Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Insolite - Page 6

  • Compteur électrique Linky

    L’hypersensibilité aux ondes aura-t-elle raison du compteur électrique Linky?

    Pour la justice un plus, un peu, parfois, ne pas faire deux. C’est un petit événement judiciaire qui n’est pas sans portée pratique et symbolique. Le juge des référés du tribunal de grande instance de Toulouse a décidé d’imposer à Enedis de faire en sorte que l’électricité ne soit pas distribuée" avec le système de courant porteur en ligne présent dans les compteurs Linky.

    Cette décision concerne treize plaignants dotés d’un certificat médical attestant de leur "hypersensibilité électromagnétique".**  Le nom des médecins n’a pas été communiqué. L’information a été donnée, le 20 mars à l’Agence France-Presse par Me Christophe Lèguevaques, l’avocat des plaignants.

    Si beaucoup reste à comprendre quant à l’hypersensibilité électromagnétique, tout a été dit sur le désormais célèbre Linky-le-compteur-intelligent, dont l’installation, pilotée par Enedis, permet " de relever à distance et en direct la consommation des clients ". Un outil devenu symbole de la modernité et du nouveau monde qu fait l’objet de bien des fantasmes et de bien des polémiques depuis son déploiement en 2015. Cœur du sujet, médical politique et judiciaire : l’exposition aux champs électromagnétiques et le respect de la vie privée. Il est en théorie impossible de se faire livrer en électricité si l’on refuse l’installation d’un Linky à son domicile.

    Maladie et vie privée

    Contacté par l’AFP, le géant Enedis a indiqué qu’il " prend en compte " la décision en référé de Toulouse. Et puisqu’il  ne constitue pas un jugement sur le fond – Enedis  "envisage de faire appel". Il assure "qu’il s’agit de cas extrêmement rares pour lesquels Enedis, en tant qu’entreprise du service public, met en œuvre un accompagnement personnalisé et adapté à chaque situation particulière". Mais comment accompagner une trop grande sensibilité à ce que vous voulez, précisément, installer ? Comment, en somme, désensibiliser ?

    Il faut ici préciser que le même juge a débouté les autres plaignants – plus de 150 selon l’avocat, 216 selon Enedis – qui contestaient la pose d’un compteur Linky en arguant d’un droit à la protection de leur vie privée. La décision concernant les malades " est un précédent intéressant (…) et un signal fort car pour la première fois la justice reconnaît leur situation ", souligne Me Lèguevaques.

    L’affaire est loin d’être terminée. A Toulouse, le juge des référés s’est prononcé dans l’attente d’un jugement sur le fond de l’action collective conjointe contre Enedis. Cette action collective, selon l’avocat, groupe plus de 5 000 personnes sur toute la France qui demandent aux juges de 22 tribunaux de prendre des mesures afin de respecter la liberté de choix des consommateurs.

    Pour l’heure le géant Enedis rappelle "que toutes les mesures réalisées par les organismes indépendants mettent en évidence des niveaux de champs électriques et magnétiques très largement inférieurs aux limites réglementaires ". Mais Enedis sait-il que la science et le droit peuvent, parfois, faire deux?

    https://jeanyvesnau

  • Tellement affligeant!

    Angers: Le converti arrêté à la Poste en train de se faire livrer un pistolet-mitrailleur

    Un ancien détenu qui voulait se faire livrer une arme par la Poste, a été mis en examen et placé en détention. Il a été arrêté la semaine dernière par les douanes alors qu’il essayait de récupérer dans une agence postale angevine un colis provenant des États-Unis qui contenait un pistolet-mitrailleur.

    Le trentenaire a déjà été condamné à sept ans de prison pour des violences avec arme sur un policier. Il avait rencontré la foi musulmane en détention, ce qui lui avait valu en août 2016 d’être visé par une perquisition administrative lors de l’état d’urgence qui a succédé aux attentats de novembre 2015.

    (…) Le Parisien

  • La castagne

    Liège (Belgique): Armés d’un couteau, Imad et ses 3 camarades agressent Joséphine, 85 ans… elle les met en fuite

     […]

    C’est une agression particulièrement honteuse qui s’est déroulée ce samedi sur le territoire de la ville de Liège. Joséphine, 85 ans, a été prise pour cible par quatre jeunes (dont trois mineurs d’âge). Elle ne s’est toutefois pas laissé faire…

    Dans le courant de la matinée en effet, Joséphine revenait chez elle, rue des Sarts (Jupille), et s’apprêtait à retirer les courses du coffre de son véhicule, lorsqu’elle fut interpellée par quatre jeunes, trois mineurs et un majeur (18 ans). Leurs intentions étaient claires : lui soutirer de l’argent et voler son véhicule. L’un des jeunes a immédiatement brandi un couteau, menaçant Joséphine… Elle nous raconte la suite…

    "Il était tôt, vers 9 h, j’étais déjà rentrée chez moi mais je me suis rendu compte que j’avais oublié quelque chose dans mon coffre, nous explique l’octogénaire, alors je suis ressortie avec mes clés j’ai ouvert la porte du garage et c’est là que j’ai senti quelqu’un me retenir par le bras. Un jeune homme me demandait mes clés, il avait un couteau et derrière lui, il y avait trois autres jeunes qui approchaient doucement“.

    La suite est stupéfiante et force le respect… "Je ne sais plus très bien ce qui s’est passé mais je ne pensais qu’à une chose, son couteau. J’ai voulu l’écarter alors j’ai repoussé son bras. Il voulait mes clés pour partir avec la voiture c’est sûr; mais je ne voulais pas leur laisser alors j’ai aussi hurlé à plusieurs reprises pour qu’on vienne m’aider“.

    Une technique qui a fini par payer puisque les quatre malfrats ont bel et bien pris la fuite. Prévenue, la police est toutefois rapidement intervenue et a mis la main sur les crapules. Ils ont été privés de liberté. D’après les auditions, tout aurait débuté lorsqu’Imad, le jeune majeur, serait venu réclamer 100 euros à l’un des mineurs, le forçant à lui "rendre" cet argent le jour même. C’est Imad qui aurait également fourni le couteau en organisant une agression.

    Le mineur au couteau aurait alors choisi une dame âgée pour cible, pensant que la manœuvre serait aisée. Entendu, il a avoué son geste et a expliqué regretter. Un juge de la jeunesse a été saisi pour les trois jeunes tandis qu’Imad a été déféré au parquet de Liège avec demande de mandat d’arrêt.

    […]

    DHnet

    A Toulouse aussi, les mémé aiment la castagne (CF. Claude Nougaro)

     

  • Comme on fait son lit...

    Créteil (94): "Nous voulons de la mixité scolaire, nous voulons du blanc dans nos établissements"

    Unis pour la réussite scolaire (Unirsco) organisait ce samedi sa première réunion publique sur les violences scolaires. Le collectif né à Créteil souhaite fédérer ses actions avec d’autres organisations issues des quartiers populaires.

    " Les problèmes de l’extérieur viennent à l’intérieur des établissements. Nous voulons de la mixité scolaire, nous voulons du blanc dans nos établissements", soutient Salika Amara.

    "Il faut sauver nos gosses, l’école n’est plus un sanctuaire aujourd’hui". C’est le constat fait par Salika Amara, ancienne enseignante et membre du collectif Unirsco (Unis pour la réussite scolaire), constitué à Créteil en septembre 2018 et très actif depuis sa création. […] "Nous avons été alertés par la violence [des jeunes] et nous avions fait des maraudes suite à ces violences, précise Ouarda Iratni, de l’association Parents, membre d’Unirsco. Les jeunes ne touchent pas aux daronnes, il n’y a eu aucun trouble dans les cinq quartiers où nous étions présents à Créteil. Nous sommes des simples mamans et la mère est sacrée chez eux."

    Le collectif Unirsco se veut aussi actif sur les problèmes de discriminations au sein des établissements scolaires: "Les parents nous sollicitent, notamment les mères voilées" , confie Salika Amara, également membre de l’association Filles et fils de la République. […]

    Yahoo/Le Parisien

  • Non, mais.. je rêve!?

     Sète (34): armés d’un sabre, ils cherchent un enfant pour un sacrifice

    Un couple a frappé à la porte de vacanciers à Sète, dans l’Hérault, afin de récupérer un de leurs enfants pour faire "un sacrifice".

    Une famille de vacanciers résidant dans la marina des quilles, à Sète (Hérault), a eu une sacrée surprise dans la nuit de mardi à mercredi. Le quotidien régional Midi Libre rapporte que les voisins du dessous ont frappé à leur porte, armés d’un sabre, et demandé un de leurs enfants pour "un sacrifice".

    Le couple d’agresseurs, a été interpellé sur le champ par les forces de l’ordre. Ils ont été placés en garde à vue puis remis en liberté avec une convocation de justice, mais leur périple ne s’arrête pas là. Une fois retournés chez eux, rapporte Midi Libre, la femme a jeté de nombreuses choses par la fenêtre, y compris ses hamsters. Elle a été hospitalisée sur décision d’un médecin.

    www.bfmtv.com