs.

    On ne cesse de parler, par exemple, des viols commis sur des enfants par des prêtres ou des religieux catholiques ou autres.

    On se souvient de certains films, comme " Mourir d’aimer ", basé sur une histoire vraie, où une enseignante majeure et un de ses élèves de 17 ans et demi étaient tombés amoureux l’un de l’autre, entraînant un scandale retentissant et l’emprisonnement du professeur.

    Il faut quand même considérer que les lois, a priori, ne sont pas faites pour les chiens et qu’il faudrait les respecter un peu.

    La loi ne prévoit pas, et on le comprend, que l’amour d’un enfant pour un adulte, ou inversement, puisse être un facteur d’indulgence.

    Les personnes majeures ayant autorité sur des enfants doivent être les premiers à respecter les lois, ne serait-ce, au minimum, pour la valeur de l’exemplarité.

    Il existe aussi un paramètre intéressant qui est celui de la différence de traitement des faits selon qu’il s’agit d’abus sexuels d’un homme adulte sur une fille mineure ou d’une femme adulte sur un garçon mineur.

    Mais dans ces familles de la discrète bourgeoisie de ces petites villes de province, il se passe souvent des choses qui restent des secrets bien cachés ou que la justice, elle-même, tente d’étouffer, appartenant à cette même classe bourgeoise dans laquelle elle compte de nombreux amis.

    En attendant, j’estime que cette femme délinquante, mais non condamnée par une justice au service de la bourgeoisie, ne devrait pas la ramener en politique, comme si elle se croyait en légitimité éthique et morale de donner des conseils à 70 millions d’hommes et de femmes en France, ce qui n’est pas le cas.

    Nous n’avons jamais commis une telle chose, nous !

    VIDÉO. Rétention des notes du bac : " On ne peut pas prendre nos enfants et leur famille en otage ", lance Emmanuel Macron.

    https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/video-retention-des-notes-du-bac-on-ne-peut-pas-prendre-nos-enfants-et-leur-famille-en-otage-lance-emmanuel-macron_3525565.html?fbclid=IwAR1pXU9y0yhNcfAttBOM5i-DpgqP3O22ueJVL0sy0OqCHWrOKk8sb0_D9k4

    Lui qui, précisément, n’a jamais voulu avoir d’enfant et qui n’a aucune idée de ce que peut signifier être père…

    Qu’il commence par s’occuper de donner à manger à nos pauvres !!

    Laurent Droit

    https://ripostelaique.com/brigitte-trogneux-na-jamais-ete-condamnee-pour-son-acte-criminel.html

     

     

  • Les" “héroïnes“ de notre époque sont des mollusques décérébrées

    L’héroïsme de pacotille des nouvelles égéries progressistes

    FIGAROVOX/TRIBUNE - Greta Thunberg, Megan Rapinoe, Carola Rackete... La philosophe Anne-Sophie Chazaud reproche à ces nouvelles figures féminines du combat progressiste de rester sagement dans les sentiers battus du politiquement correct.

    Ouais, y'a pas que ça: si la France était envahie d'ennemis, tu leur colle un fusil entre les mains et elles meurent d'une crise cardiaque instantanément! Où sont nos héroïne des 39-45?

    Anne-Sophie Chazaud est philosophe, haut fonctionnaire et auteur d’un livre à paraître aux éditions l’Artilleur consacré à la liberté d’expression.

    Elles s’appellent Greta Thunberg, Carola Rackete, Megan Rapinoe… Elles circulent avec aisance à travers les airs, les routes et les océans dans un monde qui, d’une certaine manière, leur appartient, afin d’y répandre la bonne parole. Elles font la une des médias, sont portées au firmament par les faiseurs d’opinion "progressistes" (autoproclamés tels), figures de proue de quelqu’improbable armada de la post-modernité bien-pensante. Elles jouent au foot, empochent de prestigieux trophées, pilotent des navires, bravent supposément les interdits, défient les puissants de la planète (surtout occidentale, c’est moins risqué) en décelant paraît-il le CO2 à l’œil nu, alertant sans relâche sur les dangers du réchauffement climatique, du sexisme, de l’homophobie, du racisme atavique de l’homme blanc ou de quelqu’autre grande cause à la mode…

    Ces égéries post-modernes ne font que répandre les poncifs de la morale dominante.

    Ces figures portent des combats, des convictions, qui sont celles du camp du Bien à l’ère politiquement correcte et c’est leur droit le plus absolu: abolition des frontières, écologie, néo-féminisme, luttes pour les minorités, multiculturalisme, rien ne manque et toutes les panoplies du combat sociétal sont représentées comme à la parade.

    Pourtant, si ces égéries sont, pour la plupart, dotées de compétences et de personnalités particulières, ce qui les a conduites là où elles sont, les modalités de leurs interventions et leurs prises de position semblent, sous couvert d’impertinence, bien conventionnelles et bien peu audacieuses au regard de la morale ambiante et dominante dont elles ne font que répandre docilement les poncifs.

    Dans un discours halluciné prononcé lors du retour victorieux de l’équipe américaine de football dont elle est la capitaine, à New York ce 10 juillet, Megane Rapinoe a probablement, en plus de son trophée sportif, remporté également celui de la célébrité progressivo-compatible ratissant le plus large, afin de ne laisser échapper aucune miette de cet indigeste gâteau revendicatif.

    Celle qui s’était distinguée en déclarant avec subtilité qu’elle ne se rendrait pas à "la putain de Maison Blanche" dans un grand moment d’élégance (qui n’a pas été du goût de nombreux Américains) ou qui refuse ostensiblement de chanter l’hymne national, n’est jamais en reste pour adopter les postures les plus donneuses de leçons possibles: invitant tel un télévangéliste chacun à "être meilleur" (au football?), la joueuse de Seattle, solidement campée sur ses petits crampons, n’hésite pas à prendre à tous propos son bâton de pèlerin pour défendre tout à trac les homosexuels (dont on ignorait qu’ils étaient encore institutionnellement persécutés aux États-Unis), les différentes communautés qui sont autant de gruyères dans lesquels faire des trous d’un marché lucratif, pour fustiger les bases naturellement perverses et pourries de son pays, et autres combats ou nobles causes se découvrant à marée basse.

    Le grand frisson de l’interdit bravé n’est ici que pure façade masquant la vacuité d’un système qui s’auto-promeut.

    On peut toutefois s’interroger sur le niveau réel de bravoure que cela requiert pour quelque star que ce soit de s’opposer publiquement au président Trump et de relayer en battant sa coulpe le sanglot de l’homme blanc. Cette hostilité affichée ne constitue-t-elle pas au contraire un passage obligé? N’est-ce pas plutôt l’inverse qui serait particulièrement dangereux et risqué? Imagine-t-on le traitement médiatique et la popularité d’une quelconque célébrité se déclarant ouvertement pro-Trump ou hostile aux vagues migratoires incontrôlées, ou considérant que les combats sociétaux ont été assez loin et qu’il est peut-être temps de cesser d’hystériser et d’exacerber les revendications minoritaristes?

    Celle-ci récolterait sur-le-champ l’opprobre et sa carrière serait barrée. L’originalité, la transgression de ces postures vindicatives, le grand frisson de l’interdit bravé qu’elles représentent sont de pure façade et masquent la vacuité d’un système qui s’auto-promeut complaisamment. Ces postures constituent à la fois la bibliothèque rose de l’engagement public mais aussi l’indispensable sésame pour recueillir la précieuse onction médiatico-mondaine laquelle n’est, comme chacun sait, pas décernée par l’électorat populaire de Donald Trump.

    Dans un autre style, la jeune (et légèrement inquiétante) Greta Thunberg, manifestement échappée de quelque thriller scandinave, n’est pas en reste, sillonnant l’espace européen pour sensibiliser les grands de ce monde quant aux méfaits du réchauffement climatique. Elle-même fait d’ailleurs l’objet d’une évidente instrumentalisation de la part de son entourage et de certains militants écologistes et investisseurs experts en greenwashing qui la poussent ainsi sous les feux des projecteurs, sans souci de préserver sa jeunesse ou son évidente fragilité.

    On peut pourtant se demander si, se placer ainsi du point de vue de la jeunesse pour interpeller des adultes dont on postule a priori qu’ils sont fautifs, inconscients et irresponsables est si audacieux, si risqué, si dangereux, si anticonformiste, dans une société où les parents sont systématiquement culpabilisés, où toute forme d’autorité et d’expertise dans la prise de décision est contestée, comme le démontre par exemple la logique théorique inhérente à la récente loi dite "anti-fessée" laquelle vient, précisément, de l’exemple (pourtant désormais contesté) de la Suède qui fut naturellement précurseuse en la matière. L’infantilisation du combat social et l’infantilisme sociétal vont main dans la main depuis une bonne quarantaine d’années: pour l’audace, la nouveauté et la disruption, il faudra donc repasser.

    Le "progressisme" fonctionne par une opposition manichéenne entre Bien et Mal.

    Carola Rackete, quant à elle, médiatique capitaine allemande du navire "humanitaire" Sea Watch, qui a accosté de force à Lampedusa avec l’onction de toute la bien-pensance européenne, ne prend pas non plus grands risques à relayer la ligne autoritaire et dominante imposée par exemple par le Traité de Marrakech ou par la vulgate libre-échangiste en matière d’acceptation de l’immigration non maîtrisée.

    C’est contester cette dernière qui constitue une prise de risque au regard de la morale ambiante. S’opposer théâtralement à Matteo Salvini est le plus sûr moyen de se notabiliser, de s’attirer les sympathies du camp progressiste, d’en recueillir là encore l’onction et la reconnaissance. C’est la garantie d’une carrière médiatique assurée.

    Peu importe que cela se fasse en surfant sur le business des passeurs et autres trafiquants de chair humaine et de main-d’œuvre à bas coût: tous les moyens seront bons pour asseoir la vulgate en vogue et le marché qui l’accompagne.

    Le "progressisme" on le sait fonctionne par oppositions binaires et manichéennes entre le Bien et le Mal. Ce paradigme permet une simplification du débat public mais aussi une stigmatisation prompte de ceux dont on disqualifiera ainsi les points de vue déviants. Cette partition sommaire entre les "déplorables" (comme les avait nommés sans vergogne Hillary Clinton) et les fréquentables se reflète aussi dans le schématisme caricatural de ces égéries, lesquelles finissent par conséquent par ressembler plutôt à des produits marketing. Les marchés de niche des Social Justice Warriors ont tendance à créer des combattants qui s’apparentent in fine plutôt à des têtes de gondoles. Gageons donc qu’elles seront pareillement remplaçables, au gré des évolutions du marché de la revendication, ou en fonction de l’air du temps.

    Anne-Sophie Chazaud